Légitime défense politique.

12° Sarkomafia-Kadhafi-Gbagbo-Ben Laden Show: Gobez! Casquez! Périssez!


https://youtu.be/GQ-qc86XymE

« Mensonges, guerre et vidéo » de F. Bringer – Irak

https://youtu.be/t0NFN4vdDZk

Intox Irak, une véritable imposture Documentaire France 5. 25/09/2016

 

 

[ syndicat-avocat-citoyen@petitiongratuite.com]

 

23 juin 2016. À La Courneuve le lendemain, m’ont valu un contact rapproché de provocation saugrenu de deux jeunes connards du Daesch (*), mes tags ci-joints massivement diffusés auprès des différentes autorités judiciaires et gouvernementaux nationales et internationales démontrent la responsabilité pénale des actions combinatoires de la grande finance internationale dans la grande crise financières et des actions terroristes du Daesch en Syrie. Kadhafi en Lybie a succombé aux mêmes opérations combinatoires. Les organisations terroristes, sur le plan du droit national et  international sont des « associations de malfaiteurs ».Victimes des terroristes.

((*) Surpris par l’effronterie enfantine de la provocation des jeunots excités de 18 ans, je n’ai pas eu le reflex approprié de les allonger sur le coup, comme j’aurais dû le faire).

 Les spoliations des particuliers sont des « vols en bande organisée », des puits de pétrole des État souverains sont des pillages par des brigandages. À ces organisations terroristes, par sous-traitance en chaîne des filiales (banques, entreprises commerciales, trafiquants de drogues), la grande finance leur fournit la logistique sans laquelle « les bandes armées » ne peuvent nuire d’une telle façon catastrophique pour les victimes civiles ruinés, dont les enfants meurent d’épuisement dans la boue, ou sont kidnappée par des mafias pour les livrer au trafic de la prostitution sur la miséricordieuse terre chrétienne… de ses pieux spéculateurs inamovibles, toujours complices des assassinats de masse.

 En droit pénal français, comme sans doute aussi dans d’autres États, ils sont « complice, par aide, assistance et fouineurs de moyens ». Or, les « complice emprunte la criminalité des auteurs principaux », on peut les pénalement poursuivre sous ces qualifications pénales. Il s’en ajoute encore la qualification de recel des choses des actions criminelles.

Les touristes qui se rendent en Turquie ou au Liban pour acheter à fort prix des antiquités pillés par les terroristes sont aussi coupables de la qualification pénale « recel ». En droit strict de Occident des filiales implantés sur leur territoire de « complices » et « receleurs » peuvent être poursuivies dans actions groupée par les réfugiés, les victimes, pour obtenir desFélicitation prof uni USA Subprime substantielles réparations en « référé-provision », c’est-à-dire payement immédiate des coupables. En droit de droit commun contre les malfaiteurs, généralement, les comptes sont bloqués et les biens placés sous séquestre judiciaire par la justice. Mais je pourrais encore aller plus loin dans mon analyse juridiques contre les puissantes de
ce monde par la qualification pénale « non-assistance à des personnes en danger ».

________________

– Pour débuter mes actions obliques au rétablissement de la situation légale, je réclame au ministre de l’Intérieur Claude Guénant le payement au fisc le coût de la matraque des opposants en situation de la légitime défense politique aux escroqueries de la Crise financière « Subprime », référence faite au droit fondamental du Pacte international relatif aux droits civiles et politiques de l’O.N.U., fortifiant les droits fondamentaux de la Déclarations des droits de  l’homme et du Citoyen de 1789.

___________________________________________________

 

Que des amis…. On le savait bien sûr…mais ceci dit, c’est très intéressant ! Déplacer la souris sur une société et vous allez voir ses ramifications ! Mais pas tout le reste… On comprend mieux cette tentacule qui se partage le monde!:

http://www.alternatives-economiques.fr/fic_bdd/article_pdf_fichier/1274372604_cac40_3.swf

Liens entre entreprises.

_________________________________________________________________________________

Vivendi arroseur n° 1 Medias

22/03/2012. Addendas sur les pages 11 et 4. Démystification de l’opération électorale par les massacres calculés des djihadistes à Bordeaux et à Toulouse. Accointances avec les Francs-maçons de la Grande Loge Nationale de France de la gouvernance. Diffusions massive de fausses nouvelles, désinformations, manipulations, intox médiatiques, censures, des trafiquants multimilliardaires, pillards de la Lybie avec leurs alliances secrètes.

06/12/2011. Rajout sur la page 4, en intro, une dissertation complémentaire édifiante. //Ben Laden, ou son sosie, s’est manifesté le 2 :01 : 2012, dans une vidéo et se prétend vivant.

12° Sarkomafia-Kadhafi – Gbagbo-Ben Laden Show: Gobez! Casquez! Périssez!

Pour les endormis qui n’ont toujours rien compris : après 10 ans de silence, l’ex-Agent de la CIA, Susan Lindauer peut désormais témoigner sur le 11 Septembre 2001 (vidéo):

http://www.dailymotion.com/video/xng66l_apres-10-ans-de-silence-l-ex-agent-de-la-cia-susan-lindauer-peut-desormais-temoigner-sur-le-11-septe_news

CIA - IRAK

« Écofondamentaliste », gourous de la Secte verte, lire Allègre Claude. « Ma Vérité sur la Planète ». Éditions numérisée Plon 2007.

10/05/2012. Prologue. Le crypto-écofondamentaliste (1) Henry Kissinger (2), en Conseiller à la sécurité nationale auprès du président US en 1974, a rédigé le rapport secret « National Security Study Memorandum » ou « NSSM 200 », (200 pages seulement divulguées en 1990). Dans la Section II, l’humanitariste point du doigte treize pays du tiers monde (Amérique centrale et du Sud, Moyen Orient et Orient…) en les qualifiant de menace essentielle pour la sécurité américaine du fait de la surpopulation, proposant dans les coulisses de la Maison Blanche les méthodes, chers à son Club, d’éradication drastiques, tout en jouant au public son grandiose numéro de benoit pacificateur.

 Les ÉCOFONDAMENTALISTES avec leurs élites du « Good Club » (3) – Club du Bien – (4), des têtes couronnés, des Nababs des finances, des hommes d’affaires influents…, hantés de la menace pesant sur l’humanité de l’explosion de la surpopulation, visent à juguler la croissance démographique par la stérilisation massive, voire l’extermination pour ensuite maintenir l’humanité au nombre très réduit des individus socialement utiles à leur confort de nantis. Obsédés de l’impossiblité de subvenir aux besoins de bientôt dix milliards d’humains, (sur une Terre ruinée, de plus en plus ravagée par les pollutions et nuisances hautement criminelles de leurs sociétés multinationales déprédatrices, spoliatrices, de la surconsommation encouragée du superflue aberrante des heureux du monde, en les rendre malades à crever), ces « bienfaiteurs de l’humanité», comptent ainsi de réduire la population mondiale par la purification de ses «minables, demeurés, ratés et tarés », à trois cents millions des têtes maximum de la belle race des « surhommes ». Pour parvenir à leurs funestes fins, ne leur manquent pas des moyens gigantesques, biens supérieurs à ceux des États industrialisés. Dominant la quasi-totalité des médias, ces supermilliardaires irresponsables de la hypermafia des sociétés multinationales, disposent de tous les moyens irascibles pour corrompre allégrement les personnalités politiques, les administrations des pays, d’instrumentaliser la Justice, les polices officielles et secrètes à leurs desseins les plus criminels qu’on puisse imaginer.

 ———————

  (1) Les ÉCOFONDAMENTALISTES préconisent le recours à la stérilisation massive, privatisation de la nourriture, à des conflits ethniques… sont favorables au génocide apocalyptique des masses ou de l’utilisation des virus ou autres armes biologiques. Cette vision des Illuminés sur l’organisation de l’humanité date de l’avant-guerre. Les principes déjà en vogues aux USA ont été adoptés par les hitlériens et la Cour impérial du japonais.

– Réalisation d’une campagne de vaccination contre le tétanos en Afrique supervisé par l’OMS et une riche fondation américaine. Le vaccin mélangé avec l’hormone gonadotrophine chorionique hCG a rendu stérile les femmes inoculées. Démasqués par une association vigilante, l’opération de la contraception forcée a été ajournée ou peut-être seulement mieux dissimulée. Pas une seule information judiciaire n’a été ouverte contre ces formes d’empoisonnements, violences et blessures invalidantes volontaires par des produits élaborés et fabriqués dans des mirobolants états de droit et mis en œuvre pas leurs citoyens « dans la guerre des riches contre le pauvres », selon leurs jubilations.

– « Epicyte », société de la biotechnologie de San Diego, Californie, a mis au point un maïs transgénique capable de produire des anticorps contre les spermatozoïdes, un maïs contraceptif poussant dans des serres remplis, testé en plein champs, et dont les pollens peuvent être épandus sur les plantations par avion dans les pays sous-développés, là où la population pauvre se nourrit essentiellement de cette céréale (5). Encore un producteur fait confiance à la justice de son pays.

– En 2011, un laboratoire privé belge a réussi la manipulation du génome du virus de la grippe aviaire en le rendant hypervirulent, hypercontaminant, médicalement imparable. Selon les estimations de l’imprévisible, sera réalisée, l’extermination dans quelques semaines d’une grande partie de la population humaine si ce virus parvient à contaminer des oiseaux migrants… Préface du livre « If I Were an Anial » du Prince Philip Mountbatten, duc d’Édimbourg : « Dans éventualité de mon incarnation, je voudrais revenir sous forme d’un virus mortel, afin de contribuer en quelque chose à résoudre la surpopulation ». (United Kingdom, Robert Clark Itl, 1986).

Virus grippe aviaire

Ce que le grand public ignore, à la Deuxième Guerre mondiale, dans le camp Pingfan (Chine), sous la direction du médecin-général de l’unité 731, crée en 1935, le Dr Shiro Ishii, les Japonais ont été les champions en armes Biochimiques. Elles ont été étudiées et réalisées directement sur l’homme et appliquée sur la population  chinoise jusqu’à ce qu’une de leurs propres divisons en a été décimé. Leur production a été suffisante pour exterminer dix fois toute la population mondiale, selon les estimations expertes. Après la destruction des porte-avions par l’US Navy suivant les années 1942, avec la technologie allemande, a été mise sur chantier au Japon la dernière arme secrète : des sous-marins porte-hydro-avions capables de frapper l’Amérique à l’improviste aussi bien sur la côte est que sur la côte ouest. Avec leurs trois appareils pliables embarqués dans le corps des submersibles, toute l’Amérique aurait été à la merci de la flottille dotée des armes biologiques d’extermination massive. Seul l’usage en 1945 sur Hiroshima et Nagasaki des bombes nucléaires a empêché l’anéantissement programmé des populations d’Amérique du Nord et du Sud.

 En échange de leur impunité des crimes contre l’humanité, ‑ en sus, une grasse gratification en espèces des fonds secrets ‑, les savants docteurs ont fournis les recettes et les souches aux États Unis. L’expérimentation a continuée au Fort Detrick dans le Maryland avec des docteurs japonais associés aux expérimentateurs récupérés en douce des Camps de concentration d’Auschwitz. (Leur extradition à la Pologne a été refusée (**)). Des recherches secrètes sont à présent focalisées sur la manipulation des virus pour exterminer des espèces humaines présentant des particularités raciales du génome, de l’ADN. Le SIDA, destiné aux Homos et Négros, en serait un de leurs produits ratés. Ces recherches sont pratiquées un peu partout dans le monde sous l’égide des mascarades des contorsionnistes politico-judiciaires grassement appointés. L’abjection parée de la Légion d’honneur, le voilà « Le criminel, la splendeur du genre humain », selon Nietzsche. (**) Peter Williams & David Wallace. « La guerre bactériologique. Les secrets des expérimentations japonaises ». Ed. Albin Michel 1990.

________________________

« Notre force est le secret » (Weishaupt). Il a fallu plus de vingt ans pour que soit révélé aux spécialistes l’existence en 38/45 un arsenal des armes biologiques japonaises, suffisantes pour exterminer vingt fois toute espèce humaine sur Terre. Le grand public désinformé ignore toujours la mise en échec in extremis de l’opération d’épandage sur les villes d’Amérique par les salvatrices bombes atomiques lancées sur les villes de Hiroshima et Nagasaki, la récupération des souches et recettes par le CIA, en échange de l’immunité judiciaire au procès de Tokyo des criminels bien plus avancés que les Nazis.

(2) Professeur des Sciences politique, réfugié allemand des Nazis en 1938, Prix Nobel de la Paix (sic), mentor des présidents Nixon, Ford, Carter, initiateur des Bush du Parti républicain…

 (3) Le Sunday Times 24 mai 2009.

 (4) Comparable au clandestin « Right club » des aristocrates de sang et du fric en 1930/44.  N’a pas été rendue public, la liste tardivement découverte des noms des complices instigateurs, ces sectateurs ayant collaboré avec les Nazis en vue de la purification raciale de la Terre par l’apocalypse wagnérienne échouée à la Deuxième Guerre mondiale qu’ils ont suscitée. Page 4 du blog en cour de complément.

 (5) Robin McKie, chroniqueur scientifique, The Observer 2001).

 —————————-

Rappel des procédés du « Good Club » des écofondamentalistes, le leitmotif ou le crédo des superstitions « judéo-chrétiennes » du professeur en droit Adam Weishaupt, chanoine jésuite, de son « manuel pratique de Lucifer », (ange maléfique déchu, l’œil qui apporte la Lumière à Dieu), des illuminés pervers, à présent l’alpha et l’oméga des sciences politiques des empereurs des finances de ce monde, de leurs vassaux et arrière-vassaux des régimes politiques clépto-ploutocratiques, tels la France. « Pour dominer le monde, il faudra emprunter des voies détournés, chercher à démanteler les piliers sur lesquels repose toute vraie liberté ‑ celle de la jurisprudence, des élections, de la presse, la liberté de personnes et surtout de l’éducation et de la formation du peuple ‑ et maintenir le secret sur tout ce qui est entrepris. En minant intentionnellement les pierres angulaires du pouvoir de l’État, les Illuminés feront des gouvernements leur souffre-douleur jusqu’à ce que, de guerre lasse, ils renoncent à tout leur pouvoir. […] Envies, haines, disputes, privations, famines et propagations d’épidémies doivent épuiser les peuples à tel point que les hommes ne voient plus d’autres solutions que de se soumettre pleinement aux Illuminés. Un état épuisé par des luttes intestines ou qui tombe au pouvoir d’ennemis extérieurs à la suite d’une guerre civile, est, en tout cas, voué à la domination des Illuminés »… à nos jours du culte néfaste du fric.

  La Justice française, déjà avant les années 1928, annonciatrices du cataclysme guerrier, a été territorialement compétente de poursuivre et réprimer toute infraction commise, même à l’étranger, ayant des répercutions matérielles ou personnelles sur la France : des complots mettant en cause les libertés et la sécurité et des droits fondamentaux des personnes, les intérêts économiques essentielles, la libre concurrence et la liberté d’entreprise par des monopoles illicites des criminels manifeste… de confisquer leurs colossaux magots des crimes en bandes organisées des malfaiteurs aux belles manières, aux beaux linges de la haute finance pour mettre un frein aux catastrophes des nuisances, d’indemniser les victimes…

 Qui ose encore rêver à l’application des lois dans les hauteurs intangibles les cieux des divinités idolâtrés du fric ? Les omniums et trustes multinationaux, incontrôlables, disposant des gigantesques fortunes mises au service de tous les vices, entretient à prix d’or des bataillons de milliers d’avocats, experts et juristes pour faire fabriquer les lois et diriger la jurisprudence, écraser et étouffer toute contestation sérieuse, dénonciation édifiante par des victimes, témoins ou des associations de défense. Est de la simple routine, la prise de contrôle et la direction de leurs activités par l’infiltration mercenaires des légendaires « frères et sœurs insinuants, tantôt les plus ingénieux, tantôt les plus bêtes ». (Les frères trois points, suppôts intéressés du mercantilisme politique de la droite, l’illustrissime Nadal-on-a-saccadé-la-justice de la Grande Loge nationale de France, sabotant les gouvernements de la gauche par l’intérieur, le tandem ex-juge Bidalou – Me Verges, celui ex-jugette Eva Joly et son avocat Me W. Bourdon, entre autres cloportes et cafards du Système que j’ai eu sur le dos durant trente ans, travailleur à l’œil, réduit en marchandise de l’arrière-souk politico-judiciaire).

  Dans le classement de la liste « Forbes », le Gotha des empereurs mafieux du fric, la fortune de quatre cents premiers individus, représente plus de soixante-quinze milliards de dollars. De quoi d’acheter la France tout entière, et non seulement ses pantins du gouvernement pour faire modifier, par leurs croquignolets achetés de la bimbeloterie parlementaire, la Constitution et faire fabriquer ce fameux Code pénal de 2011, dépénalisant mine de rien les complots contre les droits fondamentaux de la République ; par la loi de l’août 2012, maquiller la psychiatrie en police politique des blouses blanches des ravisseurs, tortionnaires et assassins : un menaçant péril insoupçonné, mettant quiconque en difficulté, n’importe où, à l’importe quel moment du jour et de la nuit. Au parlement européen, les députés ne dissimulent même plus la réduction de leur activité très lucrative à faire passer ces lois fabriquées par les juristes calés des mafieux des banques et trustes multinationaux…

  —————————-

13/04/2012. Contribution complémentaire de M. Peter Dietrich à l’enquête sociale obligatoire en matière pénale, sur l’interruption de tous les délais de prescription relatifs à la criminalité organisé de la CIA-French connexion à l’aide du trafic de drogue par tonnes, de la qualification pénale spécifique déjà démontrée : Haute trahison des compromissions internationales du Chef de l’État Nicolas Sarkozy, prétendu agent du CIA.

Prologue (provisoire) des pages 12 des blogs, par le réchauffement des causes et des faits historiques, de la mince partie émergeant d’un iceberg monstrueux, connu par les plus hautes autorités des États et de l’ONU même : le rôle primordial des astronomiques recettes du trafic de drogue, par des tonnages élevés, dans l’organisation des guerres civiles des branches du CIA pactisant avec des criminels du hyper-banditisme, partout où elle s’introduisit avec une armée de l’Ombre bien rodée des tueurs et tueuses en séries infinis, tortionnaires, saboteurs polyvalents, corrupteurs et manipulateurs chevronnés des crimes politiques, de guerres… des crimes contre l’humanité. Instruments humains formés, robotisés, et dirigés du sommet étatique à la destruction, au concassement des institutions des États souverains, à faire saigner à blanc, pour l’unique profit des intérêts d’une hyper-mafia collusoire de la grande finance, des omniums multinationaux trustés illégalement pour anéantir en coulisse toute concurrence. (Voir page 12 : WPA).

Comme, ni Sarko-les-pots de vin, ni sa camarilla de la mafia corse, de la maçonnerie de la GLNF, du Rotary, de la sexe jet-set de la came… ne contestent les révélations sur leur apparence à cette branche pervertie du CIA, par la déduction rationnelle alors, ils s’appliquent à eux aussi les qualifications pénales de coactivité et complicité, (du recel), à la totalité de la criminalité « en bandes organisées », ici succinctement évoquée, dont des crimes bestiaux contre l’humanité, réactualisés en Lybie. La cerise sur le gâteau : l’incrimination « Haute trahison » de la France déjà démontrée sans conteste auparavant.

Rien n’y est secret. Les dossiers archivés sont accessibles au public averti, même à l’ONU. Des tas des informations cardinales sont accessibles sur Net à quiconque. Par contre, la Cour suprême des USA, habilitée par la Constitution de préserver le prestige des institutions ainsi salies, a interdit la publication de maintes détails révoltants des révélations apportées aux commissions du Congrès et autres hautes autorités de l’État. Révélations édifiantes des agents militaires opérationnels du CIA, survivant chez eux des opérations de liquidation systématique, commandées par leur hiérarchie aux tueurs et tueuses en série inégalables, des exécutions en chaîne des révoltés « dilatateurs » potentiels ou réels, des patriotes sincères, s’estimant d’avoir été abusés pour l’exécution des actes hautement criminels, totalement étrangers à l’intérêt de la défense de la démocratie et libertés dans le monde, non plus justifiés pour la défense des USA, et encore bien moins de son peuple sacrifié. Des actes de commando des militaires en civil pour affermir la domination des obsédés du pouvoir, des assoiffés du fric, une petit bande fricoteur totalement irresponsables, marchant sur des hécatombes des cadavres pour réaliser leurs délires macabres de l’asservissement du monde.

« Le Monstre », c’est le nom donné au système d’une branche pervertie de la CIA, formant une armée des anonymes opérant dans le secrète le plus totale ; une force spéciale de tueurs, tueuses et tortionnaires rodés aux plus vicieuses exécutions. Des solitaires d’un QI élevé sont formés et endocrines dans des centres d’entraînement spéciaux de la CIA aux méthodes les plus sophistiquées du retournement ou de l’élimination des élites politiques, syndicales, de l’économie et des sciences, de la justice… « Ni vu ni connu », ou selon la devise des tueurs nazis pour l’élection de Hitler, financée par les holdings multinationales : « Nacht und Nebel », (Nuit et brouillard). Ces tueurs et tueuses en série infinie, dotés des vrais-faux identités d’emprunt multinationales, opèrent avec des moyens financiers impressionnants, récoltés du trafic de drogue, sous les masques des journalistes, reporters de la télé, artistes, conférenciers scientifiques, des animateurs des manifestations culturelles, des humanitaires ONG : médecins, infirmières, aides à l’enfance malheureuse, des prédicateurs… Bref, par l’élimination physique des élites incorruptibles, sont intronisés des fantoches vendus en chefs d’État, parlementaires ou dirigeants de leurs administrations et de la justice, (y compris aux USA, tels que le clan Bush). Mais chemin faisant dans la prétendue défense de la démocratie et des libertés, des Anonymes, simulateurs férus du CIA, se sont rendus à l’évidence du détournement des leurs actions, crus justifiées de la légitime défense politique, insidieusement, vers la défense crapuleuse des privilèges des marchands et trafiquants mafieux, des monopoles des pillards des biens publics et privés, des bénéfices scélérates d’une bande de criminels spoliateurs de haute vole.

Pour l’illustrer aux incrédules, quelques exemples sélectionnés dans ce gros amoncellement du connu. En 1986, les « modestes bénéfices » de trafic de coke des deux opérations Granit et Beffroi du CIA : 10 et 15 milliards de dollars. À partir des années 1984, la Citibank blanchit des millions de dollars pour les frères Salinas et les cartels mexicains. En toute impunité. Les Cartels de Quintero et de Gallardo expédient sous l’égide du CIA quatre petits tonnes de coke vers les USA, selon le témoignage d’anciens agents de la DEA : opérations organisées du lieutenant-colonel Oliver North, adjoint du conseiller des présidents des États Unis pour les questions de sécurité à la Maison Blanche. (Blanchi par la justice noyautée, à l’aide des assassinats systématiques des témoins par ses tueurs et tueuses en série).

Ce marché, rien que pour la coke, s’est amplifié à 40 tonnes par mois à l’aide d’une flotte aérienne du CIA, (Vortex aviation), dirigée par les plus redoutables criminels notoires, rendus intouchables par la police et la justice sur ordre de la haute administration US. Ainsi, sont générés par le crime organisé sous l’égide des présidences des USA, des milliards et des milliards des dollars de bénéfices pour organiser la déstabilisation politique et sabotage économique des États souverains, des guerres civils par des crimes de guerre, des atrocités les plus ignobles des crimes contre l’humanité même. Rien que pour conserver le juteux marché de la drogue et des armes. Les payeurs : une jeunesse dégénérée, des junkies de douze ans sans avenir, des dealers, au frais du contribuable, le plus souvent en taule ou en psychiatrie qu’en liberté. En constante augmentation, des milliers des décès par overdose des adolescents, taxés en aparté par les organisateurs du sommet de l’hécatombe : des « générations en toute manière irrémédiablement tarées ». La stérilisation et l’accélération de l’élimination physique de ces déchets humains par les drogues serait hautement salutaire au bien général.

Les rois tyranniques du pétrole du Proche Orient apportaient leur obole par quelques milliards aux crimes de guerre pour que soient éliminés ces despotes éclairés du gabarit Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi… menaçant leurs privilèges princiers, leur accumulation des richesses tirées des « États » privatisées. Autour de leurs puits de pétrole sur la Côte des Pirates, par l’ancien colonisateur britannique, ces émirats ont été constitués pour des favoris des trusts pétroliers. (Le Kuweit a toujours été un territoire irakien, à l’origine dépeuplé, arraché d’autorité par les britanniques pour le piller de ses gisements pétroliers. La tentative de récupération de Saddam Hussein dénigré a été encore plus légitime que la récupération par la France de l’Alsace-Lorraine).

Par ces fabuleux capitaux sales générés du trafic des drogues et armes, sont donc alimentés la corruption et subversion politique, la déstabilisation des gouvernements légaux dans le monde entier, la ruine de leurs institutions. (La « démocratisation libératrice » de l’État concassé de l’Irak, se concrétise par destruction quasi-totale de son infrastructure sociale, doublée d’une infernale oppression assassine des clans manipulés, des hécatombes meurtrières dépassant déjà largement les méfaits adossés par la désinformation et l’intox des spécialistes du CIA à Saddam Hussein. http://www.dailymotion.com/video/xng66l_apres-10-ans-de-silence-l-ex-agent-de-la-cia-susan-lindauer-peut-desormais-temoigner-sur-le-11-septe_news.

Selon Le Canard enchaîné, parmi les petits malins bénéficiaires-receleurs se trouverait en France mainte association universitaire d’étudiants, des marginaux militant avec leurs placards et tracts ainsi subventionnés pour nos faisans politiques de la droite, tels que ces biens connus de la police : Giscard, Balladur, Chirac, Sarko. La Justice française, ses maçons assermentés à l’Omerta et la solidarité, de Grande Loge nationale des (voleurs) de France, son Rotary des « copains et des coquins »…, elle aussi refuse d’examiner, avec constance, les participations criminelles et les recels du raz-de-marée ces capitaux sales, « assassine » ou fait « assassiner » à sa manière vicieuse les plaignants et les témoins survivants.

Depuis les révélations des agents révoltés du CIA, ces opérations hallucinantes sont à présent encore plus dissimulées derrière les écrans des holdings multinationales dont les trafiquants de drogue y ont pris des significatifs participations ; holdings doublant » secrètement des activités licites, par des « sous-traitants »,  avec l’illicite, dissimulant parmi leurs cadres ces tueurs, tortionnaires, saboteurs polyvalents et manipulateurs, et, entretenant des armées et polices privés des mercenaires, (des « satanistes »  et autres désaxées de la « Blackwater, superarmée privée »), encadrés par le CIA, avec leurs auxiliaires des bandes criminelles d’assassins, pillards et violeurs. Leur logistique est souvent entretenue par des aides humanitaires des benoits ONG caritatives, des dons escroqués aux bienfaiteurs trompés par la pub captieuse.

Manquent les informations plus détaillées sur l’aussi important trafic de l’héroïne par tonnes venant de l’Orient et de l’Asie, celui des mystères la French connexion et de la CIA connexion, défendant contre les islamistes, leur monopole de l’exploitation des plantations du pavot sur les terres fertiles des crève-la-faim en Afghanistan, les bases et le cheminement de l’exportation et de l’importation clandestine des armes sur-renchéris en raison des blocus assurées de leur propre force armée. « Les affaires sont les affaires ».

Quant aux complicités des élus de la douce France, des dignitaires du Rotary avec la mafia de Ben Ali, président déchu de la Tunisie, leurs milliardaires de la Tunisie-Liban connexion, tous ces combinards trafiquant de la drogue, des armes, des voitures et joailleries volées…, (même des esclaves selon des « médisants »), et de la corruption politique par l’organisation du luxe des villégiatures à l’œil de nos âmes délicates de la gouvernance et de la magistrature, ce sont des infimes composants négligeables de ce système French-CIA connexion avec notre actuelle gallérie des grotesques contorsionnistes politiques en campagne électorale, connue en étant parfaitement « constitutionnellement illégale et politiquement illégitime ». Est inépuisable le sujet de ce train de l’enfer en marche. Entre autres grenouillages des faisans politiques en villégiatures de corruption, resterait encore à revoir une autre question, celle des complicités et recels des marchands et politiques françaises aux facéties de la Tunisie-Liban connexion au Sierra Leone : le pillage des mines de diamants par des soldats-esclaves camés, dressés à s’alimenter par le cannibalisme, aux boucheries et tortures jouissives, selon les préceptes mis au point en Amérique central pour le compte du CIA par notre l’incoinçable psychiatre en cavale.  « Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es ».

Notons en marge, la bagatelle de la prise de la direction aux USA d’établissements bancaires par des caïds militaires, trafiquant de l’héroïne, ayant empoissonné une bonne partie des jeunes GL combattant en Indochine, ruiné leur existence.

Communication à titre de témoignage d’une victime opprimée, empêchée de se constituer partie civile aux Messieurs et Mesdames les juges d’instruction Isabelle Prévost-Deprez, Marie-Odile Bertella-Geffroy, Pascal Gand et Anne-Marie Bellot, Marc Trévidic, Patrick Gachon, Patrick Ramaël, Jean-Michel Gentil. À Monsieur le Procureur général de Bourges Éric de Montgolfier. Télécopie 33 3 20 78 50 00 aux juges d’instruction de Lille et des magistrats de New-York. Aux csm@justice.frpremier-ministre@cab.pm.gouv.frpresident@assemblee-nationale.frContact.Ca-versailles@justice.frpresidence@senat.fr, syndicat-avocat-citoyen@petitiongratuite.com

——————————————————-

Libye:

Revue de presse « Défense »/ (contact : adulou@numericable.fr.

Date : 31 janvier 2014. THEME 5 – 2 : Libye. Le fils du chef des forces spéciales à Benghazi enlevé.

Source, journal ou site Internet : El Watan. Auteur : Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

Le fils du commandant des forces spéciales de l’armée libyenne à Benghazi, Wanis Abou Khamada, a été enlevé hier dans cette ville de l’Est libyen, selon une source militaire. «Ali Abou Khamada, un étudiant, a été enlevé par des inconnus à proximité de l’université de Gar Younes», a indiqué à l’AFP un officier des forces spéciales sous le couvert de l’anonymat, affirmant ne pas être en mesure de donner plus de détails sur l’incident. Les forces spéciales

de l’armée libyenne sont régulièrement les cibles d’assassinats et d’attaques à Benghazi, chef-lieu de l’Est libyen et «fief d’islamistes extrémistes accusés de dizaines d’attaques et d’assassinats contre les forces de sécurité et des intérêts occidentaux», selon l’AFP. Dans l’attente de la formation d’une armée et d’une police professionnelles, les autorités évitent au maximum toute confrontation avec ces groupes extrémistes, lourdement armés. Des affrontements avaient toutefois opposé durant trois jours, fin novembre, les forces spéciales dirigés par Wanis Abou Khamada et le groupe djihadiste Ansar Asharia, faisant plusieurs morts. Vendredi dernier, les forces spéciales ont annoncé avoir arrêté quatre personnes à Benghazi en possession d’une «liste d’officiers déjà assassinés et à assassiner», au cours d’une opération qui s’est soldée par la mort d’un soldat. Plus de deux ans après la chute du régime de Mouammar El Gueddafi en octobre 2011, la Libye est en proie à des conflits internes à répétition. Mercredi, le ministre de l’Intérieur par intérim, Seddik Abdelkarim, est sorti indemne d’une tentative d’assassinat à Tripoli. Sa voiture a été la cible de rafales de balles.

Date : 13 janvier 2014. THEME 5 – 3 : La Libye s’enfonce dans la violence.

Source, journal ou site Internet : El Watan. Auteur : Zine Cherfaoui. Adressé par Jean-François Mazaleyrat autre article de l’Orient le Jour sur le même sujet.

Le vice-ministre de l’Industrie assassiné à Syrte et affrontements dans le Sud En plus de la question cruciale de la sécurité, le gouvernement de Ali Zeidan doit faire face à un conflit tribal qui oppose les Ouled Slimane et les Toubous. Depuis le renversement du régime de Mouammar El Gueddafi en septembre 2011, la Libye est plongée dans une spirale de violences et d’assassinats de laquelle elle peine toujours à sortir. En plus des militaires et des responsables des services de sécurité, les politiques paraissent désormais constituer une cible privilégiée pour les nombreuses milices armées qui se disputent actuellement le «gâteau» libyen. L’assassinat par balle, dans la nuit de samedi à dimanche, du vice-ministre de l’Industrie, Hassan Al Droui, au cours d’une visite qu’il effectuait à Syrte, sa ville natale, montre à tout le moins que les nouvelles autorités libyennes n’ont encore aucune maîtrise du terrain et que les milices armées peuvent frapper quand elles veulent et où elles veulent. En plus de la question cruciale de la sécurité, le gouvernement de Ali Zeidan doit faire face à un conflit tribal mal éteint qui oppose la tribu arabe des Ouled Slimane et les Toubous (noirs libyens). Ces deux grandes tribus rivales se livrent une guerre sans merci depuis octobre 2011 pour le contrôle du Sud libyen, une région riche en pétrole et qui se trouve être aussi particulièrement prisée par les trafiquants d’armes et de drogue en raison précisément de l’absence de l’Etat libyen. S’il perdure, le conflit peut provoquer l’éclatement de la Libye. Et pour le malheur de Ali Zeidan, les affrontements entre les deux parties ont repris de plus bel jeudi après la mort du chef d’une milice de la tribu arabe Ouled Slimane, qui accuse les Toubous d’être derrière ce meurtre. Résultat : au moins une vingtaine de personnes auraient été tuées samedi. Ces combats sont, selon de nombreux médias, les plus importants entre les deux camps depuis le cessez-le-feu conclu en mars 2012 pour mettre fin à des combats ayant fait plus de 740 morts et 400 blessés. Selon des témoins, les combats ont repris hier matin, après une accalmie relative dans la nuit. Jusqu’à hier après-midi, aucun bilan officiel des affrontements n’a été fourni par les autorités libyennes. Le directeur du centre médical Sebha a appelé les équipes médicales, samedi à travers une émission télévisée, à rejoindre le centre pour prodiguer des soins aux personnes blessées lors de ces affrontements. Les Toubous dénoncent régulièrement leur marginalisation au sein de la société libyenne. Leur chef Issa Abdelmajid Mansour est allé même jusqu’à dénoncer en mars 2012 un plan de «nettoyage ethnique» visant sa tribu, brandissant la menace séparatiste. De leur côté, les autres tribus les accusent de compter dans leurs rangs des combattants étrangers venus notamment du Tchad. Les tribus arabes, comme les Ouled Slimane, dénoncent l’«inaction» du gouvernement face à une «invasion étrangère». Selon certains observateurs, les affrontements tribaux à Sebha pourraient affecter la production dans plusieurs champs pétroliers. A ce propos, il est à rappeler que le pays fait déjà face à une grave crise pétrolière en raison du blocage depuis juillet des principaux terminaux pétroliers dans la Cyrénaïque, une région toute aussi gangrenée par la violence que les autres. Cela à la seule différence que la Cyrénaïque a mis tous les Libyens devant le fait accompli en annonçant, l’année dernière, son autonomie. Sur le plan politique, c’est aussi la grande incertitude pour l’exécutif, dont le chef Ali Zeidan est devenu indésirable aux yeux de certains partis. Le Congrès général national (CGN, Parlement), qui devait d’ailleurs se réunir hier pour décider de son sort, a finalement décidé de reporter sa session en raison de l’absence d’un consensus. Depuis plusieurs semaines, Ali Zeidan est régulièrement critiqué par les membres du CGN pour n’avoir pas pu rétablir la sécurité dans le pays. Pourtant, à l’intérieur comme à l’extérieur de la Libye, tout le monde le considère comme étant le moins mauvais des responsables. Les raisons de son limogeage programmé sont donc forcément à chercher ailleurs.

5/ ZONES DE CONFLITS.

Date : 12 janvier 2014. THEME 5 – 1 : Libye : assassinat d’un vice-ministre, heurts meurtriers dans le Sud. Source, journal ou site Internet : El Watan. Adressé par André Dulou.

Le vice-ministre libyen de l’Industrie, Hassan Al-Droui, a été tué par balle…

 La Libye a été secouée dans la nuit de samedi à dimanche par le premier assassinat d’un membre du gouvernement depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, au moment où le sud du pays est le théâtre d’affrontements tribaux ayant fait 27 morts. Le vice-ministre libyen de l’Industrie, Hassan Al-Droui, a été tué par balle à Syrte, à 500 km à l’est de Tripoli, selon des sources sécuritaires et hospitalières. Dans un communiqué, le gouvernement a dénoncé un « acte criminel lâche » et affirmé qu’il « n’épargnerait aucun effort pour poursuivre et juger les auteurs » de cet assassinat. Selon une source au sein des services de sécurité, le responsable libyen a été tué « dans la nuit de samedi à dimanche alors qu’il effectuait une visite dans sa ville natale de Syrte ». « Des inconnus armés ont tiré des rafales de balles sur M. Droui », a précisé à l’AFP cette source, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat. Une source à l’hôpital Ibn Sina de Syrte a indiqué que le vice-ministre avait reçu plusieurs balles dans différentes parties du corps. Il s’agit du premier assassinat d’un membre du gouvernement de transition, mis en place après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. Il illustre à nouveau la faiblesse de l’Etat et l’incapacité des autorités de transition à rétablir l’ordre et la sécurité dans un pays en proie à l’anarchie et à des violences meurtrières. M. Droui était un ancien membre du Conseil national de transition, bras politique de la rébellion qui a renversé Kadhafi. Comme le dictateur déchu, il était originaire de Syrte, dernier bastion de l’ancien régime où Kadhafi a été tué le 20 octobre 2011. M. Droui avait été nommé vice-ministre de l’Industrie par le premier chef de gouvernement de transition, Abdelrahim al-Kib en novembre 2011, puis maintenu l’année dernière à son poste par son successeur Ali Zeidan.

27 morts dans des combats tribaux.

 Cet assassinat est survenu alors que le sud du pays est secoué par des affrontements entre deux tribus rivales, qui ont fait au moins 27 morts et 72 blessés à Sebha et dans les villes voisines de Murzeq et al-Shati, selon un communiqué du gouvernement. Un précédent bilan donné par le président du conseil local de Sebha, Ayoub Al-Zarrouk, faisait état de 19 morts et 20 blessés. Selon des sources locales, les combats ont éclaté après la mort jeudi du chef d’une milice de la tribu arabe d’Awled Sleiman, qui accuse la tribu des Toubous d’être derrière ce meurtre. De violents affrontements ont de nouveau eu lieu dimanche matin, selon des témoins. Un calme relatif régnait toutefois en début d’après-midi, selon les mêmes sources qui ont fait état du déploiement de l’armée et de la police dans la ville, après l’arrivée de renforts. Le gouvernement a précisé avoir envoyé des troupes supplémentaires pour sécuriser les quartiers résidentiels et les installations stratégiques. Il a ajouté qu’un « comité de sages » était en contact avec toutes les parties pour tenter de mettre fin aux affrontements. Ces combats sont les plus importants entre les deux tribus depuis un cessez-le-feu conclu en mars 2012 pour mettre fin à des heurts ayant fait près de 150 morts. Les Toubous, à la peau noire, vivent à cheval sur la Libye, le nord du Tchad et le Niger. Ils dénoncent leur marginalisation au sein de la société libyenne. Ils sont accusés régulièrement par les autres tribus de compter dans leurs rangs des combattants étrangers venus notamment du Tchad. Les tribus arabes dénoncent l' »inaction » du gouvernement face à une « invasion étrangère », en l’absence d’une armée nationale capable d’imposer l’ordre. Ces affrontements tribaux à Sebha pourraient affecter la production dans plusieurs champs pétroliers de cette région désertique, au moment où le pays fait déjà face à une crise pétrolière sans précédent en raison du blocage depuis juillet des principaux terminaux pétroliers dans l’est du pays. Depuis la chute du régime de Kadhafi, plusieurs affrontements meurtriers ont eu lieu entre tribus, en raison de différends historiques ou pour le contrôle de la contrebande aux frontières.

Date : 7 janvier 2014. THEME 5 – 1 : Explosion au tribunal de Benghazi

Source, journal ou site Internet : Magharebia. Auteur : Aya Elbrqawi. Adressé par Jean-François Mazaleyrat

Une explosion survenue lundi 6 janvier près d’un poste de gardiens devant un tribunal de Benghazi a tué un policier libyen et en a grièvement blessé un autre, a fait savoir l’AFP. Le garde Mansour Mohamed al-Obeidi a été tué par l’explosion survenue aux premières heures de la matinée devant le tribunal de Benghazi-Sud, dans le quartier d’al-Majouri. Son frère, Rabie Mohamed al-Obeidi, employé au service de la circulation et des permis, avait été récemment assassiné au carrefour d’al-Drabik, sur la Rue de la Syrie à Benghazi.

« Le martyr Mansour, né en 1989, et le martyr Rabie, né en 1992, étaient des jeunes hommes appartenant à la même famille », a expliqué Amina al-Tarhouni, 47 ans. « Tout ce qu’ils souhaitaient, c’était protéger l’Etat et le pays, mais malheureusement, le gouvernement n’a rien fait. Pour les radicaux, ils étaient des apostats, mais pour nous, ils ont été tués de manière illégitime. » « Parmi les personnes tuées aujourd’hui à Benghazi se trouve un homme dont le corps a été retrouvé près de l’hôtel Uzu », a ajouté al-Tarhouni. « Le corps d’un vieil homme a été retrouvé près du Pont de Tripoli, et le corps d’un soldat près de l’hôtel al-Fadeal. Puis Mansour Mohamed al-Obeidi a été tué lors de l’explosion contre le tribunal d’al-Majouri. » Toujours dans le cadre de l’insécurité qui frappe la ville, un homme âgé de 77 ans et un enfant ont été enlevés lors de deux opérations distinctes, a fait savoir le Libya Herald. Gaith Omran Al-Garyani a été enlevé samedi, tandis que dimanche, quatre hommes masqués ont kidnappé le fils âgé de six ans du rédacteur en chef de Kalima, Mohamed Al-Mazoghi. Le garçonnet a été enlevé alors qu’il jouait devant sa maison, dans le quartier de Sabri. Le nombre d’enlèvements dans le pays, essentiellement pour des rançons, a fortement augmenté ces derniers mois. « Ceux qui perpétuent ces actes sont des groupes terroristes originaires de différents pays, notamment de Tunisie et d’Algérie », a expliqué Nevin al-Bah, avocate et militante des droits de l’Homme. Elle a ajouté que « ces groupes sèment le chaos dans les rues de Benghazi et de Syrte sous prétexte d’appliquer la sharia divine. Et pendant ce temps, le Congrès général national (CGN) et le gouvernement intérimaire conservent un silence éhonté. » Pour le Dr Hanaa al-Sedik al-Qallal, « l’élection des soixante membres de la commission se fera sur les ruines du tribunal de Benghazi-Sud. Cette élection se fera-t-elle sans magistrats ni tribunaux ? Où vivent donc les membres du CGN et du gouvernement intérimaire élu ? » Mais le colonel Hussein al-Fitouri, 56 ans, explique que les forces de sécurité ont été déployées dans plusieurs quartiers de Benghazi. « Nous voyons désormais une mobilisation de la sécurité dans la ville, et l’état d’urgence sera décrété à titre de précaution », a-t-il ajouté. « Les takfiristes montrent les dents à Benghazi dans le cadre de cette importante mobilisation à laquelle nous assistons à l’occasion du retour de nombreux Libyens de Syrie et du Mali », a commenté Walid Mohamed Wanis, vendeur dans un magasin d’alimentation. Il affirme également que « des personnes originaires de Tunisie et d’Algérie et vivant à Benghazi attendent les ordres pour ce qu’ils affirment être l’heure H de la conquête de l’émirat de Benghazi. » « Ils appartiennent à la Brigade du 17-Février, mais la plupart d’entre eux sont basés à Si Faraj Farm et al-Quarsha, selon les informations de l’agence de renseignements à Benghazi publiées dimanche », ajoute-t-il. Mostafa al-Sharkasi, porte-parole de l’armée de l’air dans la région orientale, a pour sa part indiqué : « De la même manière que nous avions pu résister au convoi de Kadhafi provenant des aéroports de Benina et de Tobrouk, nous sommes capables de tenir tête aux terroristes. Nos pilotes sont meilleurs que les Russes eux-mêmes, mais nous avons besoin d’un soutien. » « Je ne parle pas des salaires et des indemnités, mais d’un soutien étranger pour pouvoir frapper les bastions du terrorisme, parce que la situation est devenue intolérable », a-t-il ajouté. Pour sa part, Mohamed Mahmoud a expliqué qu’il s’attendait à ce que ce tribunal de Benghazi-Sud soit pris pour cible après les attentats répétés contre le tribunal des quartiers nord. « Ce qui est effrayant, c’est que le ministère de l’Intérieur n’a pris aucune précaution pour empêcher ces attentats ; il n’a même pas fait installer des caméras de surveillance ni renforcé les mesures de sécurité autour du bâtiment », a-t-il précisé.

Date : 2 janvier 2014 : THEME 5 – 4 : Les Libyens au CGN : « Dégage ». Source, journal ou site Internet : Magharebia

Auteur : Essam Mohamed. Adressé par Jean-François Mazaleyrat .

 Bravant le froid et les fortes pluies, des manifestants libyens se sont rassemblés la semaine dernière pour protester contre la prorogation d’un an du mandat du Congrès général national (CGN). Vendredi 27 décembre, des manifestants se sont rassemblés sur la Place des Martyrs de Tripoli pour demander la fin des travaux du CGN le 7 février, conformément à la déclaration constitutionnelle fixant le mandat de cette instance. Ils étaient des dizaines à scander « Non… Non à la prolongation ! », « Dégagez… Dégagez ! » et « Nous mourrons en martyrs, mais non… non à l’extension ! »

 [AFP/Ahmed Turkia] Des dizaines de manifestants libyens ont brandi le 27 décembre des slogans appelant à la démission du Congrès général national.

 Nombre d’entre eux sont descendus dans les rues depuis jeudi sur la Place al-Jazaer, où se trouve le conseil local de Tripoli, à quelques centaines de mètres de la Place des Martyrs, pour condamner la prolongation du mandat du congrès. Ils brandissaient des drapeaux de l’indépendance et parcouraient la place en portant des balais et des branches de palmiers utilisés autrefois pour le nettoyage, pour montrer leur désir de supprimer le CGN. Certains d’entre eux avaient organisé un sit-in sur la place à l’issue de ces manifestations. Certains

manifestants ont expliqué que les membres du CGN n’étaient pas assez sérieux et avaient laissé passer de nombreuses journées avant de discuter de la commission chargée de l’élaboration de la constitution durant les derniers jours de leur mandat législatif, pour avoir le droit de proroger leur mandat. Les manifestants accusaient également les membres du CGN de ne pas répondre aux exigences de la difficile transition dans le pays. Ils ont souligné que les sessions du CGN n’étaient pas retransmises en direct à la télévision, et que plusieurs de ses membres étaient souvent absents et qu’en conséquence, aucune décision n’était possible par faute d’atteindre le quorum nécessaire. Cela a notamment été le cas à la suite de l’amendement qui a fait passer le nombre de voix nécessaires de 101 à 121, rendant toute adoption plus difficile, notamment au vu des disputes et des conflits entre les partis. Par ailleurs, des dizaines d’autres manifestants se sont rassemblés devant l’Hôtel Tibesti à Benghazi pour protester contre l’extension du mandat du CGN en dépit de la mauvaise situation sécuritaire dans la ville. Des dizaines de manifestants se sont également rassemblés à al-Bayda et Misrata pour afficher leur opposition à la prolongation du mandat et à la feuille de route du CGN. « L’objectif principal de cette manifestation est de rejeter la prolongation du mandat du CGN à décembre 2014 en dehors de toute légitimité », a expliqué à Magharebia Youssef Marsit, employé de banque à Tripoli. Et d’ajouter : « Ce rassemblement est spontané et pacifique, et il a eu lieu en dehors de toute initiative de partis ou d’entités politiques. » Najwa, une autre manifestante, a expliqué que les membres du CGN étaient nommés aux dépens « du sang des martyrs et des blessés, et des douleurs et de la souffrance du peuple ». « Toutefois, ils ont établi une feuille de route sans consulter au préalable ceux qui les ont élus et sans réaliser quoi que ce soit », a-t-elle souligné. Mahasen Bashir, une enseignante, s’interroge : « Qui leur a donné le droit de proroger leur mandat ? Ils n’ont rien fait de valable pendant toute une année. » « Je pense qu’ils ont avancé cette loi pour voir comment allait réagir la rue », estime-t-elle. « Ils n’ont mis en place ni gouvernement ni constitution, ce pour quoi ils avaient élus. » Pour Abdel Hakim al-Sharif, employé du gouvernement, « ce qu’il y a d’étrange, c’est que vous trouverez aucune session disposant du quorum nécessaire, à l’exception de celles lors desquelles ils discutaient de leur salaire et de celles lors desquelles ils votaient pour choisir un président. » Et de souligner : « Aujourd’hui, plus de soixante-dix représentants étaient absents. Ils ne respectent pas le peuple qui les a élus ; dans ces conditions, comment le peuple pourrait-il prolonger leur mandat ? » Comme l’explique l’ancien rédacteur en chef Jomaa Al-Merghani, « celui qui ne possède rien s’octroie ce qu’il ne mérite pas ».

Date : 1er janvier 2014. THEME 5 – 1 : Libye : brouillard sur Benghazi. Source, journal ou site Internet : Jeune Afrique . Date : 1er janvier 2014. Auteur : Joan Tilouine. Adressé par Jean-François Mazaleyrat

Qui commande le pays actuellement ? Milice, autorité, population ? © Mohammed Elshaiky/AFP

Qui commande, dans la capitale de la Cyrénaïque ? Les milices, par la terreur ? La population, qui se rebiffe contre elles ? La municipalité, dont les caisses se vident ? Pas l’État libyen, en tout cas. Benghazi, quartier Salam, le 18 décembre. Des militaires découvrent avec effroi un sac plastique ensanglanté. À l’intérieur, la tête d’un homme kidnappé il y a trois mois. Un « cadeau » déposé devant le domicile de son fils, Salim Naili, membre bien connu de la brigade Al-Saiqa, les forces spéciales de l’armée nationale qui combattent le groupe salafiste Ansar al-Charia dans la ville. La veille, deux militaires ont été assassinés et des habitants ont pris d’assaut des maisons appartenant à des membres de ce groupe dans le quartier central d’Ard Zwawa. Dans la capitale de la Cyrénaïque, la guerre est larvée et confuse. Les forces spéciales ne savent pas vraiment qui elles affrontent. Régulièrement, elles découvrent des voitures plastiquées aux abords de leurs bases et reçoivent des menaces anonymes. Depuis des mois, attentats et assassinats ciblés sont quasi quotidiens. Leur mode opératoire varie : voitures piégées, rafales d’armes automatiques… Ils visent en priorité des hauts gradés ayant servi sous Kaddafi avant de rallier la révolution. Sur la centaine de victimes, certaines occupaient des postes à responsabilité dans les années 1990, époque où une répression terrible s’abattit sur les islamistes et se solda, à Tripoli, par le massacre de la prison d’Abou Salim. « Ces tueurs sont très bien renseignés. Mais qui sont-ils ? Des hommes d’Ansar al-Charia ? Ce serait une erreur de tout mettre sur le dos de ce groupe, dont les membres sont connus et ne se cachent pas. D’autres, qui agissent dans l’ombre, sont plus dangereux, glisse, sibyllin, un fonctionnaire bien informé. Ces crimes peuvent aussi bien être commandités par des kaddafistes qui se vengent d’avoir été lâchés par ces militaires. » « À Benghazi, la situation est hors de contrôle », confie-t-on dans l’entourage d’Ali Zeidan, le Premier ministre, qui a annoncé l’installation de caméras de surveillance. « La menace ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur du pays », a déclaré le chef du gouvernement en exhortant la communauté internationale à l’aider… tout en refusant un plan de l’ONU qui prévoyait le déploiement de 235 Casques bleus. « Le gouvernement, faible et discrédité, espère que la population se dressera contre ces assassins. Aujourd’hui, elle seule peut changer la donne », constate Salem Gnane, ancien vice-président du Conseil national de transition.

La population s’est soulevée contre les milices

À une dizaine de kilomètres du centre-ville, des hommes en treillis disparates contrôlent la route de l’aéroport. Militaires, miliciens officiels ou groupes informels… Difficile de les distinguer. Au gré des circonstances, ils s’allient, s’affrontent, se tolèrent ou s’ignorent. Le contrôle se fait sans insistance. Nul besoin de demander à quelle faction appartiennent ces hommes à la barbe soignée. Sur leurs véhicules blindés flotte le drapeau noir frappé de la chahada. La marque d’Ansar al-Charia, accusé par Washington d’être derrière l’attentat du 11 septembre 2012 contre le consulat américain. Ces révolutionnaires radicaux reconvertis dans le jihadisme ont été délogés de la ville pour la seconde fois cette année. Le 25 novembre, l’unité des forces spéciales de l’armée nationale, forte de près de 200 hommes, a lancé une vaste opération. En réalité, comme à Tripoli dix jours plus tôt, c’est d’abord la population qui s’est soulevée – pacifiquement dans l’ensemble, mais certains civils étaient armés – pour protester contre la présence des milices. Face à ces hommes plus nombreux et mieux équipés qu’elle, l’armée est impuissante. « On savait qu’ils allaient revenir car ils sont décidés à établir un émirat islamique, confie un entrepreneur. Chaque matin, je regarde sous ma voiture pour vérifier s’ils n’ont pas posé de bombe. » Malgré la peur, la vie suit son cours. À en croire Husni Bey, un riche businessman local, les affaires sont florissantes. « À Benghazi, les importations ont crû de 100 % depuis 2010. Les gens consomment malgré les problèmes », affirme dans un sourire enjôleur le principal employeur privé du pays, qui dénonce toutefois l’incompétence des responsables politiques. Les agents de sécurité privés, chargés de la protection des rares

employés occidentaux présents dans le pays, sont moins optimistes : « Le climat n’a jamais été aussi tendu, on ne sait pas lequel de ces groupes est aux manettes. » Pour tenter de conquérir le coeur des habitants, des combattants d’Ansar al-Charia ont recours à une bonne vieille stratégie islamiste : ils aident les plus démunis, régulent la circulation, ramassent les ordures… Car, leur salaire n’étant plus versé, les éboueurs sont en grève. Les caisses de la mairie se vident, le conseil local réclame plus de 140 millions d’euros au gouvernement. « La corruption gangrène toute la classe politique, et pas seulement à Tripoli », indique Ahmed Sawalem, un ex-conseiller du vice-Premier ministre, qui, « dégoûté », a démissionné. Mohammed Abou Sneina, le maire de Benghazi, nuance ces accusations. Proche des Frères musulmans, il apprécie l’aide apportée par Ansar al-Charia. « Ansar al-Charia n’est pas un problème pour la Libye. C’est le gouvernement qui essaie de le faire croire. Ces hommes nous sont utiles en ces temps de crise », souligne l’édile, qui nie que sa ville soit devenue un carrefour de jihadistes entre le Sahel et la Syrie via Istanbul, où se sont installés nombre d’islamistes libyens. À Benghazi comme ailleurs, les milices se renforcent chaque jour et de nouveaux membres viennent grossir leurs rangs tandis que la liste des hommes à abattre s’allonge. Elles tirent leur puissance de leurs stocks d’armes et de la faiblesse d’une armée aux ordres d’un État impotent.

 Date 1er décembre 2013 : 6/ RENSEIGNEMENTS ET MENACES : • THEME 6 – 1 : La Libye, deux ans après la chute d’El Gueddafi Instabilité, exaspération et gouvernement contesté Source, journal ou site Internet : El Watan Date 1er décembre 2013. Auteur : Mourad Sellami. Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

Il suffit de constater la discipline avec laquelle toute la ville de Tripoli a suivi sa grève générale de trois jours de protestation contre la tuerie de Gharghour, ayant coûté la vie à 43 manifestants, pour comprendre le degré d’exaspération atteint par la population de cette ville.

Les 18, 19 et 20 novembre, Tripoli était une ville morte. Les avenues étaient quasi-vides. Seul Meydan Al Jazayer (place d’Algérie) donnait de la voix pour traduire la colère des Tripolitains contre la présence des milices. La colère était arrivée à son paroxysme et les citoyens avaient appelé à la désobéissance civile pour aller jusqu’au bout dans leurs objectifs.

Mais, au-delà de ce dernier incident, comment l’insécurité est-elle arrivée à un tel point et pourquoi le gouvernement Zeidan et, avant-lui, celui d’Al Kib n’ont-ils pas mis la Libye sur la voie de la stabilité et du redressement économique, plus de deux ans après la chute d’El Gueddafi ? La Libye a vécu plusieurs événements importants depuis le déclenchement de l’insurrection contre El Gueddafi le 17 février 2011 à Benghazi dans l’Est et à Zenatne, dans le Djebel Neffoussa à l’Ouest. Il a fallu plusieurs milliers de morts et six mois de guerre pour voir chuter, le 20 août, le bastion de Bab El Azizia à Tripoli, symbole de l’autorité d’El Gueddafi. Le 20 octobre, c’est Mouammar El Gueddafi, ainsi que son fils Al Moatassim qui ont été tués près de Syrte. La libération de la Libye a été alors proclamée. Le 1er novembre suivant, Abderrahim El Kib a été désigné par le Conseil national de transition pour former un nouveau gouvernement. Le 19 novembre, Seif El Islam El Gueddafi a été capturé au sud du pays alors qu’il essayait de passer les frontières. Il a été transféré à Zentane pour y être emprisonné à ce jour. Depuis, la situation s’est stabilisée entre les mains des nouvelles autorités.

Premières élections libres

Le 7 juillet 2012, des élections libres ont été tenues et ont abouti à la formation d’un Congrès national général (CNG), autorité suprême en Libye. Le CNG a élu un président, Mohamed El Megaryef, qui a dû démissionner le 28 mai 2013, victime de la loi d’épuration, votée le 5 mai 2012, qui exclut tous ceux qui ont collaboré avec El Gueddafi durant les 42 ans de son pouvoir. Megaryef a été pour une courte période ambassadeur en Inde, avant qu’il ne soit pourchassé par El Gueddafi des décennies durant. Megarief a été remplacé par Nouri Bousahmine. Au niveau du gouvernement, Ali Zeidan est aux commandes depuis le 14 novembre 2012. Son autorité s’est toutefois affaiblie dans la mesure où il a même été enlevé de son lieu de résidence à l’hôtel Corinthia, le 10 octobre 2013, avant d’être libéré quelques heures plus tard. La Libye dispose donc d’un Congrès national général, élu le 7 juillet 2012 pour une année, qui est l’autorité suprême et qui est supposé veiller aux élections d’un comité de 60 membres (20 de Tripolitaine, 20 de Cyrénaïque et 20 de Fezzan), en charge de rédiger la nouvelle Constitution. N’ayant pas accompli sa mission, une première prolongation de six mois a été accordée au CNG, qui réclame aujourd’hui une deuxième prolongation à partir du 7 février 2014. Mais les Libyens commencent à en avoir marre de cette léthargie. Il faut toutefois reconnaitre que ce n’est pas l’unique défaillance de cette nouvelle Libye. Plusieurs autres problématiques secouent la société et inquiètent les Libyens. Deux années après la chute d’El Gueddafi, où en est la Libye ?

• THEME 9 – 2 : «Une nouvelle élite politique libyenne doit naître de cette phase de transition». Source, journal ou site Internet : El Watan. Date : 1er décembre 2013. Auteur : Mourad Sellami.*Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

Pr Abdelkader Kadoura. Doyen de la faculté de droit de Syrte Académicien constitutionnaliste, doyen de la faculté de droit de Syrte et activiste de la société civile libyenne, le professeur Abdelkader Kadoura dit «ne ménager aucun effort pour instaurer les normes de l’Etat de droit en Libye». Encore une fois, il répond aux questions d’El Watan.

– Je vous retrouve, professeur, avec les mêmes soucis qu’il y a 15 mois. N’est-ce pas démoralisant ?

Non, nous avons abordé les véritables problématiques, comme la rédaction de la Constitution et l’édification des structures de l’Etat. Mais, l’année écoulée a montré que nous ne disposons pas des bonnes personnes pour réaliser ces objectifs. Notre élite actuelle, venue en majorité de l’étranger, ne s’est pas bien imprégnée du terrain afin de trouver les recettes appropriées.

Pourtant, Ali Zeidan est rentré d’Allemagne qui est parvenue à se reconstruire après le nazisme. Son année au pouvoir n’a pas laissé entrevoir des signaux de réussite.

– Vous êtes donc contre la reconduction du Congrès national général ?

Loin de là, je suis pour la reconduction d’une année pour le congrès, à condition de le doter d’une feuille de route claire mentionnant les dates des différentes échéances. Le CNG doit installer un gouvernement de crise et établir un programme des objectifs urgents comme la mise en place des structures de la police et de l’armée, l’organisation des collectivités locales, la restructuration de la justice, l’établissement d’une Loi sur la justice transitionnelle, etc. En parallèle, il y aura les élections du comité des 60 pour la rédaction de la Constitution. Ces objectifs devraient être réalisés sous l’égide de ce congrès. Le retard enregistré peut être compensé.

– Mais, la population a perdu confiance en l’élite politique actuelle. Cela risque de se répercuter négativement sur le processus envisagé…

Il est vrai qu’il y a une crise de confiance entre la population et toutes les composantes de la classe politique. Mais on n’a pas de choix. Il faut exercer de la pression sur cette classe politique et ce n’est sûrement pas à travers des canons ou des avions de combat. Les élections du comité des 60 pour la rédaction de la Constitution apporteraient sûrement de nouvelles personnalités disposant d’une certaine légitimité, pouvant faire d’eux des leaders d’opinion.

La société libyenne a besoin de cette nouvelle élite pour redémarrer sur de nouvelles bases.

Une élite qui dispose de la confiance des citoyens. Le Mufti aurait pu jouer ce rôle. Mais, dommage, il a dérapé lors de la dernière crise.

– Le processus ne sera pas aussi facile car il y a beaucoup de cassures dans la société : sociales, tribales, sans oublier le sang qui a coulé…

J’en suis conscient. Toutes les sociétés ayant vécu des conflits violents traversent pareille passe. Il faut beaucoup travailler sur la réconciliation nationale, en limitant les condamnations aux crimes de sang et de détournement avéré des deniers publics. De tels crimes ne sauraient être abrogés. Et puis, les débats sur la Constitution pourraient servir de tremplin à cette réconciliation. Les Constitutions, c’est fait pour unir les populations. Toutes les minorités ethniques et les groupes spécifiques pourraient établir leurs exigences spécifiques et les présenter aux sous-comités de chaque région. Ces concertations décentralisées pourraient aider à créer un débat national à tous les niveaux et créer les bases d’une culture de réconciliation. En Libye, il n’y a pas de véritables grands problèmes insolubles, sans oublier le fait que les grandes puissances ne vont pas nous laisser couler.

– A vous entendre parler, il est clair que vous êtes optimiste quant à l’avenir de la Libye…

En effet, je pense qu’avec de la patience, de la volonté et de l’intelligence, les difficultés actuelles traversées par la Libye vont être dépassées. Il faut juste faire preuve de moins d’entêtement et élargir nos rayons de connaissance à d’autres expériences à l’échelle internationale, afin de trouver les solutions les plus appropriées à notre réalité. Rien n’est insoluble. Il faut juste faire le bon diagnostic et trouver la bonne thérapie.

Date : 27 novembre 2013. • THEME 5 – 1 : Repère : désordre libyen. Source, journal ou site Internet : El Watan. Auteur : Mohammed Larbi. Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

La Libye a toujours été un immense dépôt d’armes qui fait, cette fois, le bonheur des milices après avoir fait celui des marchands de canons, ou des autres milices ailleurs dans la région sinon plus loin. Il n’est pour cela que de rappeler les impressionnantes quantités d’armes abandonnées par l’armée libyenne à la suite de sa défaite au Tchad voisin en 1986, qui ont déjà servi aux contrebandiers de divers horizons. Il n’y a donc jamais eu de problème d’armes en Libye, la question se posant, l’État n’en ayant plus le monopole comme celui de leur usage.

L’on assiste même à la situation inverse avec des milices qui imposent leur loi, avec un partage également du territoire. Des faits majeurs récents en attestent, dont l’enlèvement, il y a quelques semaines, du Premier ministre libyen de son hôtel, un périmètre supposé sécurisé.

Il ne restera que quelques heures aux mains de ses ravisseurs, mais la suite est encore plus dramatique, même si la vérité n’a pas été dite. Il y a, en effet, une forte différence entre «remis en liberté» et «libéré» comme cela a été dit. Ou encore, tout récemment, l’enlèvement du n°2 des services secrets libyens, alors qu’il s’apprêtait à quitter l’aéroport de Tripoli où il venait d’arriver. Ce qui veut dire que cette zone est contrôlée par des forces non gouvernementales, auquel cas cela deviendrait de l’insubordination et, au pire, une révolte. Ce qui n’est pas le cas. Les milices seraient-elles plus fortes au point d’imposer leur ordre, comme cela est apparu quand elles sont venues de Misrata pour réprimer une manifestation pour plus de sécurité ? Cela s’est passé vendredi 15 novembre et cette action a fait 46 tués et plus de 500 blessés. C’est justement à la suite de cette tuerie que Ali Zeidan a soumis, il y a moins d’une semaine, un plan en 15 points pour démanteler et désarmer les milices de la capitale. L’État libyen y parviendra-t-il ? Il va lui falloir déployer des moyens considérables, en tout cas supérieurs à ceux des milices, surtout après avoir vu celles de Misrata quitter Tripoli avec un impressionnant arsenal de guerre porté par une interminable colonne de véhicules. Une véritable démonstration de force face à une armée nationale demeurée faible, conséquence de la gestion de l’ancien régime. C’est dans un tel contexte que le gouvernement libyen tentait de rassurer les habitants de Benghazi en appelant au calme, lundi, après de violents affrontements entre l’armée et le groupe djihadiste Ansar Al Charia ou encore à collaborer avec ses forces. Des habitants en colère ont incendié un des locaux du groupe salafiste à Benghazi, où les forces de l’ordre sont régulièrement la cible d’attaques attribuées aux groupes islamistes. Ce groupe salafiste est soupçonné d’avoir attaqué des juges et des membres des forces de l’ordre, mais aussi d’être responsable de l’attaque contre le consulat des États-Unis à Benghazi, en septembre 2012, ce qu’il nie catégoriquement. Il a indiqué récemment ne pas reconnaître les institutions de l’État. Sauf que depuis quelques semaines, il y a en Libye une forte contestation contre les milices. Le QG d’Ansar Al Charia à Ajdabiya (160 km au sud de Benghazi) a été pris d’assaut, lundi soir, par des habitants, obligeant ses occupants à quitter les lieux remis ensuite à une unité de l’armée, selon une source locale. A Benghazi, les autorités locales et les habitants ont décidé de suivre l’exemple de la capitale, Tripoli, où les milices ont été poussées à partir par un mouvement de grogne populaire après le massacre perpétré il y a douze jours. Toutefois, retrait des milices ne signifie en aucun cas leur fin, celle-ci étant l’aboutissement d’un processus qui peut être long, mais aussi parsemé d’embûches. Mais il y a un commencement à tout. C’est ce que les Libyens attendent.

Date : 27 novembre 2013. • THEME 5 – 2 : Pour lutter contre les groupes armés. Benghazi entre en «désobéissance civile». Source, journal ou site Internet : El Watan. Auteur : Annay Idir. Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

© D. R. La société civile de Benghazi refuse la présence de milices armées dans sa circonscription. L’initiative d’une campagne de désobéissance civile de trois jours a pour objectif de réclamer le départ des groupes armés d’Ansar Al Charia. À l’appel du conseil local et de l’Union des organisations de la société civile de la ville, Benghazi observe, depuis hier, une campagne de désobéissance civile de trois jours. L’initiative a pour objectif de réclamer le départ des groupes armés d’Ansar Al Charia dont les confrontations, la veille, avec les populations locales ont fait neuf morts selon le gouvernement. Selon l’AFP, la campagne est largement suivie. La plupart des commerces, les écoles et les universités sont restés fermés, tout comme les administrations et les banques. Seuls les hôpitaux et les stations d’essence continuent à fonctionner normalement. Les autorités locales et les habitants ont décidé de suivre l’exemple de la capitale, Tripoli, où les milices ont été poussées à partir par un mouvement de grogne populaire, après des heurts déclenchés par des tirs d’une milice contre des manifestants pacifiques. Ces violences ont fait 46 morts et plus de 500 blessés le 15 novembre. Le conseil local a également demandé «aux membres du Congrès général national (CGN, Parlement) issus de Benghazi de rentrer immédiatement», en signe de protestation contre les heurts. Une délégation du CGN est arrivée à Benghazi le même jour pour rencontrer les autorités locales et les responsables militaires pour discuter des moyens de mettre en œuvre la résolution du congrès demandant le départ de la ville des groupes armés. Le Premier ministre, Ali Zeidan, s’est rendu lundi soir à Benghazi, pour s’entretenir avec les responsables de la sécurité. Le ministre de la Défense, Abdallah Al Teni, a indiqué, par ailleurs, que ses services étaient en contact avec Ansar Al Charia qui réclame un corridor sécurisé pour se retirer de Benghazi avec son armement. «Les chefs des unités de l’armée de la ville se sont engagés à assurer un corridor à Ansar Al Charia, à condition qu’il remette ses armes lourdes», a précisé le ministre, cité par le porte-parole du CGN, Omar Hmidan. L’organisation prône la charia comme seule et unique source de législation en Libye. Récemment, Ansar Al Charia a indiqué ne pas reconnaître les institutions de l’État ni ses services de sécurité, les qualifiant d’«apostats». En septembre 2012, les habitants de Benghazi ont réussi de cette même manière à chasser les éléments d’Ansar Al Charia de leur quartier, mais ces derniers ont fini par reprendre leurs positions. Lundi, trois soldats ont été tués à Benghazi, lors d’affrontements entre des forces spéciales de l’armée et Ansar Al Charia.

Comme à Tripoli Outre Benghazi, la capitale, Tripoli, est confrontée au problème des groupes armés. Ainsi, le 17 novembre, le n°2 des renseignements libyens a été enlevé. Alors que les habitants observent une grève générale pour dénoncer les heurts meurtriers entre les populations locales et les milices, «les événements de ces derniers jours illustrent l’étendue des actes irresponsables des milices (…) et l’incapacité du gouvernement à les contrôler», a estimé Hanan Salah, représentante de Human Rights Watch en Libye.

 25 novembre 2013. THEME 5 – 1 : Libye/ 1er affrontement Armée – Ansar. Ashariaa Scènes de guerre à Benghazi. Source, journal ou site Internet : Info Soir. Auteur : RI/Agences. Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

L’armée a décrété l’état d’alerte et demandé à tous les soldats de rejoindre leurs unités, alors que de violents affrontements opposent depuis ce matin les forces spéciales aux éléments d’Ansar Ashariaa. On dénombre jusqu’ici et selon un bilan provisoire, neuf morts et une cinquantaine de blessés. Sur le terrain, des violents affrontements opposaient ce lundi les forces spéciales de l’armée libyenne et Ansar Ashariaa, le principal groupe salafiste jihadiste, dans la première confrontation du genre à Benghazi, dans l’Est libyen, faisant au moins neuf morts et plus d’une cinquantaine de blessés, selon un bilan provisoire. «Un affrontement meurtrier est en cours entre nos forces et celles d’Ansar Ashariaa depuis les premières heures» de la journée, a indiqué à l’AFP le colonel Miloud al-Zwei, porte-parole des forces spéciales.

Selon l’hôpital El-Jala de Benghazi, quatre soldats et un civil ont été tués et 23 personnes blessées dont dix civils. L’armée a décrété l’état d’alerte et demandé à tous les soldats de rejoindre leurs unités, a indiqué un responsable de sécurité. On ignore pour le moment le nombre des victimes du côté d’Ansar Ashariaa qui soignent leurs blessés dans une clinique qu’ils contrôlent. Ces affrontements ont éclaté après qu’une patrouille des forces spéciales qui se trouvait à proximité du quartier général d’Ansar Ashariaa, a été visée par une attaque, a expliqué le colonel Zwei. «L’armée a riposté, déclenchant des affrontements avec tous les types d’armes», les premiers du genre entre l’armée et ce puissant groupe islamiste, a ajouté cet officier. D’autres heurts ont opposé par la suite les deux camps dans d’autres quartiers de la ville, en particulier près d’une clinique caritative appartenant à Ansar Ashariaa dans le quartier al-Selmani, a-t-il précisé. Des explosions et des coups de feu nourris étaient entendus depuis le petit matin dans plusieurs quartiers de la ville, selon un journaliste de l’AFP. Ansar Ashariaa (Les partisans de la loi islamique, en arabe) a vu le jour après la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Son bras militaire est formé par d’anciens rebelles ayant combattu les forces loyalistes en 2011. Ce groupe salafiste, pointé du doigt dans des assassinats de juges et membres des forces de sécurité, est soupçonné notamment d’être responsable de l’attaque contre le consulat américain à Benghazi en septembre 2012 qui avait provoqué la mort de l’ambassadeur et de trois autres Américains. Profitant du vide sécuritaire après la chute de Mouammar Kadhafi, Ansar Ashariaa fait la loi en particulier dans l’est du pays où il contrôle des quartiers à Benghazi, Syrte et Derna, selon des sources locales. A Benghazi par exemple, la Katiba (Brigade) d’Ansar Ashariaa contrôle toujours l’entrée ouest de la ville. Récemment, Ansar Ashariaa a indiqué dans un communiqué qu’il ne reconnaissait pas les institutions de l’Etat ni ses services de sécurité, Le gouvernement intérimaire libyen peine à mettre sur pied une armée et une police, et fait régulièrement appel aux ex-rebelles qui avaient combattu l’ancien régime pour rétablir l’ordre. Mais le pouvoir central a perdu le contrôle sur ces groupes qui font la loi. Les affrontements de Benghazi interviennent au moment où les autorités tentent de mettre à profit une grogne populaire contre les milices dans la capitale pour faire évacuer ces groupes armés. Le 15 novembre, 46 personnes ont été tuées et plus de 500 autres blessées dans des violences déclenchées par les tirs d’une milice contre des manifestants pacifiques venus lui demander de quitter la capitale. De la même manière, les habitants de Benghazi avaient réussi en septembre 2012 à déloger Ansar Asharia de leur QG, mais ces derniers ont repris leurs positions quelques semaines plus tard.

 24 novembre 2013. – THEME 5 – 1 : Libye Un agent des services de sécurité de Kadhafi tué à Derna. Source, journal ou site Internet : Le Temps d’Algérie. Auteur : Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

Un ex-agent des services de sécurité du régime déchu de Mouammar Kadhafi a été tué samedi soir à Derna, ville de l’extrême est de la Libye en proie à des violences, a indiqué à l’AFP un responsable de la sécurité. Des inconnus ont ouvert le feu sur Fares al-Zarrouk, ancien agent des services de la sécurité interne sous le régime de Kadhafi, a indiqué ce responsable sous le couvert de l’anonymat, affirmant que la victime était morte sur le coup. Selon cette source, les assaillants ont tiré sur la victime avec des fusils automatiques en plein centre-ville, dans une rue animée, avant de prendre la fuite. La ville de Derna est le théâtre depuis plusieurs jours d’une série d’attaques et d’assassinats ciblant aussi bien des juges que des dirigeants de tribus ou des policiers et des militaires. Dernier incident en date, un universitaire irakien a disparu samedi à Derna, a indiqué à l’AFP un responsable local, ajoutant que cette disparition s’apparente à un enlèvement. La famille du professeur Khaled Hamid Heidar a perdu tout contact avec lui samedi après-midi, a précisé cette source en expliquant que tous les professeurs irakiens exerçant dans la ville sont partis de crainte de subir le même sort.

Cet enlèvement serait une réaction à l’exécution la semaine dernière par les autorités irakiennes d’un Libyen condamné à mort. Plusieurs Libyens sont détenus dans les prisons irakiennes, dont un autre condamné à mort qui doit être exécuté prochainement. Le président du comité de suivi des prisonniers libyens à l’étranger, Sleimane Fortia, a néanmoins estimé qu’il n’y avait aucun lien entre la disparition du professeur irakien et l’affaire des détenus libyens dans ce pays. Il a déploré le manque d’intérêt porté par le gouvernement libyen aux prisonniers en Irak, affirmant que sur neuf Libyens détenus, deux ont été élargis mais n’ont pu regagner le pays faute d’intervention des autorités libyennes. Il n’existe pratiquement plus de forces de sécurité dans la ville de Derna en raison de la présence de groupes d’extrémistes islamistes qui liquident physiquement tous ceux qui appartiennent aux organes de sécurité.

  THÈME 5 – 3: Les milices quittent Tripoli. Source, journal ou site Internet : Magharebia. Date : 22 novembre 2013. Auteur : Essam Mohamed. Adresse par Jean-François Mazaleyrat.

La brigade Al-Qaaqa de Zintane a rendu son quartier général au gouvernement libyen jeudi 22 novembre et  quitte  la  ville  avec  ses  armes  et  ses  chars. « Nous avons  décidé  de  nous  retirer sous  la  pression  populaire  et  après  les évènements de  Tripoli »,  a  déclaré  le commandant de cette brigade, Othman Mligta, a Magharebia. Le ministre de la Défense Abdullah Al-Thani et d’autres  responsables  ont  assisté  à  la  cérémonie  de  remise  des  clés.  Un  autre  groupe  de Zintane,  la  brigade  Sawaek,  l’une  des  unités  les  plus  lourdement  armées,  s’est  également retirée d’un site qu’elle occupait dans la capitale depuis aout 2011, a fait savoir l’AFP.

[Essam Mohamed] Les habitants de Tripoli ont manifesté  le 15 novembre pour demander le départ des milices. Le Premier ministre Ali Zidan a assisté jeudi au retrait de cette brigade et l’a  remerciée  de  respecter  l’ordre  de  départ  donnée  par  le  gouvernement.  Cette  milice  de Misrata  avait  déjà  entamé  son  retrait  de  Tripoli  lundi,  à  la  demande  des  leaders  de  la communauté  de  cette  ville  côtière.  Une  milice  de  Gharyan  forte  de  deux  cents  hommes  a quitté  Tripoli  mardi. Des  brigades  originaires  de  Jadu,  Nalut  et  Rajaban  auraient,  selon  des informations,  également  quitte  la  capitale.  Jeudi,  la  brigade  Nawasi  a  remis  son  siège  au conseil local de souk al-Juma, à Tripoli. « Ce camp a été remis aujourd’hui au ministère de la Défense et a l’armée libyenne, qui n’est fidèle qu’a la seule patrie », a déclaré le colonel Salem Souissi.  « Les  rebelles  de  Zintane  sont  rentrés  chez  eux.  Seuls  ceux  qui  ont  rejoint  l’armée resteront pour protéger ce camp », a déclaré le général de brigade Juma El Abani, chef d’état-major  de  la  défense  aérienne  libyenne,  a  Nabaa  TV.  Les  nouvelles  recrues  seront  basées  à l’extérieur du camp, sous le contrôle de l’état-major général, a expliqué El Abani. Quwat Al-Rada, qui logeait sur la base aérienne de Mitiga, a également remis son siège au chef d’état-major de l’armée de l’air. La cérémonie s’est tenue en présence du ministre de l’Electricite Ali Muhairig,  qui  présidait  le  comité  a  l’origine  d’une  résolution  portant  sur  le  départ  des formations armées de Tripoli. « La résolution 27 est maintenant écrite par  le  sang et non par l’encre », a-t-il commente.

Le Premier ministre Ali Zidan a expliqué que la mise en œuvre de cette résolution 27 s’appliquera a toutes les factions sans exception et que les armes resteront entre les  mains de  l’État. « Cette affaire nous place devant le défi de voir  l’armée et la police assumer  la  sécurité », a-t-il  déclaré.  Il  a demandé  aux  citoyens  d’être  attentif  à  la  sécurité  et d’être  les  informateurs  de  la  nation,  ajoutant  que  « ils  ne  devront  laisser  personne  ne  pas respecter la patrie ni personne porter atteinte à la sécurité. » Le gouvernement avait demandé au  Congrès  de  mettre  en  œuvre  la  résolution  27  après  la  manifestation  de  Tripoli et  les affrontements qui ont couté la vie a « cinquante martyrs », a déclaré le Premier ministre.

 

RENSEIGNOR , lettre hebdomadaire publiée par Isabel Intelligence www.isabel-intelligence.org. En partenariat avec le Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), http://www.cf2r.org N° 797 le 10 novembre 2013.

Un officier de l’armée libyenne tué dans l’explosion de sa voiture…

À Benghazi un officier de l’armée a été tué et les membres de sa famille blessés dans l’explosion de sa voiture.

(Médi-1, le 04-11-2013) À Benghazi, un officier de renseignement libyen tué dans l’explosion de sa voiture…

Un attentat terroriste, à Benghazi a coûté la vie à un officier des services de renseignement militaires libyens et à sa famille. Un officier de sécurité libyen et sa famille ont été tués dans l’explosion de leur voiture, à Benghazi, dans l’est de la Libye. L’engin explosif qui avait été placé sous leur véhicule a explosé alors que Sulaiman Ahmed Al-Fsaee et sa famille roulaient en direction d’un marché local, a expliqué à Xin-hua le colonel Miloud Aldhua, un porte-parole des forces spéciales à Benghazi. M. Al-Fsaee et son fils de 9 ans ont été tués sur le coup, tandis que sa femme et son autre enfant âgé de 2 ans sont décédés plus tard à l’hôpital, a ajouté M. Aldhua. La situation de la sécurité à Benghazi s’est récemment aggravée. Tous les jours des meurtres et enlèvements d’officiers de sécurité et de militants politiques y sont enregistrés.

(La voix de la République islamique d’Iran, le 04-11-2013). Pour la seconde fois en 48 heures un officier des services de renseignement militaires libyens tué dans l’explosion de sa voiture…

En Libye un officier des services de renseignement militaires a été tué hier dans l’explosion de sa voiture à Benghazi, dans l’est du pays. L’officier Abousif Al-Mabrouk a succombé à ses blessures. Lundi un autre officier de l’armée a été tué dans les mêmes circonstances et la semaine dernière le colonel Issam Al-Houidi a été blessé dans une tentative d’assassinat à l’est de Benghazi.

(La voix de l’Amérique, le 07-11-2013). RENSEIGNOR N° 798 le 17 novembre 2013 ;

À Benghazi, un ancien officier devenu imam tué dans l’explosion de sa voiture…

En Libye, trois personnes ont été tuées hier à Benghazi. Il s’agit d’un soldat des forces spéciales et de deux anciens officiers. L’un d’eux était devenu imam. Il a succombé dans l’explosion de sa voiture.

(Médi-1, le 15-11-2013). Une prime de 10 millions de dollars pour retrouver les auteurs de l’attaque du consulat américain de Benghazi…

Les États-Unis offrent désormais dix millions de dollars pour des informations sur les auteurs de l’attaque contre leur consulat de Benghazi l’an passé. Une attaque qui avait coûté la vie à quatre Américains dont l’ambassadeur en Libye, Christopher Stevens. (Médi-1, le 16-11-2013).

16/11/2013. Analyse de Bernard Lugan réservée aux abonnés de l’Afrique Réelle.

Vendredi 15 novembre, à Tripoli, les miliciens originaires de la ville de Misrata ont ouvert le feu sur une foule réclamant leur départ, faisant plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés. A la suite de ce massacre, les tireurs furent encerclés par les milices rivales qui s’emparèrent de leur quartier général. Samedi 16 novembre, ayant reçu des renforts ils tentaient de maintenir leurs positions.

Ces sanglants événements traduisent la lutte pour le pouvoir qui se déroule en Libye depuis le renversement du colonel Kadhafi. Comme les Berbères (berbérophones ou arabophones) disposent d’une milice solide, si les miliciens de Misrata étaient chassés de Tripoli, ils constitueraient alors la principale force de la capitale.

Clés d’explication d’une redistribution des cartes en cours : Ce furent les miliciens de Misrata qui lynchèrent le colonel Kadhafi après l’avoir sodomisé avec une baïonnette. Ce furent eux qui coupèrent les mains de son fils Mouatassim après l’avoir émasculé et après lui avoir crevé les yeux. Pour mémoire, alors que la ville de Misrata allait tomber aux mains des partisans du colonel Kadhafi, ces « gentils » démocrates chers à BHL furent sauvés in extremis par la seule véritable intervention terrestre directe de l’armée française…Pourquoi ?

Abritant les plus importantes forces miliciennes du pays, « auréolée » par la capture du colonel Kadhafi, la ville de Misrata tenta ensuite de prendre le contrôle de Tripoli. Face à elle, se dressa la milice de Zenten.

La presse présente toujours la ville de Zenten comme étant arabe alors qu’elle est authentiquement Berbère. Zenten est d’ailleurs un nom berbère puisqu’il s’agit de la déformation de Z’nata ou Zénète, l’une des principales composantes du peuple amazigh.

Cette population berbère arabophone occupe une partie du djebel (Adrar en berbère) Nefusa, autour de la ville de Zenten. Leurs cousins sont les Berbères berbérophones dont le centre est la ville de Zouara et qui peuplent une partie du jebel Nefusa autour de Nalout et de Yafran.

Les berbérophones – et non tous les Berbères -, totalisent environ 10% de la population libyenne, mais comme ils vivent à plus de 90% en Tripolitaine, ramenée à cette seule région, ils y constituent au moins 20% de la population. Ceci fait que, en Tripolitaine, les Berbères « ethniques » (berbérophones ou arabophones) forment quasiment 50% de la population.

Après Tripoli, Misrata tenta de prendre le contrôle de Bani Walid, fief de la tribu Warfalla demeurée fidèle au colonel Kadhafi, et cela afin de dominer la Libye centrale. Le prétexte de l’attaque de la ville fut la capture d’Omran Ben Chaaban Osman, un des assassins de Moammar Kadhafi, célèbre pour avoir paradé le révolver du colonel à la main. Nombreux étaient les Warfalla qui avaient juré sa perte ; or, fait prisonnier lors d’un précédent accrochage avec les Warfalla, il fut enfermé à Bani Walid et longuement torturé.

Finalement libéré aux termes de ténébreuses tractations, ce fut aux frais du contribuable français qu’il fut transporté à Paris par avion sanitaire spécial pour y être soigné. Il y mourut dès son arrivée. Cette curieuse « amitié » de la France pour les gangsters de Misrata paraissant bien singulière, des questions se posent au sujet de cette constance dans la sollicitude…

Aujourd’hui, les miliciens de Misrata paraissent bien isolés. Ils ont en effet contre eux la population de Tripoli, l’alliance des milices de Zenten, du jebel Nefusa, de celle des Warfalla de Tripolitaine et de celles des tribus de la région de Syrte qui n’ont pas oublié le traitement ignominieux réservé au colonel Kadhafi. En Tripolitaine, une alternative politique nouvelle et plus solide que celle née du cirque électoral de l’année 2012 est-elle donc en train de naître de cette coalition anti Misrata ? Il est naturellement trop tôt pour le dire mais elle peut constituer un espoir dans un pays coupé en trois :

– La Tripolitaine où comme nous venons de le voir, s’affrontent les milices de Misrata, de Tripoli et de Zenten,

– La Cyrénaïque en état de sécession et où la guerre oppose les islamistes fondamentalistes et les membres des confréries soufies,

– Le sud de la Libye éclaté en deux zones échappant totalement au contrôle du « gouvernement » à savoir celle de l’ouest, peuplée par les Touareg, cependant que dans le centre/sud/est, les combats sont continuels entre Toubou et Arabes.

Bernard Lugan.

 2/10/2013. Revue de presse « Défense »/ (contact : adulou@numericable.fr)

THEME 5 – 2 paralysie libyenne.

Source, journal ou site Internet : TTU Online.

Date : 5 novembre 2013. Auteur : Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

 Alger a décidé d’arrêter sa collaboration avec Tripoli pour la surveillance de la frontière entre les deux pays. Du côté libyen, ce sont des milices composées d’ex-rebelles, dépendant en principe du pouvoir de Tripoli, qui assurent la “sécurité “de cette frontière. Mais, pour les autorités algériennes, la collaboration sécuritaire bilatérale pose problème, car elles soupçonnent les services de sécurité libyens d’être dominés par les milices radicales, notamment le Groupe islamique libyen combattant. Les Algériens craignent que la frontière commune entre les deux pays, longue d’environ 900 kilomètres, puisse être traversée en toute quiétude par des groupes terroristes. A l’exemple de ce qui se passe déjà à la frontière tuniso-libyenne, devenue un foyer d’insécurité. Cette situation a poussé Alger à dépêcher 3 000 gendarmes à ses frontières avec la Libye. Suite à des opérations de ratissage dans la zone frontalière, les gendarmes algériens ont tué deux trafiquants et mis la main sur 130 roquettes antiaériennes, des mines terrestres et quelque 2 000 roquettes antichars RPG. L’Algérie est opposée à la volonté libyenne de confier la sécurisation de ses frontières sud et sud-est à des sociétés privées, étant réticente à toute présence armée étrangère, notamment occidentale, à ses frontières. L’anarchie politico-sécuritaire régnant à Tripoli étant pour Alger un facteur aggravant. Depuis les élections législatives en juillet 2012, le Congrès général national (CGN) libyen a en effet subi 18 attaques de la part de groupes armés, dans le but de faire pression sur les parlementaires, la dernière attaque datant du 22 octobre. La dernière attaque contre le CGN aurait été commanditée par le Conseil de Cyrénaïque, une instance aux revendications indépendantistes dirigée par Ibrahim Jedran. Ce dernier commande également une milice de la tribu des Magharbiba, basée dans la région d’Ajdabiya, laquelle contrôle un certain nombre d’installations pétrolières. L’attaque du 22 octobre visait à faire pression sur la rédaction de la nouvelle Constitution libyenne, afin que celle-ci octroie à ces groupes le droit de gérer les ressources pétrolières des zones qu’ils contrôlent. Par ailleurs, près d’une centaine de membres du CGN ont quitté leur siège le 27 octobre, privant l’assemblée du quorum nécessaire pour lui permettre de poursuivre ses travaux. Ces députés souhaitaient protester contre un changement de dernière minute apporté à l’ordre du jour par le président Nouri Abou Sahmein. Cette session devait, au départ, être consacrée à la création du Comité opérationnel des révolutionnaires libyens (CORL) et des fonds à lui allouer, qui s’élèvent à 900 millions de dinars libyens (670 millions d’euros). Ces députés ont demandé l’abrogation de la délégation donnée au président du CGN pour commander les forces armées ainsi que la mise en place d’une commission parlementaire, pour enquêter sur le dossier des fonds attribués au CORL et l’enlèvement éphémère du Premier ministre Zeidan. Le Parlement devait également débattre de la déclaration du gouvernement de Cyrénaïque. En effet, les autorités de Benghazi ont annoncé la constitution d’un gouvernement régional autonome pour gérer les affaires de la région. Le nouveau gouvernement est présidé par Abd-Rabbo al-Baraasi, proche des Frères musulmans. Au cours d’une conférence de presse tenue à Ajdabiya, ce dernier a annoncé la formation d’un cabinet de 24 ministres, précisant que son action ne visait pas une partition mais la construction de la Libye dans le cadre d’un système fédéral. Il a, en outre, annoncé la création d’une Force de défense de la Cyrénaïque et la division administrative de la région en quatre provinces : Benghazi, Tobrouk, Ajdabiya et le Jebel Akhdar. Ce nouveau gouvernement vient concurrencer, en quelque sorte, le Conseil intérimaire de la Cyrénaïque, présidé par cheikh Ahmed Zoubaïr al-Sénoussi, cousin de l’ancien roi Idriss renversé par le colonel Kadhafi en 1969.

 THEME 5 – 2 : Recrudescence du terrorisme en Libye à l’approche des élections.

Source, journal ou site Internet : Magharebia.

Date : 1er novembre 2013. Auteur : Fathia al-Majbri. Adressé par Jean-François Mazaleyrat.

Une voiture a explosé devant une école secondaire faisant office de bureau de vote dans le quartier al-Hadaek de Benghazi, samedi 26 octobre. Plusieurs voitures appartenant aux stagiaires de la commission électorale, qui étaient garées devant cette école, ont été détruites par l’explosion. Leurs propriétaires participaient à un cours de formation avant les élections destinées à choisir les membres de la commission scolaire et des conseils municipaux. « Cet attentat à la bombe est un message clair envoyé pour perturber l’élection des soixante membres de la commission qui commencera à rédiger la constitution libyenne et l’élection des conseils municipaux », a déclaré le porte-parole du Comité de sécurité conjoint de Benghazi, Abdullah Zaidi.

[AFP/Abdullah Doma] Des Libyens sur le site d’un attentat à la voiture piégée devant un bureau de vote à Benghazi, samedi 26 octobre. Une manifestation a été organisée samedi à Benghazi pour dénoncer la détérioration de la situation sécuritaire dans la ville et demander que les forces d’opération spéciales viennent la sécuriser. « Les équipements dont nous disposons actuellement ne sont pas adaptés », a expliqué le commandant des opérations spéciales Wanis Bukhamada. « Seule une petite partie est disponible pour les forces d’opérations spéciales, et je ne dispose pas d’un soutien total. Nous avons besoin de matériel et de véhicules. Lorsqu’a eu lieu l’attentat d’al-Jalaa, j’ai transmis à l’ancien ministre de l’Intérieur une liste de nos demandes. À ce jour, aucune réponse n’a été apportée à ces demandes. »

« Chacun en Libye doit assumer sa responsabilité en faveur de cette nation », a-t-il ajouté. « La passivité nous a entraînés dans l’inconnu, et nous perdons aujourd’hui au minimum une personne chaque jour. En dépit de tout ce qui se passe, certains Libyens se préoccupent de cette nation, et ce sont, eux, de vrais révolutionnaires. Selon certaines informations, Sabha souffre également et est plongée dans le chaos. Un jour viendra où nous demanderons des comptes à tous ceux qui ont commis des crimes contre la Libye. » « Nous voulons une agence

de collecte de renseignements pour faciliter le travail des forces d’opérations spéciales », a ajouté Bukhamada. « Malheureusement, l’État ne nous apporte aucun soutien en la matière. »

Lundi 28 octobre, le corps d’Abdallatif Zwai, directeur de la Banque arabe al-Ejmaa, a été retrouvé à Mashrua al-Safsafa, une zone boisée de Benghazi, abattu de plusieurs balles dans la tête. Des signes de torture étaient également visibles sur son corps. Zwai avait été enlevé il y a environ un mois, et ses ravisseurs demandaient une rançon de dix millions de dinars libyens pour sa libération. Lundi également, le lieutenant-colonel Idris Najem, officier à la direction de la sécurité à Benghazi, a échappé à une tentative d’assassinat dans le quartier d’al-Huwari de la ville. Par ailleurs, Abdel Hakim Ramadhan Mohammed, officier de l’administration militaire, a échappé à une tentative d’assassinat mardi à 8 heures du matin devant son domicile, et se trouve aujourd’hui dans un état critique à l’hôpital al-Jalaa de Benghazi. Les journalistes Khalifa al-Obaidi et Seraj al-Majbri ont également été visés par une tentative d’assassinat mardi, lorsque des hommes armés ont ouvert le feu sur eux depuis une voiture qui circulait à grande vitesse. Des agresseurs armés non identifiés ont lancé une autre attaque mardi matin, tirant des grenades contre un convoi des forces spéciales sur l’autoroute, sans toutefois faire de victimes. D’autres n’ont en revanche pas eu cette chance. Mustafa Abdulsalam Asnedl, soldat au 1er régiment d’infanterie, a été tué mardi après avoir été atteint de plusieurs balles à la tête et à l’épaule alors qu’il quittait l’Hôpital du 7-Octobre dans le centre de Benghazi. Lundi, une tente de protestation a été érigée devant l’Hôtel Tibesti par des membres de la tribu al-Obeidi, proches du lieutenant colonel Abdul Fattah Younes, abattu de plusieurs balles tirées depuis une Kia de couleur blanche. Deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées, selon le Libya Herald. Les manifestants demandent l’arrestation des suspects dans le meurtre de ce héros de la révolution. Le leader de la milice islamiste Ahmed Boukhtala est accusé depuis longtemps d’avoir orchestré ce meurtre. Il est toujours en liberté.

27/10/2013. Revue de presse « Défense »/ (contact : adulou@numericable.fr)

6/ RENSEIGNEMENTS ET MENACES :

• THEME 6 – 1 Libye Les milices comme unique

«rempart

Source, journal ou site Internet : le Soir d’Algérie

Date 26 octobre 2013

Auteur : Nawal Imès

Adressé par Jean-François Mazaleyrat

Deux ans après la chute du régime Kadhafi, la Libye est plus que jamais en proie à une instabilité qui menace non seulement la pérennité de l’État mais également la stabilité de toute la région. L’Algérie, qui partage des milliers de kilomètres avec son voisin libyen, suit avec grande attention les événements qui s’y déroulent et les informations qui en émanent sont loin d’être de nature à rassurer. Signe de l’instabilité qui mine le pays, des partisans du fédéralisme annonçaient, ce jeudi, la formation d’un gouvernement local à Benghazi.

En plus d’un «cabinet» formé de 24 ministres, ce «gouvernement» évoque la création d’une «force de défense de la Cyrénaïque» qui fonctionnerait selon le modèle des milices. Uneinitiative qui ne plaide nullement pour un retour à la normale dans un pays où règne le chaos depuis plus de deux années et où les armes circulent librement. Pas plus tard que la semaine dernière, c’est le Premier ministre en personne qui faisait l’objet d’un enlèvement. Un épisode qui démontre si besoin est l’absence totale d’un État fort, structuré et en mesure de faire front contre les périls de tous genres. Mieux encore, ce même État fragilisé rappelle l’essentiel de ses troupes aux frontières pour renforcer la sécurité dans une capitale en proie à l’anarchie et délègue la sécurité des frontières à des milices. Une décision lourde de conséquences sur les pays voisins dont l’Algérie qui, face aux barons des trafics de tout genre et des groupes terroristes, se retrouve seule au front. Des sources sécuritaires faisaient état, en fin de semaine, de la découverte d’un arsenal de guerre dans la région d’Illizi. Une centaine de missiles anti-aériens ainsi que plusieurs centaines de roquettes anti-hélicoptères, de mines terrestres et de grenades ont été ainsi récupérées et ce n’est pas la première fois que les forces de sécurité font ce type de découverte dans une zone frontalière où les trafics de tous types sont légion. L’inquiétude de la partie algérienne est justifiée par la nature même des milices.

Formées au lendemain de la chute du régime Kadhafi après l’effondrement des institutions, ces milices, souvent des ex-rebelles, ont puisé dans l’arsenal militaire et se sont vite substituées à la police et à l’armée régulière. Certaines se sont regroupées sur des bases idéologiques comme c’est le cas d’Ansar al-Chariaa alors que d’autres se sont regroupées sur des bases purement tribales, comme c’est le cas à Zenten et Misrata. Très lourdement armées et officiellement rattachées au ministère de l’Intérieur, ces milices agissent comme des électrons libres et n’obéissent à aucune autre logique que celle des intérêts purement tribaux.

Le Premier ministre libyen n’a eu d’autre choix que de reconnaître que la Libye nageait à «contre-courant», affirmant que «plusieurs forces entravent la construction de l’organe sécuritaire de l’État». Les pays voisins, dont l’Algérie, sont donc avertis…

__________________________________

16/03/2012. À Monsieur le juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke de M. Peter Dietrich, Juriste DEA. Criminologie. Sciences pénales, victime empêchée de se faire prévaloir de ses droits de la revendication congrue du rétablissement de la Haute Cour de justice, de la contestation fantaisiste du dessaisissement des juges d’instruction des ristournes etc. de l’affaire de Karachi et autres. Par une requête en suspicion légitime rabibochée de l’esbroufe, le multimilliardaire, trafiquant notoire, M. Ziad Takieddine spécule sur la complaisance de la vénalité des corrompus, à l’instar de ses compères naguère miraculés en faisant ainsi passer à la casserole des juges irréprochables. (P. 3…). Pour s’assurer de ses légendaires passe-droits, il est judiciairement établi des autorités publiques soudoyées, des financements de leurs élections en dessous-la-table par des capitaux des sources franchement polluées…

« Tous sont égaux en droit », est dès lors la maxime cardinale violée des droits fondamentaux garanties par la Constitution, foulée aux pieds par la vénalité de ceux chargés de la faire respecter. Car des financements corruptifs des élections, il s’est ensuivi l’existence d’un lien de causalité direct entre mes incommensurables dommages et préjudices des machinations politico-judiciaires stipendiées, connexes, commentées précédemment, (et sur mes blogs), au sujet de la portée de l’art 203 C. pr. pén. C’est l’évidence même de la combinaison légale des dispositions des articles 60. C. pén. 1806 (seul valide) : « Complicité par dons (financement politique et corruptif), promesses, menaces, abus de pouvoir (trafic d’influence), machinations ou autres artifices coupables, fourniture de moyens, aide, assistance apportés aux auteurs de l’action dans la préparation et dans l’exécution », dont forcément le financement politique spéculatif des malfaiteurs notoires, ayant assuré des passe-droits défrayant la chronique après des décennies des obstructions et escroqueries judiciaires. (Woerth, Bettencourt, Strauss-Kahn, Tapie…). Répétons-le, est parfaitement acquis l’acquiescement judiciaire sans réserves à mes dénonciations et griefs des ministres de Justice et des Finances assignés devant le Conseil d’État. (P. 4).

De l’article 460 C. pén 1806 sur le recel : « Le recel ‑pour financement illicite des élections, du trafic d’influence par la corruption‑ étant une infraction continue. La prescription de l’action publique ne court que du jour où il a pris fin, alors même qu’à cette date l’infraction qui a procuré la chose serait déjà prescrite » (Crim. 18 juillet 1964, D. 64, 664). « La Cour de cassation considère comme suffisante la constatation que le prévenu a agi sciemment ». (Crim. 18 juillet 1964, D.64, 664). « Si peu importe que le receleur ait été mû par l’idée du lucre ou non [bluff de Nucci du non-enrichissement des élus corrompus], il suffit qu’il ait reçu des objets en connaissant leur provenance frauduleuse. » ( Crim. 30 juin. 1877, D. 77,1,511). « Dans le cas d’un recel simple ou qualifié qui trouve sa source dans une infraction en soi, il suffit que le receleur ait su que la chose avait été enlevée, détournée ou obtenu à l’aide d’un crime ou d’un délit (corruption, trafic d’influence, escroquerie, ristournes…)»(Crim. 3 avril 1936, B.43.)…

Ainsi, le refus persistant à moi de l’application égalitaire des indiscutées qualifications pénales, dans toutes les affaires connexes citées dans mes dénonciations sériées, constitue, en lui -même, des actions criminelles du concert contre les lois et contre l’application des lois d’une coalition criminelle des « fonctionnaires » complices et receleurs, flambant, en ce moment même, ce pognon des sources polluées et de celui des détournements des fonds publics. Tout acte, toute procédure préjudiciable à mes intérêts et nulle d’une nullité péremptoire et de laquelle je n’ai jamais cessé la revendication dont la légalité n’a jamais été démentie.

28 juillet 2011. Ajout à la page 4 jamais contesté, ni démentis des preuves démonstratives sur l’acquiescement judiciaire sans réserves des autorités politiques, judiciaires et administratives à la totalité des arguments exposés dans ce blog et de la véracité des documents. Dès lors, les malfaiteurs associés se sont jugés eux-mêmes par l’obstruction judiciaire criminelle à la constatation judiciaire de leur culpabilité incontestée pour le tout. Fini la présomption d’innocence ! La présomption de culpabilité est irréfragable ! conformément au principe interprétatif et téléologique (finalité) de la Déclaration de 1795 du droit fondamental de la Déclaration de 1789, et, sur l’équité judiciaire, des Déclarations européennes et de l’ONU ratifiées: « Celui qui, sans enfreindre ouvertement les lois, les élude par ruse et par adresse, blesse les intérêts de tous : il se rende indigne de leur bienveillance et de leur estime ». Il s’agit de la consécration de deux principes généraux de droit. 1° « Le droit ne doit pas céder à ce qui est violation du droit, » à savoir, à la violation des droits fondamentaux des victimes acquises ne doivent pas céder aux obstructions de la constations de la culpabilité judiciairement reconnue sans réserves. 2° « Ce qui est insupportable ne peut être de droit », à savoir, une justice tournée en caricature des « bouffons » par l’entremêlement de la politique mafieuse (Arpaillange), la présomption d’innocence caricaturale, n’est plus du droit.  (PERELMAN Ch. « Logique juridique, Nouvelle rhétorique », Méthodes du droit deuxième édition, Dalloz 1979, discuté dans mon projet quasiment achevé de thèse de doctorat disgraciée).

13/03/2012. À Monsieur le juge d’instruction Marc Marc Trévidic sur l’impératif constitutionnel de la restauration de la Haute Cour de justice et de la situation légale du Code pénal de 1806. Témoignage complémentaire d’une victime opprimée, devant des obstacles insurmontable, empêchée par des violences physiques et morales des pouvoirs public hors-la-loi, de revendiquer derechef le rétablissement de l’incrimination « complot contre la sûreté de l’État » de l’article 86, du seul code pénal valide, et du rétablissement de la Haute Cour de justice, illégalement supprimés par l’association des malfaiteurs, justiciables selon les principes généraux du code de procédure pénale, combinés à l’article 68 de la Constitution, illégalement modifié par un concert mafieux contre les lois et contre  l’exécution des lois…

Article 203 du Code de procédure pénale: « Les infractions (du complot) sont connexes soit lorsqu’elles ont été commises en même temps par plusieurs personnes réunies, soit lorsqu’elles ont été commises par différentes personnes, même en différents temps et divers lieux (complicité, trafiques, recel), mais par la suite d’un concert formé à l’avance entre elles (escroqueries judiciaires d’une coalition de fonctionnaires), soit lorsque les coupables ont commis les unes pour se procurer les moyens de commettre les autres (corruption, trafic d’influence, subornation…), pour en faciliter (complicité par financement spéculatif des élections des malfaiteurs notoires), pour en consommer l’exécution (suspension de l’application des lois), ou pour en assurer l’impunité (obstruction de justice par des décisions partiales, faux en écriture, suppression des actes de procédures avec leurs auteurs…)…»

Présente réaction judiciaire à Mediapart du lundi 12 mars 2012 révèle le contenu d’une note de synthèse, versée au dossier d’instruction de l’affaire Karachi, qui semble établir que le régime libyen de Mouammar Kadhafi a versé 50 millions d’euros pour financer la précédente campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. […]« Financement de la campagne totalement réglé ». Le 6 octobre 2005, affirme Grosskopf, le « financement de la campagne » de « NS » (Nicolas Sarkozy) a été « totalement réglé » lors d’une visite officielle de ce dernier, alors ministre de l’Intérieur. Les 50 millions d’euros auraient transité par une banque suisse non déterminée, ainsi que par une société panaméenne de « BH », soit Brice Hortefeux, qui accompagnait le ministre.

MEDIAPART 15/03/2012. Kadhafi-Sarkozy : nos nouvelles révélations.15 MARS 2012 | PAR FABRICE ARFI ET KARL LASKE. Jean-Charles Brisard, l’auteur du mémo sur le financement par le régime libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, confirme lors d’un entretien avec Mediapart la mention du nom de l’ancien ministre de l’intérieur, Brice Hortefeux, dans le montage financier. Il affirme détenir « un classeur » et disposer « des montants, des noms, des pays, des dates précises ». L’enquêteur privé s’explique aussi sur le compte suisse d’Isabelle Copé, la sœur du patron de l’UMP, objet d’un autre mémo remis à la justice.

MEDIAPART 28 AVRIL 2012 Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement. | PAR FABRICE ARFI ET KARL LASKE.

Selon un document officiel libyen daté du 10 décembre 2006, le régime Kadhafi a décidé de débloquer une somme de 50 millions d’euros pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Dans cette note que nous publions, Moussa Koussa, alors chef des services de renseignements extérieurs libyens, autorise le directeur de cabinet de Kadhafi, Bachir Saleh, à entreprendre les versements secrets. M. Koussa évoque dans ce document des réunions préparatoires avec Brice Hortefeux et l’intermédiaire Ziad Takieddine. « Ce document prouve qu’on est en présence d’une affaire d’État », confirme ce dernier à Mediapart.

MEDIAPART 04 MAI 2012 | Kadhafi-Sarkozy : la justice tunisienne savait dès octobre 2011. PAR MATHIEU MAGNAUDEIX ET FABRICE ARFI ET KARL LASKE. || 50 millions pour Sarkozy : l’ancien premier ministre libyen confirme|| Kadhafi-Sarkozy : un avocat surprise pour faire taire l’ex-numéro deux libyen

«Oui, en tant que premier ministre, j’ai moi-même supervisé le dossier du financement de la campagne de Sarkozy depuis Tripoli », a déclaré, il y a sept mois, Baghdadi Ali al-Mahmoudi. L’ancien chef du gouvernement libyen, actuellement détenu en Tunisie, avait détaillé le financement par le régime Kadhafi de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 dès le 25 octobre 2011, lors d’une audience devant la cour d’appel de Tunis, qui examinait la demande d’extradition déposée par la Libye à son encontre… || … Interrogé par Mediapart, cet avocat, Me Slim Ben Othman, qui explique défendre à titre gracieux l’ancien premier ministre libyen qu’il connaît très bien, confirme les propos de son confrère. Il précise même que M. Baghdadi Ali al-Mahmoudi les a répétés en présence de plusieurs de ses avocats lorsque des émissaires de l’UNHCR, l’agence des Nations-Unies chargée des réfugiés, lui ont rendu visite dans sa prison de Tunis.

«Baghdadi Ali al-Mahmoudi a dit avoir remis à une délégation française envoyée par Sarkozy de l’argent, beaucoup d’argent, des millions d’euros en liasses de billets, nous déclare-t-il. Il a des documents comptables. On ne remet pas des millions d’euros sans aucune signature. Il garde en mémoire les prénoms de la délégation française.» L’avocat a précisé dans la journée à l’Agence France Presse (AFP) que la remise d’argent avait eu lieu à Genève. «M. Sarkozy ne dit pas la vérité», accuse Slim Ben Othman, qui se dit à la disposition de la justice française. Selon lui, l’ancien premier ministre libyen détient de nombreux documents, placés en lieu sûr, attestant du financement occulte de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Le coordinateur de la défense de l’ancien premier ministre, Me Mabrouk Korchid, évoquait, dès novembre 2011, quelques jours après l’audience de la cour d’appel, les «secrets d’État» que détenait Baghdadi. «Après la mort de Kadhafi, c’est le seul qui détient des secrets d’État au plan intérieur et en ce qui concerne les relations de la Libye avec certaines grandes puissances» déclarait-il…»

_____________________________

Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen de 1789, Préambule de la Constitution, art. 7. « Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis… »

C. pén. 1806, (seul valide actuellement), art. 183. « Tout juge ou administrateur qui se sera décidé par faveur pour une des parties, ou par inimitié contre elle, sera coupable de forfaiture et puni de la dégradation civique ». (Bref, des ordures par définition du droit fondamental de la France).

RUE 89. TURBULENCES. En 2007, Kadhafi aurait financé la campagne de Sarkozy. Augustin Scalbert | Journaliste. Mediapart révèle le contenu d’une note de synthèse

Saïf al-Islam : « C’est nous qui avons financé sa campagne ». Nos confrères mettent en relation la note avec différents documents de Ziad Takieddine, ainsi qu’avec des déclarations de Saïf al-Islam Kadhafi à la chaîne Euronews, en mars 2011 : « Il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler ».

La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen. Nous lui avons accordé une aide afin qu’il œuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçus. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement. »

Emprisonné en Libye depuis la chute de son père, Saïf al-Islam a, jusqu’ici, gardé le silence.

MEDIAPART 12/03/2012. Présidentielle 2007 : Kadhafi aurait financé Sarkozy. PAR FABRICE ARFI ET KARL LASKE. Selon un document consulté par Mediapart, le marchand d’armes Ziad Takieddine, organisateur

en 2005 et 2007 des visites de Nicolas Sarkozy et de ses proches en Libye, aurait mis en place les« modalités de financement » de sa campagne présidentielle de 2007 par le régime de Kadhafi, en lien avec Brice Hortefeux, alors ministre des collectivités locales, et Saïf al-Islam. Un montant de 50 millions d’euros, une banque suisse et un compte à Panama sont évoqués dans ce document.

_______________________________________

Titre original : Torture en Libye : la réalité répugnante de la « libération » impérialiste. Torture à gogo dans la « Nouvelle Libye » de l’OTAN par Bill Van Auken – international news 08/03/12 09:26. http://www.internationalnews.fr/article-torture-a-gogo-dans-la-nouvelle-libye-de-l-otan-par-bill-van-auken-99047742.html Page 1 sur 2. Publié dans : crimes de guerre/torture/war crimes. Torture à gogo dans la « Nouvelle Libye » de l’OTAN par Bill Van Auken. International news. Mondialisation.ca, Le 10 février 2012. wsws.org.

Titre original : Torture en Libye : la réalité répugnante de la « libération » impérialiste.

De multiples articles sur la torture dans les camps de détention dirigés par le nouveau régime libyen soutenu par l’impérialisme et les « rebelles » de l’OTAN démentent tous ceux qui, au nom des droits de l’homme et de la «libération » avaient justifié la guerre de l’année dernière.

À peine un peu plus de 100 jours se sont écoulés depuis l’assassinat par lynchage de l’ancien dirigeant de la Libye, Mohamed Kadhafi, un acte horrible qui avait marqué l’aboutissement de la guerre de huit mois menée par les États-Unis et l’OTAN. À l’époque, le président Barack Obama avait, depuis le jardin de la Maison Blanche, salué l’assassinat comme étant l’avènement d’« une nouvelle Libye démocratique. »

Les preuves et témoignages fournis au cours de la semaine passée par des groupes d’aide et des organisations de droits de l’homme donnent une tout autre image. Une guerre impérialiste criminelle se terminant par un meurtre brutal a, sans surprise, produit un régime de terreur, de torture et de répression. Selon un rapport publié par Amnesty International (AI), « Des actes de torture sont perpétrés par des militaires reconnus officiellement et des organismes de sécurité ainsi que par une multitude de milices armées opérant en dehors de tout cadre légal. »

L’organisation a rapporté de nombreux cas de détenus ayant été torturés à mort. Elle a également rapporté avoir rencontré d’autres qui présentaient « des marques visibles de torture infligées au cours de ces derniers jours et semaines. » AI a poursuivi en disant : « Parmi leurs blessures il y avait des plaies ouvertes à la tête, aux membres, sur le dos et d’autres parties du corps. »

Les prisonniers sont « suspendus dans des positions de contorsion, battus des heures durant avec des fouets, des câbles, des tubes en plastique, des bâtons, des chaînes et des barres métalliques, on leur administre des décharges électriques à l’aide de câbles sous tension et de pistolets semblables à des Taser, » selon un rapport d’Amnesty. Un porte-parole de l’organisation a qualifié «d’effroyable » le fait que le Conseil national de Transition (CNT), soutenu par les États-Unis et l’OTAN, ne conduise pas une enquête et à plus forte raison ne prenne pas des mesures contre la torture.

Les conclusions d’Amnesty ont été étayées par la commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies, Navi Pillay, qui a récemment dit au Conseil de sécurité que la torture était largement répandue. « Il y a de la torture, des exécutions extrajudiciaires, des viols d’hommes et de femmes, » a-t-elle dit. Pillay s’est dit tout particulièrement préoccupée par le sort des immigrés d’Afrique sub-saharienne et des Libyen noirs qui ont été raflés par les milices car suspectés d’être des partisans de Kadhafi uniquement à cause de la couleur de leur peau.

Le groupe d’assistance médicale Médecins sans frontières (MSF) a retiré ses volontaires des centres de détention de la ville libyenne de Misrata parce qu’il leur avait été demandé de traiter les victimes de torture exclusivement dans le but de les mettre sur pied pour une nouvelle séance d’interrogatoire. « Notre rôle est de fournir des soins médicaux à des victimes de guerre et des détenus malades et pas de traiter sans cesse les mêmes patients entre des séances de torture, » a dit le directeur général de l’organisation, Christopher Stokes. Il a ajouté que MSF avait maintes fois soulevé cette question auprès des autorités libyennes, mais qu’aucune mesure n’avait été prise.

La brutalité et la torture infligées par les « rebelles » qui ont été portés au pouvoir par les bombardements de l’OTAN et les « conseillers » des forces spéciales ont provoqué le mois dernier un soulèvement dans la ville de Bani Walid où des citoyens ont pris les armes pour libérer des prisonniers et chasser la milice qui y avait été postée par le CNT.

{Les séances de tortures, par des Forces spéciales et leurs mercenaires formées à ces méthodes par des médecins et des psys, sont à notre époque rentabilisées par des films pris par des magnétoscopes. Des DVD des « snuff mouvies », vendus à prix d’or sur les marchés noirs des Occidentaux, visionnent des inouïes bestialités jouissives : viols collectifs sous tortures, éviscérations, démembrements, bastonnades… des adolescentes, enfants et même bébés de préférence jusqu’à l’extinction lente de la vie. Ces désaxés nantis, se masturbent devant les écrans de leurs télés, en espérant de trouver l’occasion de pratiquer ce sadomasochisme à la page sur une des milliers d’adolescents et d’enfants disparus chaque année en Occident, ou sur celles vendus dans ces contrées incontrôlées du sexe-tourisme. Comparé à l’imagination bestiale mis en œuvre dans les « snuff mouvies », n’est qu’un conte « d’Alice dans le pays des merveilles », l’étouffement au Maroc dans ses excréments d’un garçonnet sauvagement sodomisé ; crim
e perfidement attribué cette année à un des ministres français, bien connu pour ses goûts particuliers. La Légion d’honneur des souillons, n’est-elle par le gardien intransigeant de l’intangible vertu d’emprunt de la haute classe dévergondée ? Les périls de la curiosité. Dans les règles de l’art des professionnels est occis par un suicide certifié le Gendarme OPJ Christian Jambert, enquêtant sur les disparus d’Yonne. La thèse d’assassinat des victimes est rejetée par ces juges et participants. Est arbitrairement embastillée en Belgique, le détective privé Stan Maillard, par un tir de barrage « magistrale » contre ses enquêtes et dénonciations « Des réseaux d’horreur » (p. 9) ci-dessus du sadomaso funeste, des proies forcées au jeu des masos écarbouillés ou dépecés à petit feu lors des éjaculations collectives dans dans la chair et viscères palpitants d’agonie. Le plaisir de nos dieux dans des intangibles cieux du fric}.

____________________________________

Le Télégramme.com. 11 mars 2011 à 15h03. Soirée sado-maso. Il subit d’horribles sévices, cinq mises en examen.

« Lorsque cet homme de 49 ans a franchi la porte du commissariat, son corps était affreusement mutilé. Cinq personnes ont été mises en examen pour « actes de torture et de barbarie ». Les faits ont été commis à l’occasion d’une soirée sado-maso visiblement ultra-violente. Une information donnée par RTL. Ce ne sont pas des délinquants « classiques » : psychanalyste, commercial, gestionnaire de patrimoine, médecin militaire… (Magistrats ?) Ces derniers jours, six hommes ont été entendus par les enquêteurs du deuxième District de police judiciaire (DPJ) de Paris et le juge d’instruction chargé de l’affaire « n’a pas longtemps hésité avant d’envoyer cinq de ces suspects derrière les barreaux et de les mettre en examen pour actes de torture et de barbarie », indique RTL. À la limite du supportable. Hématomes, traces de brûlures, peau cisaillée à coups de cutter… Le corps de cet homme de 49 ans était mutilé. Les enquêteurs, qui se sont procurés des photos prises dans l’appartement du XXe arrondissement où a eu lieu cette soirée, évoquent des jeux sexuels sado-masos ultra-violents. Selon les cinq personnes mises en examen, la victime était « totalement consentante ».

Commentaire. S’étant prêté aux sport favori des psys, il peut s’estimer heureux que ces morceaux délicatement apprêtes n’ont pas ne pas fait les délices des chiens, des chats, des rats ou des poisons, comme maint disparu sans laisser des traces.

From: georges FORNEY. Sent: Saturday, March 12, 2011 2:42 PM. To: peter.dietrich@sfr.fr. Subject: Re: un ami vous conseille un article du télégramme. Vu qu’il ne s’agit pas de Mohamed, les identités sont bien protégées !!! Résultats cet article est peut exploitable pour faire des croisements avec d’autres affaires. LIBERTÉ de la publication, courage des journalistes !  A+ René FORNEY 0613845996}

_______________________________________

Tous ces développements ont soigneusement été ignorés par la clique des organisations de « gauche » et les universitaires et journalistes libéraux qui ont joué un rôle tout à fait crucial en promouvant et en justifiant la guerre des États-Unis et de l’OTAN en faveur d’un changement de régime en Libye.

Il y a un peu plus d’un an, ils avaient mis en garde contre un soi-disant massacre imminent à Benghazi et critiqué la répression du régime de Kadhafi, et invoqué le concept de la « responsabilité de protéger » les civils comme justifications pour une intervention militaire menée dans l’ancienne colonie par les puissances

Torture à gogo dans la « Nouvelle Libye » de l’OTAN par Bill Van Auken – international news 08/03/12 09:26. http://www.internationalnews.fr/article-torture-a-gogo-dans-la-nouvelle-libye-de-l-otan-par-bill-van-auken-99047742.html Page 2 sur 2 impérialistes.

——————————-

Réaction à la publication ci-dessous. Voilà ce qu’à donne la campagne électorale de Sarko-les-pots-de-vin de son ancien pot Kadhafi. Et ce ne fait que commencer ! C’est un peu tard que ces « chercheurs » commencent à régir contre ce que d’autres analystes plus sérieux ont pronostiqué avec des accusations de crimes contre l’humanité de l’OTAN, sous le masque des libérateurs (des adeptes de la Charia) pour spolier le pays de ses richesses par ceux que ce Kadhafi progressiste a chassé. Détails page 12 blog Dietrich13.wordpress.com. Dissertation complémentaire édifiant sur la page 4. Juriste DEA. Criminologie. Sciences pénales.

Le Figaro. le 08/12/2011. L’inquiétant poids des milices dans la «nouvelle Libye» Mots clés : MilicesGroupes ArmésRévoltes ArabesLIBYEAbdelhakim Belhadj. Par Pierre Prier.
«Beaucoup de combattants ont pris goût à la guerre, assure l’un des contributeurs. Ils ont du mal à retourner à la vie civile.» Crédits photo : AHMAD AL-RUBAYE/AFP. Réunis à Rome, des chercheurs s’alarment de l’incapacité du pouvoir à faire rentrer les groupes armés dans le rang.

Les milices ont de l’avenir en Libye. C’est le constat alarmant dressé mercredi à Rome par un groupe de chercheurs et de spécialistes de la Libye rassemblés par le Collège de défense de l’Otan, la «boîte à idées» de l’Alliance atlantique. Au moment où les habitants de Tripoli demandent aux «révolutionnaires» de quitter la capitale, les participants à un séminaire discret sur «L’avenir de la Libye» étaient en majorité d’accord sur un pronostic: le désarmement des groupes armés, objectif du gouvernement de transition, n’est sans doute pas pour demain. Pour de multiples raisons.

Psychologiques, pour une part. «Beaucoup de combattants ont pris goût à la guerre, assure l’un des contributeurs. Ils ont du mal à retourner à la vie civile.» Le refus de rendre les armes est aussi politique. «On est dans le provisoire. Les vainqueurs d’hier ne sont pas sûrs d’être les vainqueurs de demain. Mieux vaut garder les fusils et les canons pour négocier sa place le moment venu», renchérit un autre analyste. […]

«Le risque, c’est de voir apparaître des partis dotés chacun d’une milice», prévient un chercheur. Toutes n’émanent pas des divers courants islamistes. Il y a 53 groupes armés différents à Tripoli, note un autre participant. «Certains sont dirigés par des anciens du régime de Kadhafi qui ont fait défection un mois avant la chute et qui ont les moyens de s’acheter une milice».

Une âpre lutte pour le pouvoir. L’importance du gouverneur autoproclamé de la capitale, Abdelhakim ­Belhaj, ancien du Groupe islamique combattant libyen, est au passage remise en perspective. Avec 300 hommes, il ne représente qu’une force parmi d’autres, mais entraînée et financée par le ­Qatar, ce qui a donné l’occasion au séminaire de souligner le problème de l’ingérence étrangère dans la «nouvelle ­Libye».

La lutte pour le pouvoir y sera d’autant plus âpre qu’elle concerne aussi l’argent. L’enjeu de demain, c’est de savoir qui va contrôler les revenus pétroliers, mais aussi les sommes énormes placées à l’étranger -le chiffre de 100 milliards de dollars est évoqué. «Ceux qui auront le droit de signer les chèques auront le droit de façonner la force militaire», analyse l’un des plus pessimistes des contributeurs, selon qui «la Libye ne fera pas l’économie de la violence». Comment déjouer ces sombres pronostics ? Certains ont recommandé un gros effort dans le domaine culturel, la création d’un système politique décentralisé, mais qui redistribue équitablement les revenus pétroliers…

URL bloquée pour la diffusion sur Facebook. Le Figaro.fr. 22.10. 2011. Nicolas Sarkozy en pointe dans le conflit en Libye. Mots clés : Nicolas Sarkozy De Nagy-Bocsa, Otan.

C’est le prévisible avènement de l’oppression sanguinaire des seigneurs de guerre assassins, pillards, violeurs… In Dietrich13.wordpress.com, p. 12 Sarkomafia-Kadhafi – Gbagbo – Ben Laden Show : Gobez ! Casquez ! Périssez ! Ils sont déjà nombreux de regretter leur despote éclairé. Et, cela ne fait que commencer avec les bandes hyper-armés, encadrés des « satanistes » mercenaires de la Blackwater, superarmée privée : 23 000 hommes dans 10 pays, dont la population de Tripoli excédée n’en parvient plus s’en débarrasser… Hélas, ce n’a pas été présenté par les médias infantilisants des multimilliardaires, pillards des richesses de la Lybie. Merci Sarko. Ce massacre de la majorité acquise à Kadhafi, t’a apporté encore combien en pots-de-vin, ristournes chéris… ? D’avoir flambé en Lybie pour ta campagne électorale morbide les soustractions au budget de l’Éducation nationale, de la Sante publique… ? Qui représente plus la liberté et la démocratie ? Le libérateur despotique approuvé avant son lynchage médiatique par la majorité du peuple, le corrupteur du corrompu, ou cet corrompu usurpateur du pouvoir par des élections truquées même par l’argent sale du grand banditisme ? Après avoir installé en Lybie un régime rétrograde, ruiné l’économie nationale, le pernicieux péroreur se présent en champion des défendeurs des droits de l’homme, dont l’ignominieux lynchage médiatique du cadavre défiguré de son ancien mécène ami Sarko-les-pots-de-vin, lui, une véritable ignominie incarnée.

« Les peuples ne sont tellement trompés parce qu’ils cherchent toujours un trompeur : c’est-à-dire un vin excitant pour leur sens. […] Accepter une croyance uniquement parce que c’est la coutume,- cela signifie au fond : être malhonnête, être lâche, être paresseux. Ainsi, la malhonnêteté, la lâcheté et la paresse constituent la base de la moralité. » Nietzsche dans « Aurore ».

PRISMACANAL 20.10.2011. Libye: Mouammar Kadhafi assassiné par les rebelles à Syrte. Libye (Reuters) – Mouammar Kadhafi, qui a dirigé d’une main de fer la Libye pendant près de 42 ans, est mort jeudi quelques heures après la prise de sa ville natale de Syrte et deux mois après la chute de son régime. Le président du Conseil national de transition (CNT), Moustafa Abdeljalil, doit annoncer dans les heures qui viennent la libération totale du pays, après la chute des derniers quartiers résistants de Syrte dans la matinée. Les images du corps sanglant et dénudé de Mouammar Kadhafi, prises à l’aide d’un téléphone portable, ont été diffusées par des télévisions du monde entier. Les circonstances de sa mort ne sont pas encore claires.

Réaction à Rue89.  INTOLÉRANCE. 02/11/2011. Charb après l’attaque de Charlie Hebdo : « Les vrais musulmans n’incendient pas les journaux ». Pierre Haski  et Sophie Verney-Caillat | Journaliste. Selon la police, un cocktail Molotov est à l’origine de l’incendie du siège de l’hebdo satirique, rebaptisé cette semaine « Charia Hebdo ». Son site web a aussi été piraté.

À qui profite le crime anonyme d’un individu furtif juste après mes dénonciations de ces détails du rétablissement funeste de la Charia en Libye ? Et si ce n’était qu’un maléfice contre le blasphème de l’idole contrefaite par la télé-magie noire Sarko-les-pots-de-vin, de ses spires appointées en noir de sa sainte curie narguée ? Si dans la lutte de sa caste corrompue des sournois aigrefins, elle cherche à donner le change pour foutre le feu à ma turne pour taire mes revendications ?

L’assassinat du despote éclairé, du colonel Kadhafi, (*) pour le remplacer par des fantoches félons et/ou vendus, l’abrogation de sa législation de l’Islam progressiste pour instaurer la Charia rétrograde, constitue d’abord une Haute trahison de la France en guerre contre les Talibans et  d’Al Qaeda. Corrélativement, des crimes organisés contre l’humanité pour livrer les richesses de Lybie au pillage des grandes finances des omniums multinationales par leurs histrions médiatisées tels leur champion Sarko-les-pots-de-vin.

Coran. Charia, droit musulman traditionnaliste, et la fatwa, la jurisprudence des intégristes et des fondamentalistes remis en application en Lybie par l’OTAN. Sourate 8 ; 30 : «  … Allah aussi use de stratagèmes et c’est Allah qui est le plus fort en stratagèmes». (Machiavel divinisé).

« Hadith » (vol 9 : 50): « Aucun musulman ne devrait être mis à mort pour le meurtre d’un kafir (infidèle). » ‑« Tuez les païens où que vous vous trouviez. Capturez-les assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. » Sourate 9 : 5. (Des non-musulmans) : – ils sont comme des singes que l’on rejette (S-2 ; 61). – Les pires bêtes aux yeux de Dieu, sont les incroyants (S8 ; 55-56). – Un châtiment douloureux attends les infidèles (S-2 ; 98). Sourate 8 : 12, 17) : « tuez tout juif que vous rencontrerez ».   Sourate 8 : 12, 17.  « … Ce n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués. (Assassinats en bande organisées). {Le MEIN KAMPF du couple « Aubry », maire de Lille, de l’énarque Martine Brochen-Delors (p.7) avec son époux d’avocat pénaliste, défendeur passionné des Combattants de Dieu}.

Sourate 4 : 34 . « Les hommes ont autorité sur les femmes en vertu de la préférence que dieu leur a accordée sur elles. » « Épousez, comme il vous plaira deux, trois ou quatre femmes … » Sourate 4 : 3 « S’il vous répudie, son seigneur lui donnera peut-être en échange des épouses meilleurs que vous … » Sourate 66 : 5.  « Les hommes ont autorité sur les femmes en vertu de la préférence que Dieu leur a accordée sur elles. » Sourate 4 : 34. « Les femmes sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez … » (Esclavage). Sourate 2 : 223 « Admonestez celles dont vous craignez l’infidélité (coups et blessures volontaires) ; reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les. » (Tortures, séquestration) Sourate 4 : 34 « rien ne vaut le mariage de jouissance (à partir de 9 ans = pédosatyrisme, gamines de ≥ 12 ans, lapidées pour adultère =assassinats bestiaux de la laïcité positive de la morale utilitaire de nos Sarkos).  Khomeiny dans son ouvrage de 1990 « Tahrirolvasyleh » : « L’homme peut avoir le plaisir sexuel d’un enfant aussi jeune qu’un bébé. Cependant il ne doit pas pénétrer mais sodomiser l’enfant… » (Viol pervers).

Lois fondamentaux, supralégaux dans la plupart des État de l’OTAN dont la France. Pacte international relatif aux droits civils et politiques de l’ONU. Art. 2. 3. « Les États partis au présent Pacte s’engagent à : . a)  Garantir que toute personne dont les droits et les libertés reconnus dans le présent Pacte auront été violés disposera un recours utile, alors même que la violation aurait été commise par des personnes agissant dans l’exercice de leurs fonctions…. »La belle affaire ! La France n’aura pas fini de casquer si la légalité de l’État de droit sera rétablie.

Quand, comme en l’espèce, le crime de la haute trahison est prouvée jusqu’à l’évidence, jamais démenti par la voie judiciaire loyale et équitable, le droit constitutionnel de la France exige, la destitution sans lambiner de ce fantoche de chef d’État usurpatoire de longue date, la mise sous séquestre de son patrimoine et le blocage de ses comptes, (ainsi de ceux de ses complices), bref, la mise en œuvre de toutes les mesures judiciaires légaux pour limiter ses nuisances criminelles.

___________________________________

Nouvelobs. A la Une > Blogs > Internautes > Le quotidien de JDL. Libye – La photo des mercenaires occidentaux

avec les traitres rebelles du CNT – 11 octobre 2011.

Selon la page Facebook de la Jeunesse de la Libye Libre, une autre preuve parmi d’autres confirmant la présence de mercenaires européens ou américains sur le sol Libyen. Ces assassins venant de l’étranger invités en Libye par le CNT pour tuer la population Libyenne. D’après vous, les hommes entourés en rouge, est ce qu’ils ont des têtes d’arabes ou de libyens ? Ramener des monstres pour tuer ses propres frères ! Quelle est la logique dans tout cela ??!! Quelle est cette démocratie pour imposer un groupe de traitres sur toute une population ? Le CNT est une organisation montée en toute pièce par le Qatar et l’Otan pour piller le pétrole libyen.

___________________________________________________

LE BIEN PUBLIC, le 03/10/2011. LIBYE. Le désespoir des civils. Extraits.

Les habitants de Syrte sont dans une situation « désespérée » selon la Croix Rouge qui tire la sonnette d’alarme après plus de deux semaines de siège imposé à la ville, fief du Guide…

Par ailleurs, plus d’un mois après la prise de Tripoli par les anti-Kadhafi, les habitants de la capitale sont de plus en plus nombreux à réclamer le départ des centaines de combattants armés venus de tout le pays…

Hichem Khadhraoui, un représentant du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui a visité la ville de 70 000 habitants, a affirmé que des blessés et des malades ne pouvaient pas rejoindre l’hôpital à cause des combats et des bombardements de l’Otan…

« Plusieurs roquettes ont touché l’intérieur de l’hôpital pendant que nous y étions », a-t-il déclaré, déplorant « beaucoup de tirs aveugles » de roquettes, de canons antichars et de mitrailleuses…

RUE 89| Infosud | 15/09/2011 .Amnesty International s’inquiète des actions des rebelles libyens Par SANDRA TITI-FONTAINE .

L’ex-ministre de Mouammar Kadhafi, devenu chef des « autorités de transition » libyennes, n’a pas surpris en déclarant que l’islam serait la principale source de législation dans la nouvelle Libye…

Nicolas Sarkozy (accompagné de Bernard-Henri Lévy) et le premier ministre britannique David Cameron, effectuent jeudi une visite à Tripoli et Benghazi, pour célébrer la victoire des rebelles sur le régime du colonel Kadhafi.

Leur voyage coïncide avec la publication d’un rapport sévère d’Amnesty International sur la Libye, qui n’épargne ni les troupes du colonel Kadhafi ni les insurgés et dénonce tortures, pendaisons, assassinats, disparitions… […]

« Un chien parmi les chiens de Kadhafi a été éliminé » : ce message, écrit en lettres de sang, a été retrouvé sur le cadavre d’un ancien membre présumé de la sécurité intérieure libyenne (ISA), mort d’une balle dans la tête, pieds et poings liés. Exécuté, selon toute vraisemblance, par des rebelles partisans du Conseil national de transition (CNT) libyen.

Cet assassinat s’ajoute à la longue liste des violences relevées par un rapport d’Amnesty International, qui dénonce non seulement les crimes atroces commis par les troupes loyales à Kadhafi – avec un bilan humain très lourd –, mais aussi les exactions perpétrées par les forces rebelles…

Premiers dans la ligne de mire : les Subsahariens. Et de manière générale tous les hommes à la peau noire, quand bien même ils étaient libyens. Lorsque l’est du pays est tombé aux mains du CNT, les forces rebelles ont « effectué des descentes dans des maisons et battu à mort ou exécuté des mercenaires supposés » à Benghazi, Derna et Al-Bayda.

MNS du 12/09/2011. AFP/Archives. Libye : 12 tués dans des affrontements entre combattants anti-Kadhafi rivaux.

Douze personnes ont été tuées et 16 autres blessées dans des affrontements samedi entre combattants anti-Kadhafi rivaux de trois villes du sud-ouest de la Libye, dans le premier incident du genre, ont indiqué dimanche deux responsables locaux

Les affrontements ont opposé sur fond de rivalités anciennes des combattants de Gharyane et Kikla d’une part à des combattants d’Al-Assabaa d’autre part, ont indiqué à l’AFP le président du Conseil local de Gharyane et le chef du conseil militaire d’Al-Assabaa…

AFP, Mise à jour : 7 septembre 2011. La Libye a fait du Sahel « une poudrière ».

La crise libyenne a fait du Sahel « une poudrière » avec l’arrivée massive d’armes, le retour de milliers de travailleurs migrants, de mercenaires dans une région déjà otage du terrorisme et de la contrebande, ont averti mercredi à Alger les participants à une conférence internationale sur cette région.

LE POSTE. 01/09/2011. GUERRE TOTAL. Libye : la France pourrait être récompensée en pétrole.  Il y a trente-cinq ans, sous-officier d’une prometteuse carrière inachevée, j’ai été manœuvré par les « Grands Malins » dans des universités de droit pour actionner, à l’œil et à mes frais, la Haute Cour de justice contre les crimes organisés du grand banditisme international de nos intouchables « gangsters d’État de l’État gangster ». J’ai obtenu pour seul résultat les abrogations et modifications de la totalité de la législation sur laquelle a été basée mon argumentaire congru, étayé des preuves incontestables, incontestées et supprimés (crimes) par les juridictions régulièrement saisies.

De gaieté de cœur en ce moment-même, les malfrats coalisés (avec leurs alter-égos internationaux) « qui devraient être depuis longtemps en prison » (Laurent Wetzel, maire), se foutent de la gueule de toute le monde, fricotent en Libye avec les talibans qui massacrent tous les jours quelques-uns de nos vaillants soldats en Afghanistan. Quelle aubaine inavouée du Scaramouche Sarko-les-pots-de vin ! Quelle animation périodiquement de sa propagande électorale de ses simagrées patelines, exhibés devant la télé lors des cérémonies du deuil national de milliaires sacrifiés pour ses absurdités politiques.

Ces empereurs de la grande finance internationale ont des surfaces inépuisables pour faire place net à leurs loufiats et leurs chaouchs usurpateurs du pouvoir, écraser ou retourner ou carrément faire disparaître les témoins, travestir la vérité avec des juges circonvenus, avec des escouades de journaleux encenseurs payés à la pige, et, d’intarissables avocats des artifices d’endormement du peuple : les turpitudes des mensonges, ce n’est que leur pratique judiciaire et médiatique de tous les jours. Creusez, creusez le sujet pour approcher encore plus de la qualification pénale « Haute trahisons », aussi convaincante que celle infligée à Laval, puni avec douze balles dans la peau.

Quelle révolution phénoménale des cracheurs dans leur soupe rassise par le sinistre fomenté par eux en Libye ! Avec les méchants farceurs de Cour pénale internationale de La Haye, l’observateur sensé se croirait bien être replacé de plein pied dans parodies obscurantistes de justice du Tribunal militaire international de Nürenberg, devant les subterfuges des estampeurs de la Haute Cour de justice de 1944. Les plus dangereux des concertistes de crimes contre l’humanité en ont été miraculés ((Casamayor), (p. 3), ont continué par les combines criminelles gigantesques de réaliser des juteuses affaires dans le crime organisé, frauduleusement soustrait de la compétence exclusive de la feue Haute Cour de justice de 1958 sabordée par eux. C’est ainsi, ce cyclone de la corruption, a aussi fini par souffler la prospérité de la Lybie sur son leur passage funeste.

Dans le carnaval médiatique autour du chambardement de Libye, les scélérats oppresseurs, directement et immédiatement responsables des crimes (imaginaires ou vrais, ou déviés), mis sur le dos des Kadhafi, comme partout, ce sont ses corrompus chaouchs flagorneurs, insinués dans la direction de ses ministères et de son administration par le charme captieux de leurs flatteries empruntées, les lécheurs aux baves venimeuses du Grand Guide abusé. Gageons, ces collabos sournois des services secrets des EU, BR et FR du régime de Kadhafi, cultivaient aussi des juteuses accointances, des affiliations avec leurs sociétés des adeptes du satanisme politique du chanoine jésuite Weishaupt.

Oh ironie de la piperie ! Voici dans l’orchestre enchanteur du peuple décavé à ce jeu de dupes, son chaouch complimenteur de ministre de la Justice, un des transfuges de la dernière heure. De mémoire d’homme, lorsque ces mandarins profiteurs voient le vent tourner ou se faire acheter à un bon prix, ces girouettes changent casquette par la traitrise. Par l’infamie du parjure hissé aux leviers de commande de nouveau régime fantoche, les responsables des forfaits endossé aux Kadhafi, chantent à l’unisson dans le chœur des calomnies et dénigrements, au lieu de s’expliquer, menottés, devant la CPI avec leurs concertistes, dont l’intouchable Sarko-les-pots-de-vin.

Online ASIA TIMES. http://www.atimes.com. 30/08/2011.31 traduction. Comment Al-Qaeda est arrivé à régner sur Tripoli, par Pepe ESCOBAR.

Son nom est Abdelhakim Belhaj. Certains au Moyen-Orient ont peut-être entendu parler de lui mais en occident et ailleurs son nom est pratiquement inconnu.

Alors voici une séance de rattrapage. Parce que l’histoire de comment un agent d’Al-Qaeda a pu se retrouver haut-commandant militaire à Tripoli va – une fois de plus – briser l’immense champ de miroirs qu’est « la guerre contre le terrorisme » et compromettre sérieusement la propagande patiemment concoctée par l’OTAN sur son « intervention humanitaire » en Libye.

La forteresse de Kadhafi, Bab-al-Aziziyah, fut envahie et conquise la semaine dernière principalement par les hommes de Belhaj – qui ont été le fer de lance de la milice des Berbères dans les montagnes du sud-ouest de Tripoli. La milice est connue sous le nom de Brigade Tripoli et elle a été secrètement entraînée pendant deux mois par les Forces Spéciales US. Elle s’est révélée la milice la plus efficace au cours de ces six mois de guerre civile/tribale.

Mardi dernier, Belhaj jubilait déjà sur la victoire et racontait comment les forces de Kadhafi s’enfuyaient « comme des rats » (notez que Kadhafi emploie la même métaphore pour désigner les rebelles). Abdelhakim Belhaj, alias Abu Abdallah al-Sadek, est un djihadiste libyen. Né en mai 1966, il a fait ses premières armes avec les moudjahidin lors du djihad anti-soviétique en Afghanistan dans les années 80.

Il est le fondateur du Groupe islamique combattant en Libye et de facto son émir – avec Khaled Chrif et Sami Saadi comme adjoints. Après la prise de pouvoir par les Taliban à Kaboul en 1996, le GICL a maintenu deux camps d’entraînement en Afghanistan ; un de ces camps, à 30 km au nord de Kaboul et dirigé par Abu Yahya, est strictement réservé aux djihadistes proches ou appartenant à Al-Qaeda.

Après le 11/9, Belhaj s’est installé au Pakistan et aussi en Irak, où il s’est lié d’amitié avec ni plus ni moins que l’ultra radical AbuMusab al-Zarqawi – tout ceci avant qu’Al-Qaeda en Irak ne prête allégeance à Oussama Ben Laden et Ayman al-Zawahiri et ne renforce radicalement ses actions.

En Irak, les Libyens constituaient le contingent étranger de djihadistes sunnites le plus nombreux, devancés uniquement par les Saoudiens. De plus, les djihadistes libyens ont toujours été des « super stars » dans les hauts échelons de l’Al-Qaeda « historique » – d’Abu Faraj al-Libi (commandant militaire jusqu’à son arrestation en 2005. A présent il fait partie des 16 prisonniers «importants » de la base militaire US à Guantanamo) à Abu al-Laith al-Libi (un autre commandant militaire, tué au Pakistan au début de 2008).

Le GICL a été sous la surveillance de la CIA depuis le 11/9. En 2003, Belahj a été finalement arrêté en Malaisie puis transféré, dans le plus pur style « rendition » dans une prison secrète à Bangkok où il était torturé quotidiennement.

En 2004, les Américains ont décidé d’en faire cadeau aux services secrets Libyens – jusqu’à sa libération par le régime de Kadhafi en mars 2010, en compagnie de 211 autres « terroristes », une opération publicitaire annoncée en grande fanfare.

Le chef d’orchestre était Saif Islam al-Kadhafi en personne – la figure moderne et éduquée au London School of Economics du régime. Les dirigeants du GICL – Belhaj et ses adjoints Chrif et Saadi – publièrent un confession de 417 pages intitulée « études correctives » où ils déclaraient que le djihad contre Kadhafi était terminé (et illégal), avant d’être finalement libérés.

Un compte-rendu fascinant de tout le processus est disponible dans un rapport intitulé « Combating Terrorism in Libya through Dialogue and Reintegration » (Combattre le terrorisme en Libye par le dialogue et la réinsertion). [1] Notez que les auteurs, des « experts » en terrorisme basés à Singapour et qui furent accueillis et choyés par le régime, expriment leurs « chauds remerciements à Saif al-Islam Kadhafi et la Fondation Internationale Kadhafi pour la Charité et le Développement pour avoir rendu la visite possible ».

Puis en 2007, Zawahiri, le numéro 2 d’Al-Qaeda à l’époque, annonça officiellement la fusion entre la GICL et Al-Qaeda du Maghreb Islamique (AQMI). Depuis, GICL et AQMI sont la même organisation et Balhaj était et est le chef (émir).

Venons-en à février 2011, Belahj, en homme libre, décide de retourner à ses activités djihadistes et d’engager ses hommes dans le soulèvement planifié de la Cyrénaïque.

Tous les services de renseignement des États-Unis, de l’Europe et du Monde arabe savent qui il est. Il a déjà fait savoir que lui et ses hommes ne se contenteront de rien de moins que l’application de la charia en Libye.

On aura beau chercher partout et se raconter des histoires, il n’y a rien de « démocratique » chez lui. Mais l’OTAN n’a pas voulu s’en séparer sous prétexte qu’il n’aimait pas beaucoup les « infidèles ».

L’assassinat fin juillet du commandant militaire rebelle, le général Abdel Fattah Younis, par les rebelles eux-mêmes semble être l’œuvre de Balhaj ou de gens très proches de lui.

Il est important de savoir que Younis – avant de se retourner contre le régime – avait dirigé les forces spéciales libyennes qui combattaient férocement le GICL dans la Cyrénaïque entre 1990 et 1995.

Le Conseil National de Transition (CNT), selon un de ses membres, Ali Tarhouni, raconte que Younis aurait été tué par une organisation obscure appelée Obaida ibn Jarrah (du nom d’un des compagnons du Prophète). Apparemment, le groupe a disparu sans laisser de traces.

Ce n’est pas un hasard si tous les hauts commandants militaires des rebelles sont du GICL/AQMI, de Balhaj à Tripoli à un certain Ismael as-Salabi à Benghazi en passant par Abdelhakim al-Assadi à Derna, sans oublier un membre important, Ali Salabi, qui siège au cœur du CNT. C’est Salabi qui a négocié avec Saif al-Islam Kadhafi la « fin » du djihad du GICL/AQMI, leur garantissant ainsi un nouvel avenir radieux sous l’étiquette de « combattants de la liberté ».

Pas besoin d’une boule de cristal pour imaginer les conséquences lorsque le GICL/AQMI – qui a remporté le pouvoir militaire et fait partie des « vainqueurs » – se montrera très peu disposé à céder son pouvoir juste pour satisfaire aux caprices de l’OTAN.

Pendant ce temps, dans les brouillards de la guerre, il n’est pas clair si Kadhafi veut entrainer la Brigade Tripoli dans une guerre urbaine ou forcer le gros des troupes rebelles à pénétrer l’immense zone de la tribu Warfallah.

L’épouse de Kadhafi fait partie de la tribu Warfallah, la plus grande tribu de la Libye d’une population de 1 million et composé de 54 sous-tribus. On raconte dans les couloirs de Bruxelles que l’OTAN s’attend à ce que Kadhafi livre combat pendant des mois, sinon des années, ce qui explique la prime offerte, dans le plus pur style du Texas de George W. Bush, et le retour résigné de l’OTAN à son plan initial qui a toujours été celui d’éliminer Kadhafi.

La Libye fait peut-être face au spectre d’une guérilla à deux têtes ; les forces de Kadhafi contre le faible gouvernement central du CNT et les troupes de l’OTAN au sol ; et la nébuleuse GICL/AQMI dans un djihad contre l’OTAN (s’ils sont écartés du pouvoir).

Kadhafi est peut-être une relique dictatoriale du passé, mais on ne monopolise pas le pouvoir pendant 40 ans pour rien et sans que ses services de renseignement n’apprennent deux ou trois choses.

Depuis le début, Kadhafi a dit que l’opération était appuyée de l’étranger et par Al-Qaeda ; il avait raison (même s’il a oublié de dire que cette guerre était par-dessus tout celle du président français néo-Napoléonien Nicolas Sarkozy, mais c’est une autre histoire).

Il a aussi dit que l’opération était un prélude à une occupation étrangère dont l’objectif était de privatiser et prendre le contrôle des ressources naturelles de la Libye. Il se pourrait qu’il ait – une fois de plus – raison.

Les « experts » de Singapour qui ont salué la décision du régime de Kadhafi de libérer les djihadistes de GICL/AQMI ont qualifié cette décision de « stratégie nécessaire pour réduire les menaces à l’encontre de la Libye».

Désormais, le GICL/AQMI peut agir en tant que « force politique locale ».Dix ans après le 11/9, il n’est pas difficile d’imaginer un certain crâne jeté au fond de l’océan sourire de toutes ses dents.

______________________________________

VOLTAIRENET.ORG. ÉDITION SPÉCIALE. Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française. Par Thierry Meyssan. RÉSEAU VOLTAIRE | ALMATY (KAZAKHSTAN) | 19 JUILLET 2008. http://www.voltairenet.org/Operation-Sarkozy-comment-la-CIA-a.

Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d’après sa personnalité. Mais lorsque son action surprend jusqu’à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s’interroger sur les alliances qui l’ont conduit au pouvoir. Thierry Meyssan a décidé d’écrire la vérité sur les origines du président de la République française. Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l’exception de deux imputations, signalées par l’auteur qui en assume seul la responsabilité.

Les Français, lassés des trop longues présidences de François Mitterrand et de Jacques Chirac, ont élu Nicolas Sarkozy en comptant sur son énergie pour revitaliser leur pays. Ils espéraient une rupture avec des années d’immobilisme et des idéologies surannées. Ils ont eu une rupture avec les principes qui fondent la nation française. Ils ont été stupéfaits par cet « hyper-président », se saisissant chaque jour d’un nouveau dossier, aspirant à lui la droite et la gauche, bousculant tous les repères jusqu’à créer une complète confusion.

Comme des enfants qui viennent de faire une grosse bêtise, les Français sont trop occupés à se trouver des excuses pour admettre l’ampleur des dégâts et leur naïveté. Ils refusent d’autant plus de voir qui est vraiment Nicolas Sarkozy, qu’ils auraient dû s’en rendre compte depuis longtemps.

C’est que l’homme est habile. Comme un illusionniste, il a détourné leur attention en offrant sa vie privée en spectacle et en posant dans les magazines people, jusqu’à leur faire oublier son parcours politique.

Que l’on comprenne bien le sens de cet article : il ne s’agit pas de reprocher à M. Sarkozy ses liens familiaux, amicaux et professionnels, mais de lui reprocher d’avoir caché ses attaches aux Français qui ont cru, à tort, élire un homme libre.

Pour comprendre comment un homme en qui tous s’accordent aujourd’hui à voir l’agent des États-Unis et d’Israël a pu devenir le chef du parti gaulliste, puis le président de la République française, il nous faut revenir en arrière. Très en arrière. Il nous faut emprunter une longue digression au cours de laquelle nous présenterons les protagonistes qui trouvent aujourd’hui leur revanche.

Secrets de famille.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les services secrets états-uniens s’appuient sur le parrain italo-US Lucky Luciano pour contrôler la sécurité des ports américains et pour préparer le débarquement allié en Sicile. Les contacts de Luciano avec les services US passent notamment par Frank Wisner Sr. puis, lorsque le « parrain » est libéré et s’exile en Italie, par son « ambassadeur » corse, Étienne Léandri.

En 1958, les États-Unis, inquiets d’une possible victoire du FLN en Algérie qui ouvrirait l’Afrique du Nord à l’influence soviétique, décident de susciter un coup d’État militaire en France. L’opération est organisée conjointement par la Direction de la planification de la CIA —théoriquement dirigée par Frank Wisner Sr.— et par l’OTAN. Mais Wisner a déjà sombré dans la démence de sorte que c’est son successeur, Allan Dulles, qui supervise le coup. Depuis Alger, des généraux français créent un Comité de salut public qui exerce une pression sur le pouvoir civil parisien et le contraint à voter les pleins pouvoirs au général De Gaulle sans avoir besoin de recourir la force [1].

Or, Charles De Gaulle n’est pas le pion que les Anglo-Saxons croient pouvoir manipuler. Dans un premier temps, il tente de sortir de la contradiction coloniale en accordant une large autonomie aux territoires d’outre-mer au sein d’une Union française. Mais il est déjà trop tard pour sauver l’Empire français car les peuples colonisés ne croient plus aux promesses de la métropole et exigent leur indépendance. Après avoir conduit victorieusement de féroces campagnes de répression contre les indépendantistes, De Gaulle se rend à l’évidence. Faisant preuve d’une rare sagesse politique, il décide d’accorder à chaque colonie son indépendance.

Cette volte-face est vécue comme une trahison par la plupart de ceux qui l’ont porté au pouvoir. La CIA et l’OTAN soutiennent alors toutes sortes de complots pour l’éliminer, dont un putsch manqué et une quarantaine de tentatives d’assassinat [2]. Toutefois, certains de ses partisans approuvent son évolution politique. Autour de Charles Pasqua, ils créent le SAC, une milice pour le protéger.

Pasqua est à la fois un truand corse et un ancien résistant. Il a épousé la fille d’un bootlegger canadien qui fit fortune durant la prohibition. Il dirige la société Ricard qui, après avoir commercialisé de l’absinthe, un alcool prohibé, se respectabilité en vendant de l’anisette. Cependant, la société continue à servir de couverture pour toutes sortes de trafics en relation avec la famille italo-new-yorkaise des Genovese, celle de Lucky Luciano. Il n’est donc pas étonnant que Pasqua fasse appel à Étienne Léandri (« l’ambassadeur » de Luciano) pour recruter des gros bras et constituer la milice gaulliste [3]. Un troisième homme joue un grand rôle dans la formation du SAC, l’ancien garde du corps de De Gaulle, Achille Peretti —un Corse lui aussi—.

Ainsi défendu, De Gaulle dessine avec panache une politique d’indépendance nationale. Tout en affirmant son appartenance au camp atlantique, il remet en cause le leadership anglo-saxon. Il s’oppose à l’entrée du Royaume-Uni dans le Marché commun européen (1961 et 1967) ; Il refuse le déploiement des casques de l’ONU au Congo (1961) ; il encourage les États latino-américains à s’affranchir de l’impérialisme US (discours de Mexico, 1964) ; Il expulse l’OTAN de France et se retire du Commandement intégré de l’Alliance atlantique (1966) ; Il dénonce la Guerre du Viêt-Nam (discours de Phnon Penh, 1966) ; Il condamne l’expansionnisme israélien lors de la Guerre des Six jours (1967) ; Il soutient l’indépendance du Québec (discours de Montréal 1967) ; etc.

Simultanément, De Gaulle consolide la puissance de la France en la dotant d’un complexe militaro-industriel incluant la force de dissuasion nucléaire, et en garantissant son approvisionnement énergétique. Il éloigne utilement les encombrants Corses de son entourage en leur confiant des missions à étranger. Ainsi Étienne Léandri devient-il le trader du groupe Elf (aujourd’hui Total) [4], tandis que Charles Pasqua devient l’homme de confiance des chefs d’États d’Afrique francophone.

Conscient qu’il ne peut défier les Anglo-Saxons sur tous les terrains à la fois, De Gaulle s’allie à la famille Rothschild. Il choisit comme Premier ministre le fondé de pouvoir de la Banque, Georges Pompidou. Les deux hommes forment un tandem efficace. L’audace politique du premier ne perd jamais de vue le réalisme économique du second.

Lorsque De Gaulle démissionne, en 1969, Georges Pompidou lui succède brièvement à la présidence avant d’être emporté par un cancer. Les gaullistes historiques n’admettent pas son leadership et s’inquiètent de son tropisme anglophile. Ils hurlent à la trahison lorsque Pompidou, secondé par le secrétaire général de l’Élysée Édouard Balladur, fait entrer « la perfide Albion » dans le Marché commun européen.

La fabrication de Nicolas Sarkozy.

Ce décor étant planté, revenons-en à notre personnage principal, Nicolas Sarkozy. Né en 1955, il est le fils d’un noble catholique hongrois, Pal Sarkösy de Nagy-Bocsa, réfugié en France après avoir fui l’Armée rouge, et d’Andrée Mallah, une roturière juive originaire de Thessalonique. Après avoir eu trois enfants (Guillaume, Nicolas et François), le couple divorce. Pal Sarkosy de Nagy-Bocsa se remarie avec une aristocrate, Christine de Ganay, dont il aura deux enfants (Pierre-Olivier et Caroline). Nicolas ne sera pas élevé par ses seuls parents, mais balloté dans cette famille recomposée.

Sa mère est devenue la secrétaire d’Achille Peretti. Après avoir co-fondé le SAC, le garde du corps de De Gaulle avait poursuivi une brillante carrière politique. Il avait été élu député et maire de Neuilly-sur-Seine, la plus riche banlieue résidentielle de la capitale, puis président de l’Assemblée nationale.

Malheureusement, en 1972, Achille Peretti est gravement mis en cause. Aux États-Unis, le magazine Time révèle l’existence d’une organisation criminelle secrète « l’Union corse » qui contrôlerait une grande partie du trafic de stupéfiants entre l’Europe et l’Amérique, la fameuse « French connexion » qu’Hollywood devait porter à l’écran. S’appuyant sur des auditions parlementaires et sur ses propres investigations, Time cite le nom d’un chef mafieux, Jean Venturi, arrêté quelques années plus tôt au Canada, et qui n’est autre que le délégué commercial de Charles Pasqua pour la société d’alcool Ricard. On évoque le nom de plusieurs familles qui dirigeraient « l’Union corse », dont les Peretti. Achille nie, mais doit renoncer à la présidence de l’Assemblée nationale et échappe même à un « suicide ».

En 1977, Pal Sarkozy se sépare de sa seconde épouse, Christine de Ganay, laquelle se lie alors avec le n°2 de l’administration centrale du département d’État des États-Unis. Elle l’épouse et s’installe avec lui en Amérique. Le monde étant petit, c’est bien connu, son mari n’est autre que Frank Wisner Jr., fils du précédent. Les fonctions de Junior à la CIA ne sont pas connues, mais il clair qu’il y joue un rôle important. Nicolas, qui reste proche de sa belle-mère, de son demi-frère et de sa demi-sœur, commence à se tourner vers les États-Unis où il « bénéficie » des programmes de formation du département d’État.

À la même période, Nicolas Sarkozy adhère au parti gaulliste. Il y fréquente d’autant plus rapidement Charles Pasqua que celui-ci n’est pas seulement un leader national, mais aussi le responsable de la section départementale des Hauts-de-Seine.

En 1982, Nicolas Sarkozy, ayant terminé ses études de droit et s’étant inscrit au barreau, épouse la nièce d’Achille Peretti. Son témoin de mariage est Charles Pasqua. En tant qu’avocat, Me Sarkozy défend les intérêts des amis corses de ses mentors. Il acquiert une propriété sur l’île de beauté, à Vico, et imagine de corsiser son nom en remplaçant le « y » par un « i » : Sarkozi.

L’année suivante, il est élu maire de Neuilly-sur-Seine en remplacement de son bel-oncle, Achille Peretti, terrassé par une crise cardiaque.

Cependant, Nicolas ne tarde pas à trahir sa femme et, dès 1984, il poursuit une liaison cachée avec Cécilia, l’épouse du plus célèbre animateur de télévision français de l’époque, Jacques Martin, dont il a fait la connaissance en célébrant leur mariage en qualité de maire de Neuilly. Cette double vie dure cinq ans, avant que les amants ne quittent leurs conjoints respectifs pour construire un nouveau foyer.

Nicolas est le témoin de mariage, en 1992, de la fille de Jacques Chirac, Claude, avec un éditorialiste du Figaro. Il ne peut s’empêcher de séduire Claude et de mener une brève relation avec elle, tandis qu’il vit officiellement avec Cécilia. Le mari trompé se suicide en absorbant des drogues. La rupture est brutale et sans retour entre les Chirac et Nicolas Sarkozy.

En 1993, la gauche perd les élections législatives. Le président François Mitterrand refuse de démissionner et entre en cohabitation avec un Premier ministre de droite. Jacques Chirac, qui ambitionne la présidence et pense alors former avec Édouard Balladur un tandem comparable à celui de De Gaulle et Pompidou, refuse d’être à nouveau Premier ministre et laisse la place à son « ami de trente ans », Édouard Balladur. Malgré son passé sulfureux, Charles Pasqua devient ministre de l’Intérieur. S’il conserve la haute main sur la marijuana marocaine, il profite de sa situation pour légaliser ses autres activités en prenant le contrôle des casinos, jeux et courses en Afrique francophone. Il tisse aussi des liens en Arabie saoudite et en Israël et devient officier d’honneur du Mossad. Nicolas Sarkozy, quant à lui, est ministre du Budget et porte-parole du gouvernement.

À Washington, Frank Wisner Jr. a pris la succession de Paul Wolfowitz comme responsable de la planification politique au département de la Défense. Personne ne remarque les liens qui l’unissent au porte-parole du gouvernement français.

C’est alors que reprend au sein du parti gaulliste la tension que l’on avait connu trente ans plus tôt entre les gaullistes historiques et la droite financière, incarnée par Balladur. La nouveauté, c’est que Charles Pasqua et avec lui le jeune Nicolas Sarkozy trahissent Jacques Chirac pour se rapprocher du courant Rothschild. Tout dérape. Le conflit atteindra son apogée en 1995 lorsqu’Édouard Balladur se présentera contre son ex-ami Jacques Chirac à l’élection présidentielle, et sera battu. Surtout, suivant les instructions de Londres et de Washington, le gouvernement Balladur ouvre les négociations d’adhésion à l’Union européenne et à l’OTAN des États d’Europe centrale et orientale, affranchis de la tutelle soviétique.

Rien ne va plus dans le parti gaulliste où les amis d’hier sont près de s’entre-tuer. Pour financer sa campagne électorale, Édouard Balladur tente de faire main basse sur la caisse noire du parti gaulliste, cachée dans la double comptabilité du pétrolier Elf. À peine le vieux Étienne Léandri mort, les juges perquisitionnent la société et ses dirigeants sont incarcérés. Mais Balladur, Pasqua et Sarkozy ne parviendront jamais à récupérer le magot.

La traversée du désert.

Tout au long de son premier mandat, Jacques Chirac tient Nicolas Sarkozy à distance. L’homme se fait discret durant cette longue traversée du désert. Discrètement, il continue à nouer des relations dans les cercles financiers.

En 1996, Nicolas Sarkozy ayant enfin réussi à clore une procédure de divorce qui n’en finissait pas se marie avec Cécilia. Ils ont pour témoins les deux milliardaires Martin Bouygues et Bernard Arnaud (l’homme le plus riche du pays).

Dernier acte.

Bien avant la crise irakienne, Frank Wisner Jr. et ses collègues de la CIA planifient la destruction du courant gaulliste et la montée en puissance de Nicolas Sarkozy. Ils agissent en trois temps : d’abord l’élimination de la direction du parti gaulliste et la prise de contrôle de cet appareil, puis l’élimination du principal rival de droite et l’investiture du parti gaulliste à l’élection présidentielle, enfin l’élimination de tout challenger sérieux à gauche de manière à être certain d’emporter l’élection présidentielle.

Pendant des années, les médias sont tenus en haleine par les révélations posthumes d’un promoteur immobilier. Avant de décéder d’une grave maladie, il a enregistré pour une raison jamais élucidée une confession en vidéo. Pour une raison encore plus obscure, la « cassette » échoue dans les mains d’un hiérarque du Parti socialiste, Dominique Strauss-Kahn, qui la fait parvenir indirectement à la presse.

Si les aveux du promoteur ne débouchent sur aucune sanction judiciaire, ils ouvrent une boîte de Pandore. La principale victime des affaires successives sera le Premier ministre Alain Juppé. Pour protéger Chirac, il assume seul toutes les infractions pénales. La mise à l’écart de Juppé laisse la voie libre à Nicolas Sarkozy pour prendre la direction du parti gaulliste.

Sarkozy exploite alors sa position pour contraindre Jacques Chirac à le reprendre au gouvernement, malgré leur haine réciproque. Il sera en définitive, ministre de l’Intérieur. Erreur ! À ce poste, il contrôle les préfets et le renseignement intérieur qu’il utilise pour noyauter les grandes administrations.

Il s’occupe aussi des affaires corses. Le préfet Claude Erignac a été assassiné. Bien qu’il n’ait pas été revendiqué, le meurtre a immédiatement été interprété comme un défi lancé par les indépendantistes à la République. Après une longue traque, la police parvient à arrêter un suspect en fuite, Yvan Colonna, fils d’un député socialiste. Faisant fi de la présomption d’innocence, Nicolas Sarkozy annonce cette interpellation en accusant le suspect d’être l’assassin. C’est que la nouvelle est trop belle à deux jours du référendum que le ministre de l’Intérieur organise en Corse pour modifier le statut de l’île. Quoi qu’il en soit, les électeurs rejettent le projet Sarkozy qui, selon certains, favorise les intérêts mafieux.

Bien qu’Yvan Colonna ait ultérieurement été reconnu coupable, il a toujours clamé son innocence et aucune preuve matérielle n’a été trouvée contre lui. Étrangement, l’homme s’est muré dans le silence, préférant être condamné que de révéler ce qu’il sait.

Nous révélons ici que le préfet Erignac n’a pas été tué par des nationalistes, mais abattu par un tueur à gage, immédiatement exfiltré vers l’Angola où il a été engagé à la sécurité du groupe Elf. Le mobile du crime était précisément lié aux fonctions antérieures d’Erignac, responsable des réseaux africains de Charles Pasqua au ministère de la Coopération. Quand à Yvan Colonna, c’est un ami personnel de Nicolas Sarkozy depuis des décennies et leurs enfants se sont fréquentés.

Une nouvelle affaire éclate : de faux listings circulent qui accusent mensongèrement plusieurs personnalités de cacher des comptes bancaires au Luxembourg, chez Clearstream. Parmi les personnalités diffamées : Nicolas Sarkozy. Il porte plainte et sous-entend que son rival de droite à l’élection présidentielle, le Premier ministre Dominique de Villepin, a organisé cette machination. Il ne cache pas son intention de le faire jeter en prison. En réalité, les faux listings ont été mis en circulation par des membres de la Fondation franco-américaine [5], dont John Negroponte était président et dont Frank Wisner Jr. est administrateur. Ce que les juges ignorent et que nous révélons ici, c’est que les listings ont été fabriqués à Londres par une officine commune de la CIA et du MI6, Hakluyt & Co, dont Frank Wisner Jr. est également administrateur. Villepin se défend de ce dont on l’accuse, mais il est mis en examen, assigné à résidence et, de facto, écarté provisoirement de la vie politique. La voie est libre à droite pour Nicolas Sarkozy.

Reste à neutraliser les candidatures d’opposition. Les cotisations d’adhésion au parti socialistes sont réduites à un niveau symbolique pour attirer de nouveaux militants. Soudainement des milliers de jeunes prennent leur carte. Parmi eux, au moins dix mille nouveaux adhérents sont en réalité des militants du Parti trotskiste « lambertiste » (du nom de son fondateur Pierre Lambert). Cette petite formation d’extrême gauche s’est historiquement mise au service de la CIA contre les communistes staliniens durant la Guerre froide (Elle est l’équivalent du SD/USA de Max Shatchman, qui a formé les néoconservateurs aux USA [6]). Ce n’est pas la première fois que les « lambertistes » infiltrent le Parti socialiste. Ils y ont notamment placé deux célèbres agents de la CIA : Lionel Jospin (qui est devenu Premier ministre) et Jean-Christophe Cambadélis, le principal conseiller de Dominique Strauss-Kahn [7].

Des primaires sont organisées au sein du Parti socialiste pour désigner son candidat à l’élection présidentielle. Deux personnalités sont en concurrence : Laurent Fabius et Ségolène Royal. Seul le premier représente un danger pour Sarkozy. Dominique Strauss-Kahn entre dans la course avec pour mission d’éliminer Fabius au dernier moment. Ce qu’il sera en mesure de faire grâce aux votes des militants « lambertistes » infiltrés, qui portent leur suffrages non pas sur son nom, mais sur celui de Royal.
L’opération est possible parce que Strauss-Kahn est depuis longtemps sur le payroll des États-Unis. Les Français ignorent qu’il donne des cours à Stanford, où il a été embauché par le prévot de l’université, Condoleezza Rice [8].
Dès sa prise de fonction, Nicolas Sarkozy et Condoleezza Rice remercieront Strauss-Kahn en le faisant élire à la direction du Fonds monétaire international.

Premiers jours à l’Élysée.

Le soir du second tour de l’élection présidentielle, lorsque les instituts de sondages annoncent sa victoire probable, Nicolas Sarkozy prononce un bref discours à la nation depuis son QG de campagne. Puis, contrairement à tous les usages, il ne va pas faire la fête avec les militants de son parti, mais il se rend au Fouquet’s. La célèbre brasserie des Champs-Élysées, qui était jadis le rendez-vous de « l’Union corse » est aujourd’hui la propriété du casinotier Dominique Desseigne. Il a été mis à disposition du président élu pour y recevoir ses amis et les principaux donateurs de sa campagne. Une centaine d’invités s’y bousculent, les hommes les plus riches de France y côtoient les patrons de casinos.

Puis le président élu s’offre quelques jours de repos bien mérités. Conduit en Falcon-900 privé à Malte, il s’y repose sur le Paloma, le yacht de 65 mètres de son ami Vincent Bolloré, un milliardaire formé à la Banque Rothschild.

Enfin, Nicolas Sarkozy est investi président de la République française. Le premier décret qu’il signe n’est pas pour proclamer une amnistie, mais pour autoriser les casinos de ses amis Desseigne et Partouche à multiplier les machines à sous.

Il forme son équipe de travail et son gouvernement. Sans surprise, on y retrouve un bien trouble propriétaire de casinos (le ministre de la Jeunesse et des Sports) et le lobbyiste des casinos de l’ami Desseigne (qui devient porte-parole du parti « gaulliste »).

Nicolas Sarkozy s’appuie avant tout sur quatre hommes :

–         Claude Guéant, secrétaire général du palais de l’Élysée. C’est l’ancien bras droit de Charles Pasqua.

–        François Pérol, secrétaire général adjoint de l’Élysée. C’est un associé-gérant de la Banque Rothschild.

–        Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique. Fils de l’ancien directeur de l’Agence juive. Ambassadeur de France à l’ONU, il fut relevé de ses fonctions par Chirac qui le jugeait trop proche de George Bush.

–        Alain Bauer, l’homme de l’ombre. Son nom n’apparaît pas dans les annuaires. Il est chargé des services de renseignement. Ancien Grand-Maître du Grand Orient de France (la principale obédience maçonnique française) et ancien n°2 de la National Security Agency états-unienne en Europe [9].

–        Frank Wisner Jr., qui a été nommé entre temps envoyé spécial du président Bush pour l’indépendance du Kosovo, insiste pour que Bernard Kouchner soit nommé ministre des Affaires étrangères avec une double mission prioritaire : l’indépendance du Kosovo et la liquidation de la politique arabe de la France.

–        Kouchner a débuté sa carrière en participant à la création d’une ONG humanitaire. Grâce aux financements de la National Endowment for Democracy, il a participé aux opérations de Zbigniew Brzezinski en Afghanistan, aux côtés d’Oussama Ben Laden et des frères Karzaï contre les Soviétiques. On le retrouve dans les années 90 auprès d’Alija Izetbegoviç en Bosnie-Herzégovine. De 1999 à 2001, il a été Haut représentant de l’ONU au Kosovo.

Sous le contrôle de Wali, le frère cadet du président Hamid Karzaï, l’Afghanistan est devenu le premier producteur mondial de pavot. Le suc est transformé sur place en héroïne et transporté par l’US Air Force à Camp Bondsteed (Kosovo). Là, la drogue est prise en charge par les hommes d’Haçim Thaçi qui l’écoulent principalement en Europe et accessoirement aux États-Unis [10]. Les bénéfices sont utilisés pour financer les opérations illégales de la CIA. Karzaï et Thaçi sont des amis personnels de longue date de Bernard Kouchner, qui certainement ignore leurs activités criminelles malgré les rapports internationaux qui y ont été consacrés.

Pour compléter son gouvernement, Nicolas Sarkozy nomme Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances. Elle a fait toute sa carrière aux États-Unis où elle a dirigé le prestigieux cabinet de juristes Baker & McKenzie. Au sein du Center for International & Strategic Studies de Dick Cheney, elle a co-présidé avec Zbigniew Brzezinski un groupe de travail qui a supervisé les privatisations en Pologne. Elle a organisé un intense lobbying pour le compte de Lockheed Martin contre les l’avionneur français Dassault [11].

Nouvelle escapade durant l’été. Nicolas, Cécilia, leur maîtresse commune et leurs enfants se font offrir des vacances états-uniennes à Wolfenboroo, non loin de la propriété du président Bush. La facture, cette fois, est payée par Robert F. Agostinelli, un banquier d’affaires italo-new-yorkais, sioniste et néo-conservateur pur sucre qui s’exprime dans Commentary, la revue de l’American Jewish Committee.

La réussite de Nicolas rejaillit sur son demi-frère Pierre-Olivier. Sous le nom américanisé « d’Oliver », il est nommé par Frank Carlucci (qui fut le n°2 de la CIA après avoir été recruté par Frank Wisner Sr.) [12] directeur d’un nouveau fonds de placement du Carlyle Group (la société commune de gestion de portefeuille des Bush et des Ben Laden) [13]. Sans qualité personnelle particulière, il est devenu le 5e noueur de deals dans le monde et gère les principaux avoirs des fonds souverains du Koweït et de Singapour.

La cote de popularité du président est en chute libre dans les sondages. L’un de ses conseillers en communication, Jacques Séguéla, préconise de détourner l’attention du public avec de nouvelles « people stories ». L’annonce du divorce avec Cécilia est publiée par Libération, le journal de son ami Édouard de Rothschild, pour couvrir les slogans des manifestants un jour de grève générale. Plus fort encore, le communiquant organise une rencontre avec l’artiste et ex-mannequin, Carla Bruni. Quelques jours plus tard, sa liaison avec le président est officialisée et le battage médiatique couvre à nouveau les critiques politiques. Quelques semaines encore et c’est le troisième mariage de Nicolas. Cette fois, il choisit comme témoins Mathilde Agostinelli (l’épouse de Robert) et Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet d’Édouard Balladur devenu associé-gérant chez Rothschild.

Quand les Français auront-ils des yeux pour voir à qui ils ont affaire ? Thierry Meyssan

________________________________________________________

Précisions au Le Courrier International 30/08/2011. L’après Kadhafi ? Terra incognita pleine de dangers. Peu unifiée, voire composée de clans antagonistes, la rébellion libyenne n’a pas encore de projet démocratique clair. Le chemin de la transition est pavé d’épineuses questions, estime un chroniqueur algérien Noureddine Khelassi.

Les milliardaires déprédateurs de la Lybie maitrisent l’opinion public par des échotiers appointés ayant dans la boite crânienne des répondeurs téléphoniques des redites mensongères et des lieux communs stéréotypés pour tromper le public crédule. Cas d’école ! Le vainqueur (le bon) impute au vaincu (le méchant) ses propres crimes maquillés par des effets spéciaux des truqueurs rodées aux boniments publicitaires des supermarchés de chez nous.

D’abord, les « rebelles », des vulgaires collabos mégalos des puissances étrangères, ont été au bout du rouleau avant le débarquement des « forces spéciaux » sur la Côte, cette fameuse « Blackwater, superarmée privée : des 23 000 mercenaires provenant de 10 pays des multimilliardaires US » : un ramassis de déchets asociaux de l’Occident, des « Templiers illuminés » du genre du tueur d’Oslo…

Après les déculottés quotidienne en Afghanistan, les chatouilleux Scaramouche écornifleurs de l’OTAN en affolement électorale, ne pouvait pas admettre une nouvelle dérouillée en Lybie par leur ancien mécène bakchicheur, matabicheur.

D’autre part, notamment l’excellent Sarko-les-pots de vin, élu à l’aide des en-dessous-la-table du corrupteur Kadhafi, doit empêcher à tout prix à ce qu’un des Kadhafi revendique devant la Cour pénale internationale l’examen équitable de leurs moyens congrus de défense : l’invasion de la Lybie par nos mafieux spoliateurs, des « gangsters d’État de l’État gangster » d’une existence « politiquement illégitime et constitutionnellement illégale », tant que la situation légale n’est pas rétablie en France avec le feue Haute Cour de justice pour juger leurs monstrueux crimes patents à eux. Et donc en avant la musique : des tonnes et des tonnes des bombes et de fusés tirés sans discernement sur des civils, en réalité des tirs de barrage devant la CIP et… devant la justice française contre la revendication de la famille Kadhafi d’un procès équitablement contradictoire. Dietrich13.wordpress.com./P. 12. Juriste DEA. Criminologie. Sciences pénales. Paria judiciaire bâillonné par la criminalité politico-judiciaire.

________________________________________

Ne rasez pas gratuit, politico-télé-gogols !

{Commentaires ajoutés p. 12 des blogs}. MSM 28/08/2011. Tripoli : pas de pitié dans les combats. AFP – 26/08/2011. « Coups, lynchages et exécutions sommaires : les combattants des deux camps, pro-Kadhafi et rebelles libyens, n’ont guère montré de pitié pour leurs adversaires lors des violents affrontements de ces derniers jours pour le contrôle de Tripoli ».

Réaction à | Rue89 | 22/08/2011 | A quoi ressemblera la Libye d’après Kadhafi ? Par ZINEB DRYEF.

Alors que le régime de Kadhafi vit ses derniers instants, le point sur l’avenir de la Libye libérée…

Ce sera certainement le KO de l’État et le chaos de la société civile jusqu’à ce qu’un nouveau despote éclairé y mettra de l’ordre dans cette pagaille funeste, à l’instar de Napoléon I après les massacres des égorgeurs de la Révolution française ou de Boumediene en Algérie. C’est une pratique constante après l’effondrement de l’autorité d’un État. Les vainqueurs effrénés se feront payer leur victoire par la spoliation de tout ce qui se laisse spolier. Procurez des fusils d’assaut aux bandes incontrôlables des jeunes laissés-pour-compte, des braqueurs en herbe et des déjantés alcolo-toxico-mystico des banlieues des grandes métropoles, mettez quelques caméras de télé en batterie d’excitation, faites pousser des bravissimo par des échotiers appointés pour sublimer leur crétinisme avec des alléluias. La ville sera « libérée » sans tarder des commerces et des supermarchés et des banques par des pillages, incendies, viols et massacres jusqu’à l’épuisement des stocks, comme aujourd’hui à Tripoli. (Londres en a eu l’avant-goût).

Ceux des fidèles de Kadhafi qui ne réussiront pas de prendre la tangente, finiront comme nos harkis abandonnés par De Gaule aux représailles les plus bestiaux : viols collectifs, écorchement et dépècement vivant pour les faire agoniser dans la souffrance le plus longtemps possible… Dans ces contrées sahariennes, se pratiquent pour la simple réjouissance publique, des tortures dépassant les imaginations ramollies, tortures de réjouissances scénarisées, il n’y a pas si longtemps en Occident. Quant aux mercenaires de la « super-armée privée », déguisée en « forces spéciales » des grands civilisés, beaucoup sont des réprouvés dans leurs pays, parfois des criminels en cavale, qui ont choisis leur métier d’arme pour assouvir leurs pulsions pervers… ou des « Templiers », s’exaltant en tueurs illuminés, comme celui d’Oslo, pour prêcher la bonne parole du doux rédempteur Jésus, conforme à sa tradition expiatoire par « le  glaive, le feu », des exterminations et de la torture.

Seuls les connaisseurs des mœurs peuvent s’imaginer des horreurs bestiales, des exterminateurs, violeurs et pillards dans l’arrière-pays passées sous silence par les roucouleurs appointés des vainqueurs. Kadhafi le sait. Le finaud n’a qu’à chercher de survivre à l’acharnement pour que ces « libérateurs » téléstarisés soient encore plus maudis par sa majorité de son peuple muselé, acclamée même par les télé-excités primaires qui ont poussé des vivats devant les caméras de télévision aux massacres des bandes de pillards et razzieurs, des terroristes sanguinaires et criminels libérés et de la lie asociale des ratés d’existence, guidés des traitres mégalos et déserteurs de l’ancien régime. Ne pouvant plus être désarmés, sans attendre la victoire des envahisseurs « rapaces humanitaires », ces collabos intéressés s’entretuent déjà pour dominer les uns les autres par l’exploitation de la sauvagerie d’une racaille dépravée, accouru au festin de la débauche massacreuse des quatre coins des dépotoirs humanitaires du monde.

Mais, à l’instar des corrompus vendus des juridictions françaises, la Cour pénale internationale de La Haye ne fonctionne qu’en sens unique obligatoire, n’examine que les charges tendancieuses, forgées à tout pièce, par les accusateurs de la titanesque fricoterie internationale des gangsters travestis en gendarmes et bons Samaritains du Monde ; n’offrant pas la moindre chance aux défendeurs télé-maudits, déjà condamnés sans contradiction. Les absents ont toujours tort ! Pour l’anéantissement, les envahisseurs mafieux de la titanesque fricoterie internationale, feront mettre le paquet en moyens militaires et du grand banditisme. Ces imposteurs roulant sur l’or doivent éviter à tout prix qu’un seul représentant de la famille de Kadhafi revendique l’information équitable « à décharge », à savoir l’examen impartiale de l’argumentaire justificatif, à l’audience publique de cette procédure carnavalesque déjà passablement truquée et troquée à la française avec la bénédiction divine de « Indulgence plénière ».

Le premier larron adulé, l’opprobre national hissé au pavois cette foire propagandiste de la C.P.I. cachotière aux ordres, est en toute évidence notre excellent Sarko-les-pots-de-vin, naguère arrosé copieusement, (avec ses intouchables exarques ENM et ENA et saligauds de la Légion d’honneur du désastre financier français), par le mécène Kadhafi, favorisant en dessous-la-table son élection « politiquement illégitime et constitutionnellement illégale ».

Nous y revoilà au grand hic ! Pas possible d’examiner les moyens de défense congrus de la famille Kadhafi sans l’évocation de la suppression frauduleuse en France de  la Haute Cour de justice pour faire échapper au juste châtiment les « gangsters d’État de l’État gangster ». Ceux même qui ont organisé l’envahissement, la destruction et le pillage de la Lybie par des bandits internationaux, masqués des rebelles collaborateurs des omniums de la hyper-mafia de la grande finances internationale, prétendument maître du Monde. Des victimes de ce complot, des tonnes et des tonnes des bombes et des rockets, tirées sans discernement sur les civils, sauront verrouiller l’accès équitable à la C.P.I de la Haye qui ne veut absolument rien entendre de ses justifications congrues déjà présentées. (La justice française saisie aussi d’une plainte pour assassinats « humanitaires » des enfants, refuse de l’examiner tant que les Kadhafi ne sont pas réduits au silence par l’anéantissement guerrière et du banditisme). Dietrich13.wordpress.com./ Juriste DEA. Criminologie. Sciences pénales. Paria judiciaire bâillonné par la criminalité politico-judiciaire.

Réactions à LE BIEN PUBLIC 22/08/2011. LIBYE. LES REBELLES ONT LANCÉ SAMEDI LA BATAILLE DE TRIPOLI, ALORS QUE KADHAFI JURE DE RÉSISTER. Le régime libyen vacille.

Les rebelles, venus notamment par la mer, menaient hier une offensive sur Tripoli, tablant sur une chute dans les prochaines heures de ce bastion du régime.

RUE89 22/08/2011.  « La fin de Kadhafi est proche » : la bataille de Tripoli en direct.

Pour la manipulation de l’opinion publique des gogospéctateurs crédules, sont très forts les directeurs de la guerre psychologue par la diffusion des fausses nouvelles, de la désinformation et de l’intox pour alimenter la propagande électorale de nos « gangsters d’État de l’État gangster » en chute libre dans les sondages. Alors que les bandes des pillards baptisées « rebelles » sont au bout du rouleau, l’armée régulière a été surpris par le débarquement sur la côte de cette fameuse « Blackwater, superarmée privée : des 23 000 mercenaires provenant de 10 pays des multimilliardaires US ». Avant même qu’ils l’ont tué l’ours, les nouveaux dirigeants made in USA bradent sa peau. Les multinationales, qui ont financé ces massacres, se chamaillaient pour l’appropriation de ressources pétrolières et Sarko-les-pots-de-vin ne manque pas un scoop pour soigner sa popularité morbide au grande dam de son ancien amie ayant subventionné naguère ses élections. Dietrich13.wordpress.com|page 12.

___________________________________________________

Sarkozy, combien d’enfants as-tu tués cette nuit ? (vidéo de Michel Collon):

Les députés français votent la guerre:

L’OTAN face à l’ingratitude des Libyens:

MSM du 13/07/2011. Libye: les rebelles responsables d’incendies, de pillages et d’abus sur des civils.

Les rebelles libyens se sont rendus responsables d’incendies, de pillages et d’abus sur des civils lors de leur offensive sur Tripoli, a accusé mercredi Human Right Watch.

AFP. L’organisation de défense des droits de l’homme « a été témoin de certains de ces actes, a interrogé des témoins pour d’autres et a parlé avec un commandant rebelle de ces abus », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

L’organisation indique que ces violations des droits de l’homme ont eu lieu en juin et juillet et jusqu’à la semaine dernière, alors que les rebelles menaient leur offensive à partir des monts Nafusa, au sud de Tripoli.

« Dans quatre villes capturées par les rebelles dans les monts Nafusa ces derniers mois, les combattants rebelles et leurs sympathisants ont saccagé des biens, brûlé certaines habitations, pillé des hôpitaux, des maisons et des commerces, et battu certaines personnes soupçonnées de soutenir les forces gouvernementales », écrit HRW.

Rection aux RUE 89, JSL, LE BIEN PUBLIC, Nouvelobs.com du Le Sénat vote la prolongation de l’intervention en Libye. 311 sénateurs UMP et PS ont voté pour. 24, notamment les élus communistes, se sont prononcés contre.

Nouvelobs du 14.07.2011. Libye: crimes à huis clos de part et d’autre du conflit. La responsabilité du massacre et des viols reste partagée entre khadafistes et européens. Cessez le crime!!! De plus en plus voyou : Les crimes de guerre de l’OTAN en Libye, par Susan Lindauer, ex-correspondante américaine pour la Libye aux Nations unies.

C’est une histoire que CNN ne couvrira pas. Tard dans la nuit des coups à la porte dans la ville de Misurata. Des soldats armés sortent des jeunes femmes libyennes de leurs lits avec leurs armes. En embarquant les femmes et les adolescentes dans des camions, les soldats jettent ces femmes dans des séances de viols collectifs par des rebelles de l’OTAN – ou bien les violent devant leurs maris ou leurs pères. Quand des rebelles de l’OTAN finissent leur sport de viol, ils tranchent les gorges des femmes.

Selon des rapports de réfugiés, les viols sont désormais des actes de guerre courants dans les villes tenues par les rebelles, et font partie d’une stratégie militaire organisée.

http://lebanonknights.blogspot.com/ […] Juillet, 2011 – CIA dépoussière modèle vieux de la Libye de Kadhafi en post-ère …. L’implication de l’ex-famille royale de la Libye au sein du Conseil national de transition intérimaire de la Libye restaure le statu quo ante pour la Libye comme envisagé par la CIA en 1955. […]

Chef de l’ONU accusateur de Kadhafi sur les accusations de viol en masse a battu une accusation de viol en Afrique du Sud en 2005. Juillet 2011 – La politique de crimes de guerre le viol ….
L’accusation sans fondement que les officiers militaires loyaux au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ont présidé les viols massifs de femmes civiles prises dans la guerre civile libyenne et a sombré dans la démagogie politique, par un haut Nations Unies pour crimes de guerre procureur, une représentante à l’ONU des droits humains, et un groupe de Département d’État américain et des responsables de la Maison Blanche. Le 28 avril, deux jours avant que le président des avions de guerre d’Obama aux États-Unis a autorisé et des missiles pour tenter d’assassiner Kadhafi à la résidence de son fils de Kadhafi à Tripoli, l’ambassadeur d’Obama auprès de l’ONU, Susan Rice, a fourni une perplexes Conseil de sécurité avec « intelligence » que les troupes de Kadhafi ont été publié le sexuel masculin amélioration des médicaments Viagra et ont commis des viols des femmes libyennes civile. […]

Après le coup de Kadhafi en 1969, la CIA a utilisé des monarchistes libyens pour monter un coup contre le leader libyen. En 1970, un neveu d’Idris a utilisé une force de 8000 hommes-mercenaire assemblés au Tchad d’envahir et de renverser le gouvernement Kadhafi. Onze putschistes, dont deux anciens Premiers ministres, ont été arrêtés par le gouvernement de Kadhafi et le complot et l’invasion a échoué. Les putschistes étaient monarchistes financé et armé par la CIA. […]

____________________________________________________

Réaction à RUE 89 | 11/07/2011 |  Le gouvernement renonce discrètement à renverser Kadhafi. Par DANIEL SCHNEIDERMANN | Fondateur d’@rrêt sur images.

Chut, ne le répétez pas, il ne faudrait pas troubler les premiers départs en vacances, mais la France, en Libye, ne demande plus le départ de Kadhafi. Il lui suffirait de voir Kadhafi « dans une autre pièce de son palais, avec un autre titre ».

C’est le ministre de la Défense, Gérard Longuet, qui a revu cette exigence à la baisse (sans toutefois préciser quelle pièce du Palais avait sa préférence). Pour un gouvernement qui n’a cessé, sur tous les tons, d’exiger le départ du Libyen, c’est une belle et bonne capitulation (qui n’a d’ailleurs pas échappé aux Américains, lesquels se sont empressés de préciser que le départ de Kadhafi, à leurs yeux, constituait toujours un but de guerre).

Réaction. Tel que notre Sarko-les-pots de vin en chute libre dans l’opinion, le Président des États Unis banqueroutiers, en situation de cessation des paiements, avait eu besoin une petite guéguerre pour remonter sa côte déclinante avant les élections de 2012.

(L’histoire se passe toujours les plats. La valeur de monnaie de la Lybie est garantie par une réserve d’or. Cette caverne d’Ali-Baba pourrait bien arranger les choses, comme naguère le fabuleux trésor du Day turque d’Alger, razzié par l’Armée française en 1830, et, soustrait au Trésor, mis dans l’escarcelle de Louis-Philipe d’Orléans, avec la plus fameuse canaille des notaires-banquiers Jacques Laffitte, son ministre déprédateur des Finances, deux traitres du Roi et de la Révolution).

La cote de Sarko-les-pots de vin, après une spectaculaire remontée, replongeait. Comme cela avait été déjà expérimenté par l’occupation éclaire du canal de Suez en quarante-huit heures par les précurseurs du faible corps expéditionnaire anglo-française,  contre la « terrifiante » armée de Nasser mis en déroute, la micro-armée de Kadhafi aurait pu être mise en pièces en quarante-huit heures par l’impressionnante armada de l’OTAN. Mais, les impératifs politiques des élections exigeaient d’organiser à compte-goutte des destructions, de susciter des massacres, rien que pour durer la propagande pour l’image de marque d’emprunt de nos grands hommes d’État.

L’irréductible Kadhafi, a-t-il plagié l’introduction de la page 12 de mon blog au sujet du règlement de compte personnel de Saddam Hussein par les pères fils Bush ?  Ainsi, pour comble de malheur, la Terreur fulminant de la Lybie menaçait de porter la guerre dans foyers de la population civile de l’Occident. Certes, il ne dispose pas de ces moyens attribués, par la désinformation et l’intox concertés, à Saddam Hussein pour manipuler l’opinion public favorable à une guerre aux conséquences toujours plus désastreuses. Le colonel dispose juste des  moyens à paralyser les activités économiques de ses agresseurs, en faisant sauter quelques pillons électriques, des gazoducs ou faire dérailler quelques trains. Avec ces bons explosifs brisants « made in France » du Colonel, la technique est tellement simple. Pour la mise en œuvre, il a sur place que l’embarras du choix.

Halte au feu ! Tergiversons jusqu’à l’après les élections !

Vingt-deux les flics Ségolène ! Poussons à la riposte de Kadhafi ! La pauvre clique mafieuse des malfaiteurs associés de Sarko-les-pots-de-vin ne remonteront plus de la plongée après le déraillement d’un TVG, Paris privé de l’électricité… par des saboteurs insaisissables. De la France en faillite virtuel, l’armée réduit à la peau de chagrin ne sera plus en mesure d’assurer la sécurité du territoire contre des quidams furtifs. Manquant déjà des pièces de rechange pour faire fonctionner tout son matériel en panne, elle est bien débordée en Afghanistan par des va-nu-pieds errants. En matière politique, le ridicule n’est pas mortel, il valorise… Il y a déjà un maire qui fait appel aux Casques bleus sénégalais contre les fusillades des trafiquants de drogues.

___________________________________________________

La Tribune.fr – 01/06/2011 | 20:36 – 812 mots  | ERIC DENÉCÉ, DIRECTEUR DU CENTRE FRANÇAIS DE RECHERCHE SUR LE RENSEIGNEMENT.

« Les révolutions arabes ne sont que des coups d’État militaires masqués ». De retour d’une mission d’étude en Tunisie, en Égypte et en Libye, Éric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (Cf2R), ancien du renseignement livre une lecture nuancée des événements du début d’année. Sans nier les aspirations des populations, il relativise l’ampleur du changement des équipes dirigeantes. Un prélude à de grandes déceptions. Quelle lecture faites-vous du « printemps arabe » ?

_______________________________

Justice invariablement foulée aux pieds par les bakchichs-grooms propagandistes des occultes Maîtres déprédateurs du Monde.

Réaction au LE BIEN PULIC le 29/06/2011| Nouvelle offensive sur le terrain des rebelles libyens. […] Tripoli a accusé la Cour pénale internationale d’être au service de l’Otan et de l’Europe avec le mandat d’arrêt lancé contre Mouammar Kadhafi, et a promis encore de se battre.

« Une information criminelle équitable exige à ce que tous les arguments de parties mises en cause soient examinés. Or, que constatons-nous derechef, les plaintes de Kadhafi contre l’OTAN et contre la France pour crime contre l’humanité et provocation des crimes contre l’humanité ne sont pas prises en compte. Or, comme je l’ai démonté sans conteste ni contredits sur la page 12 de mes blogs, les accusations de Kadhafi ne sont non seulement les plus vraisemblables, mais les accusations contre lui le plus souvent des montages mensongères forgés à tout pièce par les agences  spécialisés de la guerre psychologique. Dietrich13.wordpress.com||Juriste DEA. Criminologie. Sciences pénales ».

Introduction 26/06/2011. « La vérité, comme la lumière, aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque chose en valeur » (Albert Camus). Les jeux sordides des excitateurs des guerres, comme en Libye, sont souvent fomentés et organisés en sous-main par cette fameuse hyper-mafia (ou hyper-classe selon d’autres), par le club sélect « *.*.*. » des holdings et omniums multinationales, conjuration de conspirateurs contre la  libre concurrence pour conquérir partout le monopole des marchés et de l’exploitation spoliatrice des matières premières. Est préservé par des éliminations physiques sans défaillances des initiés suspects : l’ultrasecret de son composition, du domicile exact de sa direction et des lieux variantes de ses conciliables périodiques de la coordination des combines criminelles mondialistes.

Dénoncée jadis par un chef d’État moqué en hurluberlu, entre autres personnalité réduites au silence,  le club « *.*.*. »  dispose de ses propres services secrets surpuissants, instrumentalisant ceux des principaux puissances militaires dans le Monde -en commençant par le C.I.A.- ; comparable à l’omnium multinational Bouygues dans son bunker sous-terrain à Neuilly-sur-Seine, instrumentalisant ceux de la France avec le Rotary, le « super-S.A.C, le crypto-S.A.C. de noyautage Police, Justice avec le reste de la fonction publique et le privée pour paralyser les contestations et oppositions.

(En raison des dénonciations judiciaires des crimes économiques contre la sûreté de l’État  de son acolyte soudoyé Albin Chalandon (Elf Aquitaine… avec Pasqua et C°…), le bétonneur miraculeusement hissé en puissance financière internationale, n’a pas hésité de suggérer ouvertement à cet ancien ministre de la Justice en fonction, de nous faire taire par la Police nationale « par des Chinois aux longues couteaux ». Sous la direction de Sarko-les-pots-de-vin, les Ripoux dans le vent ont trouvé un truc de beaucoup beaucoup plus redoutable. Mais cela est encore une autre question à élucider).

Dans ce funeste dessein de la monopolisation de l’économie mondiale, sont tournées en fantasmagories obsessionnelles dans l’opinion internationale, des fables sur la dangerosité militaire des modestes progrès scientifiques de tel ou tel État en voie de développement, dérangeant les monopoles du club « *.*.*. ».  Par la recherche de l’autosuffisance : de la préservation ses terres arables pour la production de l’alimentation des indigènes, de ses matières premières ou de ces forêts de l’exploitation spoliatrice des multinationales par leurs sociétés satellites placées sous la protection de la corruption des politicards cupides à leur dévotion.

En se conformant à la culture politique immémoriale, des falsifications, maquillages et trucages de la réalité, ont été montés, et sont toujours montés, des dossiers à caractère officiel par des spécialistes ferrés des services secrets de la guerre psychologique par la désinformation et de l’intox aux fins de la déstabilisation d’une gouvernance indocile : l’esbroufe des falsifications ou occultation des renseignements exactes, fictions fabriquées par des subornations des témoins vrais ou faux, allant jusqu’à la torture d’extorsion des aveux inexacts, expertises bidon achetés ou inventés, vidéos, photos aériens maquillées…

Un monde d’imposteurs et de mystificateurs, accrédités par le matraquage médiatique d’épate gogos à coup de fric, tourne le mensonge le plus grossier en absurde vérité officielle, colportés à la télé par des illustrissimes chefs d’État même. En Irak déjà, le mirage des desserts du « réveille Arabe » a tourné en frénésie cauchemardesque par le trucide, sous l’amoncellement des gravats des mensonges, de Saddam Hussein, du moindre mal parmi les calamités politiques mégalos, du protecteur de ces chrétiens, à présent aussi démocratiquement dépecés, égorgés, étripés, réduits en charpie.

Sous prétexte trompeur d’empêcher la production des armes biochimiques de l’industrie naissante de la pharmacie et de l’agroalimentaire, l’aviation US détruisit des usines ordinaires, rien que pour assurer aux spéculateurs dénués de tout scrupules de la conjuration du club « *.*.*. », le monopole commercial par l’importation dans ces états des affamés leur surplus frelaté ou périmé à des prix exorbitants. (Les victimes des toxi-infections ou des empoissonnements alimentaires ou médicamenteuses, ne sont pas recensables par des administrations rudimentaires de ces démocratopathies imposées par les illusionnistes de l’Occident).

En prélude à la nouvelle imposture en Libye du Kadhafi-show électorale de Sarko-les-pots-de-vin, le clou de ces machinations a été l’invasion de l’Irak sous des prétextes fallacieux, fabriqués à toute pièce par des agences des faussaires et maquilleurs chevronnés. Personne de l’intelligentsia n’a remarqué la caricature de la perfide scénarisation médiatique, et à l’opposé, du conte d’anticipation du célèbre et toujours actuel romancier Jack London (1876-1916) sur l’extermination par les USA des Chinois d’une prolifération menaçant les espèces humains de l’Occident. (Sic).

Contrairement aux horreurs faussement imputées, parfaitement connues aujourd’hui, Saddam Hussein ne disposait pas de la moindre technologie nucléaire, ni de la possibilité de la fabrication « comme des yaourts » 25’000 litres de bactéries d’Anthrax. Juste quelques bricoleurs attardés produisirent un peu des désuets gaz de combat asphyxiant du type phosgène. Et encore, il reste à démontrer s’il ne les a pas fait fourguer par des mafieux US des dépôts des Japonais en Corée, récemment encore abandonnés aux premiers venants depuis 1945.

Parlons-en de l’obsolète Anthrax commun, (« Charbon » en français), relativement anodin dans la panoplie effrayant des armes biologiques inventées par les baves docteurs japonais. Leurs médecins militaires, épargnés par le Tribunal international de Tokyo en 1946, (blog p.1), inoculaient aux prisonniers de guerre ces bactéries de l’épizootie du Charbon. Après l’inoculation des doses toujours plus élevées aux « incubateurs humains », des mourants sont prélevées des souches ayant résisté au système immunitaire. L’opération est répétée sur des sujets  résistants et vigoureux, jusqu’à l’exaltation extrême de la virulence des bactéries.

Fabriquées ensuite « comme des yaourts » dans des usines sophistiquées, leurs commandos en ont infectés les wagons de chemin de fer des troupes soviétiques ; apparemment sans résultats concluants. Lors de la guerre de Corée, les souches japonaises de l’Anthrax commun, récupérées et fabriquées « comme des yaourts » dans les usines sophistiquées des multinationales, travaillant pour le compte de l’armée US, ont été dispersés devant l’avancement des troupes Chinois à l’aide des plumettes contaminées des volatiles ; apparemment sans résultats non plus. Item, pour des prospères sectes hallucinées de la fantasmagorie de l’Apocalypse fâcheusement retardataire, épandant sur les têtes des passants mécréants dans les rues, ou dans les métros, les germes cultivés artisanalement dans des laboratoires camouflés sur des iles exotiques, par leurs exaltés de docteurs, adeptes du mysticisme délitant.

[Il en va tout autrement pour les récents microbes génétiquement modifiés. Mais, n’est pas encore à la portée des dictateurs des desserts arabes arriérés, cette technologie d’avant-garde des Soviétiques, des États-Unis… d’Israël. Aussi celle des laboratoires biochimiques des incontrôlables multinationales pharmaceutiques de point de la conjuration hyper mafieuses du club « *.*.*. », l’appliquant aux sabotages économiques de leurs concurrents, affamant des peuplades indigènes par la destruction subreptice des récoltes des terres arables convoitées pour la production des plantes génétiquement modifiées, ou même pour réserver à ses milliardaires, la chasse du gros gibier, base alimentaire des tribus autochtones relégués à crever dans des contrés stériles. Les produits génétiquement modifiés, récoltés à coups de cravaches par les « travailleurs réquisitionnés », affamés, nourris par des déchets, sont importés aux payeurs nantis des grands civilisés avec le label Bio…] (Voire aussi la page 7 inachevé des blogs).

Voyons les élucubrations des 38’000 litres d’acide butyrique, (redoutable exotoxine produit par la fermentation anaérobie des bacilles spécifiques) ! Sans blagues !  Rien que ça fabriqué dans une dizaine de camionnettes furtives Renauld, selon les loustics maquilleurs du C.I.A., promoteurs d’une nouvelle Crépuscule des Dieux de Wagner. Ainsi soit-il ! Cette quantité phénoménale aurait été largement suffisante pour l’assouvissement de la prétendue folie meurtrière d’un Saddam Hussein, ou d’un Kadhafi ou d’un Ben Laden, d’exterminer depuis longtemps et anonymement par une poignée de leurs agents dormants, la totalité de la population israélienne avec, en représailles des ripostes, celle des principaux capitaux de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Les spécialistes se gaussait de l’invraisemblance ahurissante des fausses nouvelles colportés pour effaroucher les jobards gobe-tout « vu à la télé », cuisinant par la systématisation du mensonge l’opinion internationale favorable à la guerre injustifiable: quelques centilitres d’acide butyrique auraient largement suffi à anéantir une grande partie de la population de l’Ile-de-France par deux ou trois quidams furtifs, en le versant mine de rien dans les réservoirs de l’eau potable. [Si des prospères sectes des mystiques hallucinés de la fantasmagorie de l’Apocalypse retardataire seraient en mesure de produire quelques centilitres d’acide butyrique par leurs docteurs grisés du mysticisme, qualifiés des meilleures universités US, leurs gourous captieux convertiront par la terreur les mécréants cyniques à leurs aberrations superstitieuses, héritées des oracles déjantés de la haute antiquité].

Passons aux fantasmes accrédités des 500 tonnes du gaz Sarin, -le « Fly-Tox antipersonnel » d’action transcutanée, d’une structuration chimique très compliquée ; zut ! fabriquées dans ces dizaines de camionnettes furtives Renaud. Merde-alors ! Comment « l’inconscient » envahisseur a-t-il réussi de survivre à la défense acharnée d’un si irresponsable Saddam Hussein ? Comment les soldats de l’OTAN parviennent-ils à subsister dans leurs campements aux Côtes des Pirates d’Arabie ou en Afghanistan avec ces fabuleux dépôts perfidement dissimulés, prétendument filés en douce à l’Al-Qaida ? Nul besoin des fusés à longue portée. Deux ou trois plouf des obus des furtifs mortiers 81 portatifs seraient suffisant pour « fugazer », comme un essaim agaçant de mouches par l’insecticide, des centaines de combattants sur leurs lits de camp. Une belle opération commerciale tout de même par la vente massive des masques à gaz absolument inefficaces, des antidotes auto-injectables, préservant à la rigueur les hypothétiques gaziers du terrorisme qui menaceraient de vous en parfumer pour l’éternité dans un supermarché ou dans la grande affluence du métro, ou…

Par la création systématique d’une vision totalement fausse du monde dans les esprits subjugués des gogospéctateurs béants, ces requins et charognards du club de la haute finance internationale, substituent à l’ordre tyrannique des despotes à poing -au moindre mal- un chaos indescriptible sur des ruines ingouvernables, encore beaucoup plus meurtrier : des marionnettes politiques dont la corruption et la vénalité se mesure à leur incompétence des impuissants, des tyranneaux mystiques de la guerre sainte, des seigneurs paranos de  la guerre, des mafieux et trafiquants (souvent esclavagistes, voire même cannibales…), au nom de la libre expression monopolisée par des journaleux besogneux des milliardaires; au nom des libertés, de l’humanitarisme des utopies morbides, tuant déjà par jour des millions d’enfants par la famine ou engendrant des exterminations systématiques des aborigènes sur des territoires aussi grands que  la France.

Les tâcherons littérateurs du club « *.*.*. » cherchent la paille dans les yeux des Chinois aux antipodes pour dissimuler la poutre dans les nôtres : de cette hyper-mafia des holdings et omniums multinationales, dont nos « Gangsters d’État de l’État gangster » ne sont que des loufiats appointés par des pourboires en dessous-de-table, des médiocres fantoches encensés et sublimés par les effets spéciaux des clips, des gags et  scoops hollywoodiens des médias des milliardaires corrupteurs. Les opposants à leur complot contre la sûreté de l’État démocratique, eux, sont calomniés, dénigrés, diminués, vilipendés par les mêmes artifices pervers.Couilles pleines

Et à présent, neutralisé par le dénigrement du plus avisés des empêcheurs de tourner en rond leurs patentes escroqueries financières et judiciaires, par la turpitude de l’abrogation des bases légales de ses pertinentes constructions juridiques accusatrices, en avant la musique ! du cirque des mascarades grotesques de l’élection présidentielle 2012 avec des honorabilités et compétences d’emprunt de leurs favoris aliénés dans tous les sens du terme.

En avant la musique ! de la propagande électorale avec des massacres gratuits des civils en Lybie, rien pour relever le prestige des faisans politicards usés, enfin en difficulté dans les sondages, même truqués à leur avantage, de l’opinion chez nous.

En avant la musique ! de l’amplification dramatisante par des médias dans les criminelles pattes des escrocs de haut vol, du montage en épingle des méfaits de la délinquance des gens de basse condition ou des malades mentaux laissés en liberté pour motiver dans l’opinion l’internement des gens bien-portants qui dérangent ces combines.

En avant la musique ! du montage de l’écran de fumée devant le favoritisme légale, judiciaire et fiscale de la grande criminalité économique et financière, produisant plus que 95% des dommages de la criminalité totale, selon les statistiques largement sous-estimées, racines vénéneuses de la criminalité des petits gens, notamment du trafic de drogues des détaillants des intouchables grossistes, brassant des magots de millions par jour pour détraquer le système économique, financière, judiciaire et politique, dévergonder la jeunesse.

En avant la musique ! de l’organisation politique de la criminalité de haut vol pour ruiner pas à pas l’humanité entière, pour fournir à des copains munificents du fourgue Sarko-les-pots-de-vin, des bénéfices se chiffrant par millions par jour des escroqueries financières gigantesques. (Albert Jacquard).

_________________________

Syrie : Mardi 21 juin : manifestations monstres en Syrie en faveur du président Bachar el-Assad (article et vidéos) : http://www.voltairenet.org/Mardi-21-juin-manifestations.

Le plan de déstabilisation de la Syrie par Thierry Meyssan : http://www.voltairenet.org/Le-plan-de-destabilisation-de-la.

France 24 grillée en pleine manipulation ! : Libye : http://www.dailymotion.com/video/xj74yp_france-24-grillee-en-pleine-manipulation_news#from=embed

La France et L’OTAN massacrent des enfants en Libye (photos/vidéos) : http://www.internationalnews.fr/article-la-france-et-l-otan-massacrent-des-enfants-en-libye-photos-videos-76553337.html

Témoignages de réfugiés (vidéo) :http://www.internationalnews.fr/article-libye-temoignages-de-refugies-video-fr-en-sbtles-76250375.html

Les bombardements de la Paix de l’OTAN en Libye massacrent des centaines de civils (vidéo en anglais, 2 juin 2011) : http://www.politicalfailblog.com/2011/06/libya-nato-bombings-killed-718.html

__________________________

Online ASIA TIMES. http://www.atimes.com. 30/08/2011.31 traduction. Comment Al-Qaeda est arrivé à régner sur Tripoli, par Pepe ESCOBAR.

Son nom est Abdelhakim Belhaj. Certains au Moyen-Orient ont peut-être entendu parler de lui mais en occident et ailleurs son nom est pratiquement inconnu.

Alors voici une séance de rattrapage. Parce que l’histoire de comment un agent d’Al-Qaeda a pu se retrouver haut-commandant militaire à Tripoli va – une fois de plus – briser l’immense champ de miroirs qu’est « la guerre contre le terrorisme » et compromettre sérieusement la propagande patiemment concoctée par l’OTAN sur son « intervention humanitaire » en Libye.

La forteresse de Kadhafi, Bab-al-Aziziyah, fut envahie et conquise la semaine dernière principalement par les hommes de Belhaj – qui ont été le fer de lance de la milice des Berbères dans les montagnes du sud-ouest de Tripoli. La milice est connue sous le nom de Brigade Tripoli et elle a été secrètement entraînée pendant deux mois par les Forces Spéciales US. Elle s’est révélée la milice la plus efficace au cours de ces six mois de guerre civile/tribale.

Mardi dernier, Belhaj jubilait déjà sur la victoire et racontait comment les forces de Kadhafi s’enfuyaient « comme des rats » (notez que Kadhafi emploie la même métaphore pour désigner les rebelles). Abdelhakim Belhaj, alias Abu Abdallah al-Sadek, est un djihadiste libyen. Né en mai 1966, il a fait ses premières armes avec les moudjahidin lors du djihad anti-soviétique en Afghanistan dans les années 80.

Il est le fondateur du Groupe islamique combattant en Libye et de facto son émir – avec Khaled Chrif et Sami Saadi comme adjoints. Après la prise de pouvoir par les Taliban à Kaboul en 1996, le GICL a maintenu deux camps d’entraînement en Afghanistan ; un de ces camps, à 30 km au nord de Kaboul et dirigé par Abu Yahya, est strictement réservé aux djihadistes proches ou appartenant à Al-Qaeda.

Après le 11/9, Belhaj s’est installé au Pakistan et aussi en Irak, où il s’est lié d’amitié avec ni plus ni moins que l’ultra radical AbuMusab al-Zarqawi – tout ceci avant qu’Al-Qaeda en Irak ne prête allégeance à Oussama Ben Laden et Ayman al-Zawahiri et ne renforce radicalement ses actions.

En Irak, les Libyens constituaient le contingent étranger de djihadistes sunnites le plus nombreux, devancés uniquement par les Saoudiens. De plus, les djihadistes libyens ont toujours été des « super stars » dans les hauts échelons de l’Al-Qaeda « historique » – d’Abu Faraj al-Libi (commandant militaire jusqu’à son arrestation en 2005. A présent il fait partie des 16 prisonniers «importants » de la base militaire US à Guantanamo) à Abu al-Laith al-Libi (un autre commandant militaire, tué au Pakistan au début de 2008).

Le GICL a été sous la surveillance de la CIA depuis le 11/9. En 2003, Belahj a été finalement arrêté en Malaisie puis transféré, dans le plus pur style « rendition » dans une prison secrète à Bangkok où il était torturé quotidiennement.

En 2004, les Américains ont décidé d’en faire cadeau aux services secrets Libyens – jusqu’à sa libération par le régime de Kadhafi en mars 2010, en compagnie de 211 autres « terroristes », une opération publicitaire annoncée en grande fanfare.

Le chef d’orchestre était Saif Islam al-Kadhafi en personne – la figure moderne et éduquée au London School of Economics du régime. Les dirigeants du GICL – Belhaj et ses adjoints Chrif et Saadi – publièrent un confession de 417 pages intitulée « études correctives » où ils déclaraient que le djihad contre Kadhafi était terminé (et illégal), avant d’être finalement libérés.

Un compte-rendu fascinant de tout le processus est disponible dans un rapport intitulé « Combating Terrorism in Libya through Dialogue and Reintegration » (Combattre le terrorisme en Libye par le dialogue et la réinsertion). [1] Notez que les auteurs, des « experts » en terrorisme basés à Singapour et qui furent accueillis et choyés par le régime, expriment leurs « chauds remerciements à Saif al-Islam Kadhafi et la Fondation Internationale Kadhafi pour la Charité et le Développement pour avoir rendu la visite possible ».

Puis en 2007, Zawahiri, le numéro 2 d’Al-Qaeda à l’époque, annonça officiellement la fusion entre la GICL et Al-Qaeda du Maghreb Islamique (AQMI). Depuis, GICL et AQMI sont la même organisation et Balhaj était et est le chef (émir).

Venons-en à février 2011, Belahj, en homme libre, décide de retourner à ses activités djihadistes et d’engager ses hommes dans le soulèvement planifié de la Cyrénaïque.

Tous les services de renseignement des Etats-Unis, de l’Europe et du Monde arabe savent qui il est. Il a déjà fait savoir que lui et ses hommes ne se contenteront de rien de moins que l’application de la charia en Libye.

On aura beau chercher partout et se raconter des histories, il n’y a rien de « démocratique » chez lui. Mais l’OTAN n’a pas voulu s’en séparer sous prétexte qu’il n’aimait pas beaucoup les « infidèles ».

L’assassinat fin juillet du commandant militaire rebelle, le général Abdel Fattah Younis, par les rebelles eux-mêmes semble être l’oeuvre de Balhaj ou de gens très proches de lui.
Il est important de savoir que Younis – avant de se retourner contre le régime – avait dirigé les forces spéciales libyennes qui combattaient férocement le GICL dans la Cyrénaïque entre 1990 et 1995.
Le Conseil National de Transition (CNT), selon un de ses membres, Ali Tarhouni, raconte que Younis aurait été tué par une organisation obscure appelée Obaida ibn Jarrah (du nom d’un des compagnons du Prophète). Apparemment, le groupe a disparu sans laisser de traces.

Ce n’est pas un hasard si tous les hauts commandants militaires des rebelles sont du GICL/AQMI, de Balhaj à Tripoli à un certain Ismael as-Salabi à Benghazi en passant par Abdelhakim al-Assadi à Derna, sans oublier un membre important, Ali Salabi, qui siège au cœur du CNT. C’est Salabi qui a négocié avec Saif al-Islam Kadhafi la « fin » du djihad du GICL/AQMI, leur garantissant ainsi un nouvel avenir radieux sous l’étiquette de « combattants de la liberté ».

Pas besoin d’une boule de cristal pour imaginer les conséquences lorsque le GICL/AQMI – qui a remporté le pouvoir militaire et fait partie des « vainqueurs » – se montrera très peu disposé à céder son pouvoir juste pour satisfaire aux caprices de l’OTAN.

Pendant ce temps, dans les brouillards de la guerre, il n’est pas clair si Kadhafi veut entrainer la Brigade Tripoli dans une guerre urbaine ou forcer le gros des troupes rebelles à pénétrer l’immense zone de la tribu Warfallah.

L’épouse de Kadhafi fait partie de la tribu Warfallah, la plus grande tribu de la Libye d’une population de 1 million et composé de 54 sous-tribus. On raconte dans les couloirs de Bruxelles que l’OTAN s’attend à ce que Kadhafi livre combat pendant des mois, sinon des années, ce qui explique la prime offerte, dans le plus pur style du Texas de George W. Bush, et le retour résigné de l’OTAN à son plan initial qui a toujours été celui d’éliminer Kadhafi.

La Libye fait peut-être face au spectre d’une guérilla à deux têtes ; les forces de Kadhafi contre le faible gouvernement central du CNT et les troupes de l’OTAN au sol ; et la nébuleuse GICL/AQMI dans un djihad contre l’OTAN (s’ils sont écartés du pouvoir).

Kadhafi est peut-être une relique dictatoriale du passé, mais on ne monopolise pas le pouvoir pendant 40 ans pour rien et sans que ses services de renseignement n’apprennent deux ou trois choses.
Depuis le début, Kadhafi a dit que l’opération était appuyée de l’étranger et par Al-Qaeda ; il avait raison (même s’il a oublié de dire que cette guerre était par-dessus tout celle du président français néo-Napoléonien Nicolas Sarkozy, mais c’est une autre histoire).

Il a aussi dit que l’opération était un prélude à une occupation étrangère dont l’objectif était de privatiser et prendre le contrôle des ressources naturelles de la Libye. Il se pourrait qu’il ait – une fois de plus – raison.

Les « experts » de Singapour qui ont salué la décision du régime de Kadhafi de libérer les djihadistes de GICL/AQMI ont qualifié cette décision de « stratégie nécessaire pour réduire les menaces à l’encontre de la Libye».

Désormais, le GICL/AQMI peut agir en tant que « force politique locale ».
Dix ans après le 11/9, il n’est pas difficile d’imaginer un certain crâne jeté au fond de l’océan sourire de toutes ses dents.

__________________________________

Réaction à : Le Télégramme le 14 mai 2011. Pakistan. «Première attaque» pour venger ben Laden

Deux kamikazes ont tué hier au moins 80 personnes en faisant exploser leurs bombes à Shabqadar. Les talibans ont revendiqué une «première attaque» pour venger ben Laden.

Combien des gens la conjuration mystificatrice du Monde entière fait-elle encore assassiner, rien que pour entretenir à coups de fric une mystification leur procurant la une des médias ? Combien de fois les fabricateurs des fausses nouvelles vont-ils nous encore mettre pleine la vue  des photomontages artificieuses, aux effets spéciaux hollywoodien des bides, des clips, des gags, les concertistes mondiaux en crise de manque de leur drogue de contrefaction des vices en vertus : la respectabilité, l’héroïsme, l’honneur?

Combien de fois sera ressuscité ce Phénix de sa putréfaction tombale pour faire revivre, par des feuilletons de propagande électorale des homme politiques, par l’opprobre, en chute libre dans l’opinion ; propagande combinées à celle de la gloire assassine des terroristes insatiables de scoops de l’horreur, en se servant du mythe du coups de commando contre un spectre du cadavre ensevelie depuis 10 ans, tapie sans gloire dans son bled, décédé d’une chiasse infectieux, comme jadis les généraux de Napoléon III à Sébastopol.

Sarko-les-pots-de-vin, ce receleur de haut vol aussi s’en réjouit sans retenu pour dévier l’attention de ses dupes des contribuables, par les médias de ses complices milliardaires du crapuleux big-business mondiale de la hyper-mafia, leurs escroqueries gigantesques ayant pas cessé de ruiner nos banques et nos institutions sous l’égide d’une justice des frères quêteurs, corrompues jusqu’à la moelle.  Page 12 illustrée des blogs Dietrich13.wordpress.com.

___________________________________________

Dietrich13.wordpress.com, GremetzRéactions aux articles. Tous à la soupe ! Imaginez-vous ce qui se passe dans l’arrière-cuisine de notre Assemblée nationale des profiteurs et vendus qui ferme les yeux devant les évidences incontestables et incontestées du complot politico-judiciaire contre le régime de  la démocratie égalitaire. Cet exclu risquait avec les dossiers explosifs d’assaisonner leurs choucroutes et salades qui ne s’arrêtent qu’à des bagatelles pour tourner autour du pot de la criminalité politique qui met en péril toute l’économie nationale avec toutes ses institutions par la corruption et le trafic d’influence auxquels les États de l’Europe succombent une par une.

De Maxime GREMETZ, Député de la Somme.

Cher Monsieur, (Dietrich).Je vous remercie de votre courrier que vous m’avez adressé en date du 24 mars dernier.Je suis tout à fait d’accord avec vous.

Cordialement,
Maxime GREMETZ, Député de la Somme
16 rue Gaudissart – Quartier St Leu à Amiens
Tél : 03.22.91.78.44 – Fax : 03.22.92.87.24
E-mail : contact@maxime-gremetz.fr
Site : www.maxime-gremetz.fr
Blog :www.maxime-gremetz.fr/newblog

_____________________________________________

Le Poste, Le Nouvelobs, Le Bien Public: Assemblée NationaleAprès son coup de sang, Maxime Gremetz puni par ses camarades.

12/04/2011 à 17h10 – mis à jour le 12/04/2011 à 17h35.

C’était la polémique de trop. Le député Maxime Gremetz avait débarqué mi-mars en pleine discussion sur le nucléaire pour demander aux ministres de déplacer leur voiture. Il avait ainsi interrompu cette commission très sérieuse qui se tenait quelques jours après le séisme au Japon. Cette attitude avait choqué les participants à la réunion mais aussi ses collègues.
Souvenez-vous de cette scène :

Les députés communistes, républicains, citoyens et du parti de Gauche ont décidé mardi d’exclure Maxime Gremetz de leur composante au sein du groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR) à l’Assemblée nationale. « Condamnant son attitude scandaleuse et irresponsable du 16 mars dernier, succédant à tant d’autres incidents », ils considèrent dans un communiqué cité par Le Figaro.fr « que les valeurs qu’ils portent ne peuvent s’assortir d’un comportement humainement et politiquement inadmissible ».

Le député avait déjà été exclu temporairement de l’Assemblée nationale; fin mars. Une décision inédite du bureau de l’Assemblée qui le prive des bancs du parlement jusqu’au mois de mai. À son retour, il devra trouver une autre place et siéger parmi les députés non-inscrits, comme François Bayrou et Nicolas Dupont-Aignan par exemple.

________________________________

13/04/2011. Réaction à : Des câbles WikiLeaks révélés par Rue89 racontent les hésitations de la France face à Gbagbo et son soutien discret à Ouattara.

Nouvelobs : Longuet : la France a été « remarquable » en Côte d’Ivoire.

Le déplaise-t-il à notre ancien avocat félon Jacques Vergès, ma contestation du bastringue médiatique de sa prose mystificatrice dans le bourbier politique inextricable d’Afrique, notamment à la Côte d’Ivoire. Au colonialisme bénéfique à l’évolution aux peuples primitifs, plongés dans la nuit du barbarisme cannibalise de roitelets fétichistes, (toute leur culture, leurs institutions, la libération de leur propre bestiale tradition esclavagiste est le fruit du colonialisme malgré tous ses défauts blâmables), s’est succédé le néocolonialisme calamiteux du fameux club des requins des multinationales, produisant, par marionnettes bestiaux interposées, des crimes contre l’humanité inimaginables pour le bas peule bercé dans l’ignorance par les médias des milliardaires profiteurs.

Cette hydre insatiable aux facettes les plus surprenantes, cette hyper-mafia des finances internationales, n’asservit et fait saigner non seulement les anciens colonisés, mais même les anciens colonisateurs par leurs élections tripatouillées avec les financements occultes du recel de l’argent sale, de la corruption et trafic d’influence à toute azimuts, de la diffusion de fausses nouvelles obscurantistes, engendrant ces gouvernants fantoches du tonneau Sarko, Pasqua, Longuet… servis par une armée d’avocats canailles payés au prix d’or, rompus à tous les escroqueries et mascarades judiciaires en faisant fonctionner le trafic d’influence et la corruption de juges avec leurs comptes numérotés dans les paradis discrètes ou par les participations dans des sociétés occultes chez les notaires. Dietrich13.wordpress.com. Jamais démenti, jamais judiciairement contesté.

La France, à l’instar de l’Island, la Grèce, le Portugal…, victimes de la corruption et du trafic d’influence de leurs gouvernances mafieuses, présente un déficit budgétaire irrécouvrable par l’augmentation des impôts et des taxes, est endettée jusqu’au cou aux créanciers étrangers des escrocs de haut volenrichis par le crime financier organisé. Ils nous dictent déjà leur loi par leurs marionnettes fripouilles du genre Sarko, Longuet et compagnie, protégé par une armada des corrompus jusqu’à la moelle, des Robins des fosses à purin des palais de justice. Si le sinistre occulté continue, vous pouvez faire le deuil de votre Sécu, de vos droits à la retraite. Votre sécurité ne pourra plus être assurée par une police démantelée qui cherchera, comme dans des pays sinistrés, d’arrondir leurs chiches fins de mois par la spoliation et le racket des particuliers.

MEDIAPART 26 OCTOBRE 2011. Bourgi balance Chirac et Villepin aux juges. | PAR FABRICE ARFI ET KARL LASKE. Selon le procès-verbal de son audition obtenu par Mediapart, l’ancien monsieur Afrique, Robert Bourgi, a livré les noms de cinq officiels africains qui auraient apporté près de 20 millions d’euros à l’Élysée sous Chirac. Il a aussi précisé la remise par le président de Guinée-Équatoriale d’un million d’euros à Dominique de Villepin, place Beauvau…

______________________________

Nouvelobs du 6/04/2011. Réaction à Affaire Tapie : la coûteuse décision de Strauss-Kahn. Selon Mediapart, DSK, ministre des Finances lors de la privatisation du Crédit lyonnais, a entériné le choix que l’État prenne en charge un « certain nombre de risques contentieux ». Selon une enquête de Mediapart, publiée mercredi 6 avril, Dominique Strauss-Kahn est à l’origine de la décision qui a conduit au versement, par l’État, de 390 millions d’euros à Bernard Tapie.

Ma réaction : Malheureux, si tu roules pour les Radis de la gauche, ne pleure pas misère pour d’avoir fait rouler dans la farine pour ta gaucherie. Le club de l’hyper-classe internationale des grandes sociétés multinationales et des finances polluées, cultive ses Radis dans tous les carrées des petits légumes des prolos naïfs et des « joly joly » écolos gobe-mouches. Strauss-Kahn et Sarko, du pareil au même, comme toute leur clique dorée, sont éclos de la même semence morbide des légumes fertiles, sur le même fumier putride de la corruption politique.

Ces Radis, rouge à l’extérieur, blanc délavée en-dedans des âmes damnés, dès qu’ils seront élus par les voix de leurs dupes gauches, ces déprédateurs des bien de l’État et spoliateurs et étrangleurs des particuliers, rangeront leur accoutrement politique dans le vestiaire et te feront voir toutes les autres couleurs les plus inattendues : les vertes et pas mures des escroqueries dans tous les domaines, les captivantes des tripatouillages de la justice soudoyée, les poignantes de l’écrasement des plaignants et témoins par des forfaitures judiciaires et machinations policières, doublés par les concussions les plus surprenantes du Fisc qui mettront ton compte à plat en toute illégalité et sous le black-out de leurs médias médisants.

En tant que ministre du Grisbi, (à l’instar de la Sarkoroulure Christine, rouleuse du contribuable) la couverture « par le refus de ce qui est ordonnée par la loi » (constitutionnelle), somme tout, la participation aux crimes politiques et du droit commun organisés par la clique mafieuse de Sarko et de ses prédécesseurs, a sans doute été prix payé à ce séduisant Strauss-Kahn pour devenir l’homme idoine pour prospérer au FMI en Radis avec son dispendieuse roulure. Dietrich13.wordpress.com.

_______________________________

Boniments des intarissables maquignons en foire du clientélisme populiste.

Démystification des mystificateurs dans Rue 89 TRIBUNE, réaction à : « Pour une écologie de la diversité » ? La gauche fait fausse route. Répété sans démentis le 7/03 dans le NouvelObs, LE BIEN OBLIC, L’Hébdo Suisse etc. et répétions le 14/03.

Par COLLECTIF | 18/02/2011 | 11H24

Erreur idéologique, philosophique et politique : trois universitaires répondent au« Manifeste pour une écologie de la diversité » publié dans Libération par Esther Benbassa, Eva Joly et Noël Mamère le 27 janvier, leur reprochant d’user de concepts dangereux en faisant le parallèle entre diversité sociale et écologique.

« Dietrich13.wordpress.com ». Juriste DEA jamais démentie, réaction du 16/02/2011 sur les sites de  la presse : C’est que pour nos médiatiques vedettes de la démagogie débilitante, un mensonge flatteur est plus crédible qu’une vérité contrariante, plus payant dans la sublimation journalistique. Et ce sont ces mensonges grotesques pour la minorité avertie, accouplés à la crédulité  qui créent l’opinion de la masse fourvoyée à sa perte.

De nos deux médiatiques héroïnes d’emprunt, le silence est touchant sur les vraies causes alléguées par des hommes de science des catastrophes planétaires. Cependant, nos grandiloquentes cachotières de la plus basse démagogie crétinisante Eva Joly et Laurence Vichnievki, redresseuses factices de tous les tords politico-judiciaires, et à présent catapultées en députées, tribuns européens de la déclamation écologique, sont intarissables sur le réchauffement climatique par le gaz carbonique. (Contesté dans ce faux monde des experts aussi crédibles que leurs contestataires de l’écologie. Évidemment, comme naguère en tant que juges d’instruction tripoteurs, elles trouveront des « experts » pour travestir la vérité sur mesure, vous feront passer pour des vérités des balivernes et des sornettes les plus absurdes, témoignant le contraire des évidences patents démontrés des vrais scientifiques).

Selon des scientifiques sérieux s’exprimant sur internet, les actuelles catastrophes planétaires seraient provoquées sans conteste par le système de l’arme totale H.A.R.P.P., installé par le Pentagone en Alaska : l’application de l’invention géniale de  l’ingénieur Tesla du transport dans Univers, à présent dans l’ionosphère, de l’énergie électromagnétique  à haute fréquence, appliquée par une électro-puissance phénoménale pour modifier entre autres facéties la structure moléculaire des hautes altitudes. Seraient ainsi suscités le réchauffement climatique croissant, modifications climatiques calamiteuses des sècheresses et des inondations absolument inattendues, jamais vus auparavant,  tremblements de terre, destructions des bancs de poissons ou l’intoxication de leur chair par milliers de tonnes, grillage vivante des dauphins…, destruction des aéronefs en vol. Silence, bouche cousu ! sur des tabous dont la divulgation ne paye pas dans la médiatisation mercantile de la désinformation des gogospéctateurs du menu peuple électeur de la canaille la plus souvent vu à la télé.

C’est que, à l’instar des procédés de fripouille du preux juge Thierry Jean-Pierre devenu l’homme de main des sinistres Méhaignerie, Léotard et d’autres abjections du même tonneau de la corruption, nos deux instrumentalistes dévergondées Eva et Laurence de l’occultisme judiciaire, se sont habillement servies de leurs fonctions judiciaires en tremplin pour l’élévation dans le cirque des bouffons politiques. (Passons sur l’épisode du dédouanement criminel de l’ancien ministre Olivier Guichard avec sa clique de la racaille aux belles manières du genre Chalandon, Papon et autres de la feue Haute Cour de justice par ces procédés de fripouille des crimes de suppression des actes de procédure avec leurs auteurs).

A été opéré avec le black-out journalistique sur la contestation de l’usurpation de la compétence légale des juges prévaricateurs, le dédouanement des vendus de ministres et parlementaires, compromis ouvertement comme complices et recéleurs dans les détournements faramineuses des fonds de la société pétrolière de l’État Elf-Aquitaine : des forfaitures criminelles de l’usurpation de la compétence exclusive de la Haute Cour de justice, de la « suppression » du volumineux dossier présenté à ce sujet par ce juriste qualifié Dietrich. Sans surface financier pour payer grassement, lui-aussi, une armée d’avocats, le maudit intrus est arrivé comme un cheveu sur la soupe prometteuse de la plus fructueuse promotion médiatique, tremplin vers la carrière politique avec une image de marque de la vertu d’emprunt des incorruptibles juges. (*)

S’imposait donc dans l’intérêt personnel des spéculatrices Eva et Laurent aux félicités politiques, l’assistance même à la « suppression » de cette victime de la corruption, muée pour la cause en « témoin » de la procédure pour contester de leur compétence légale par des écrits inséparables du dossier. Qui en a été plus motivé avec leurs affidés du Conseil d’État, de la police et du Fisc que les sinistres indubitablement compromis dans leur dossier au plus bas mot comme recéleurs, tels que le plus illustres des « gangsters d’État de l’État gangster » dédouanés : Pasqua, relié par le clan crapuleux de Sarko.

Cette conspiration mafieuse du politico-judiciaire crapuleux a sabordé main dans la main cette Haute Cour de justice habilitée, comme en 1944, de juger les juges complices des ministres criminels, cette conspiration complotant contre le régime constitutionnel de la démocratie égalitaire. Dorénavant, Dietrich neutralisé par le concert des ripoux de Sarko et Woerth, peuvent magouiller en paix dans l’encensement médiatique pour nous rebattre les oreilles avec leurs absurdités en vogue. « Le mal qui réussit devient digne de  l’estime ». Hugo.

(*) Le Journal du Dimanche du 20/11/01 : « La médiatisation leur monte-t-elle la tête ». [Preuves authentiques, jamais démentis : documentation fin page 1 des blogs notamment].

________________________________________________________

LE BIEN PUBLIC, Publié le 18/02/2011

AISEREY : Un phénomène lumineux observé dans le ciel

Mercredi soir, vers 21 h 30, l’attention d’une habitante d’Aiserey, qui regardait le ciel en direction de Saint-Jean-de-Losne, a été attirée par une lueur fixe clignotante, irisée de couleurs bariolées. La lueur était de la taille d’une étoile éclairant très fort. « En presque deux heures, la lueur n’a quasiment pas bougé de place », a expliqué l’habitante ayant filmé la scène avec son téléphone portable, et cherchant à obtenir des explications. De son côté, la gendarmerie indique que personne ne s’est manifesté auprès de ses services pour rapporter cette observation. A.-F. B.

________________________________

Libye:

 
Selon des responsables militaires russes en charge de la surveillance par satellite, le gouvernement Libyen n’aurait jamais bombardé son peuple (vidéo en anglais):
Mise au Point importante par Michel Collon: Libye « Une guerre pour mettre en accord nos consciences » (vidéo):
CIA, réseaux sociaux et fabrique de l’opinon (vidéo sous-titrée en français):
Libye et révoltes arabes: Interview de Michel Collon sur Radio Express FM (vidéo):

Cinq remarques sur l’intervention contre la Libye:

Thank you for your help in spreading the word about Rue89. We appreciate your help.

Sarkozy, seul candidat en 2012? Fillon et Juppé se tiennent prêts.

Par PATRICK JARREAU | Journaliste | 28/03/2011 | 17H12

Réaction : Leur grotesque vaudeville électoral, avec l’exploitation de la crise mondiale actuelle, évoque l’idée que le club [devinez] des sociétés multinationales, se servant de notre gouvernance des mafieux, avec leur avocaillon d’affaire interlope Sarko et ses larbins, opère selon les vieilles préceptes du chanoine jésuite Adam Weishaupt, professeur en droit, selon son crédo politique à la Machiavel « Nouveau testament du Satan », (modernisé par moi juste avec quelques retouches de son vocabulaire obsolète) :

« En suscitant des crises économiques, il faudra provoquer l’effondrement économie des entreprises non-associés à [devinez]. La puissance monétaire doit remporter de haute lutte la suprématie dans  le commerce et l’industrie, moyennant leurs capitaux, agrandissant le pouvoir politique des sociétés multinationaux associés à [devinez] par la paralysie de la libre-concurrence.

« Envies, haines, disputes et guerres, privations, famines et propagations d’épidémies doivent épuiser les peuples au point tel que les gouvernants et les gouvernés ne voient plus d’autres moyens que de ses soumettre pleinement à l’organisation des sociétés multinationales du club [devinez].

« Il faudra déshabituer les peuples à penser par eux même, à prendre les apparence pour argent comptant, à se satisfaire du superficiel, à ne poursuivre que leur propre plaisir, à s’épuiser dans leur quête éternelle du nouveau et, en fin de compte, à suivre les bonimenteurs de la société de consommation régie par le club [devinez]  pour dépraver la masse, aveugle, insensée et incapable de juger elle-même.

« Leur esprit des demeurés sera occupé à des joutes oratoires débilitants qui ne seront que des simulacres mystificateurs, jusqu’au moment les hommes-masse en seront lassés, qu’ils prendront en dégoût toute la troupe des orateurs paternes aux physionomies mièvre, de quelque bord qu’ils soient.

« Par contre, à ces fourmis robotisées par la désinformation, l’intox et des dénigrements permanents du journalisme mercantile des medias des milliardaires des [devinez], il faudra rabâcher des slogans publicitaires captieux de la consommation, pour qu’ils restent ancrés dans leur profonde conscience abrutie… ».

Démonstrations jamais démentis des manœuvres criminelles, dans le blog Dietrich13.wordpress.com, sans indications du club [devinez] des sociétés multinationales.

_______________________________________________________

Les Américains se demandent si en Libye, ils roulent pour Sarkozy.

Par PIERRE HASKI | Rue89 | 29/03/2011 | 12H24

Un sinistre soupçon commence à traverser l’esprit de certains commentateurs américains : et si on faisait la guerre en Libye juste pour faire réélire Nicolas Sarkozy ?

Réaction : Pourquoi poser des questions sur des évidences ? Il n’y rien de plus revigorant pour cet avocaillon d’affaires interlopes au blason abimé, aussi avec les éclaboussures de ses pots de vin de Kadhafi menaçante des révélations, que de petits tas de cadavres glorieux d’une guéguerre tirée en longueur, alors que le problème pourrait été résolue dans une semaine, vu  les forces en présence.

Allons-y ! Le bonhomme vendu pour la médiatisation « par son ami » fricoteur,  n’a pas encore pu réaliser la bombe nucléaire avec le matériel fournie, moyennant des fameuses ristournes, par ses spéculateurs irresponsables du prestigieux club des multinationales domiciliées aussi dans son carrées de légume fertiles. (Voir ma précèdent réaction). Dietrich13.wordpress.com, jamais démentie.

Réaction à : Cantonales : Sarkozy entraîne le « clan du 9-2 » dans sa chute

Par JULIEN MARTIN | Rue89 | 22/03/2011 | 12H04

Le Président en avait fait sa rampe de lancement ; les Hauts-de-Seine symbolisent aujourd’hui son effondrement.

Réaction : Hélas, le troupeau des moutons tondus, à la porte de l’abattoir, commence à se rendre compte que quand les imposteurs canailles et corrompus, associés à l’avocaillon d’affaires louches, ouvrent sa parlote s’est pour mentir, quand ils la fermement, ils ont menti. Mais alors, les dupes se sont rendu compte que quand ça a chatouillé, c’était trop tard pour se désister, on s’est déjà fait intuber en beauté, par ces escrocs de haut vol reconnaissables par la Légion d’honneur arboré sans la boutonnière, la souillure de l’honneur de la France.

Preuves jamais démenties dans mes cinq blogs restants, ayant échappé encore aux cyberspires de Sarko-de-toutes-les-magouilles. Dietrich13.wordpress.com.

Preuves jamais démenties dans mes cinq blogs restants, ayant échappé encore aux cyberspires de Sarko-de-toutes-les-magouilles. Dietrich13.wordpress.com.

______________________________

Réaction à LE BIEN PUBLIC 22/03/2011. JUSTICE : Les professionnels de la justice appelés à la grève le 29 mars.

Les professionnels de la justice sont appelés à la grève le mardi 29 mars, jour d’une manifestation nationale organisée à Paris pour réclamer un «plan d’urgence pour la justice», a annoncé lundi leur coordination, qui rassemble plus de 20 organisations syndicales et professionnelles.

Réaction. Allez ! Allez ! À parade des loufiats du Pouvoir. Allez ! Allez ! Les maquignons intéressés  de la Justice, les faussaires, imposteurs et simulateurs, naufrageurs de la démocratie et de l’économie de la France.

Répétition de la réaction à Le Bien public du 21/03/2011. Les agressions physiques explosent sur un an.

[…] Un autre chiffre est également en très forte augmentation sur un an : celui des escroqueries et infractions économiques et financières. Entre février 2010 et février 2011, celui-ci explose de 85,25 %.

Vive l’obscurantisme du Kadhafi show ! Les escroqueries de haut vol des copains fertiles et des coquins dorées de la clique criminelle bonne chic, bonne genre de notre gouvernance des « gangsters d’État de l’État gangster », produisent plus de 95% des dommages de la criminalité globale à la France, selon les statistiques officielles, sous-estimées. L’économie mondiale en est en train d’écrouler par les escroqueries gigantesques des mécènes du complice et receleur Sarko, relisant des bénéfices par milliards de dollars par jours. (Albert Jacquard, éditorialiste savant de France Culture).

Pas étonnante que la catastrophe humanitaire continue d’augmenter depuis la suppression frauduleuse de la Haute Cour de justice, avec les plaignants revendiquant sa saisine, par les vendus du Parlement pour rendre judiciairement intouchables les truands de la haute Sarko, Méhaignerie, Pasqua, Woerth et compagnie par la mise à l’abri des criminels de la magistrature tripatouilleur qu’ils ont corrompus jusqu’à la moelle.Dietrich13.wordpress.com. Juriste DEA. Criminologie. Science pénales. Jamais démentis par cette crapule à quia. Pourvu que le Kadhafi-show dure, doivent ils prier pour redorer leurs blasons rouillés par l’opprobre des souillures françaises de la Légion d’honneur dans la boutonnière de Sarko, attribuées à tous les crapules moyennant d’un bakchich dans la caisse électoral ou dans sa poche au fonds insondables.

_________________________________

Réaction à Nouvelobs 17/03/2011Sarkozy : comment s’en débarrasser ?

Un second mandat à l’Elysée? Pas question ! C’est ce qu’entendent, de plus en plus souvent, les parlementaires UMP, sur le terrain. Mais cet instinct de survie qui les poussent à chercher un autre candidat peut-il se transformer, demain, en désir de meurtre du président sortant ?

« Dietrichpeter.nouelobs.com ». Référons aux diagnostiques d’emploi de Kadhafi :« Nicolas Sarkozy a une maladie mentale ». [..] « Il a dit des choses qui ne peuvent sortir que de la tête d’un fou ».Appliquons-lui immédiatement le projet de loi de l’hospitalisation psychiatrique sous contrainte, comme ses flics  à son brillant opposant avisé, au général ER (***) Samy Albagli, vice-président de l’association   CITOYENS ANTI-MAFIA JUDICIAIRE (CAMJ), cherchant de lui fermer sa parlote des mensonges par l’argumentaire de mes blogs jamais démentis autrement.

Réaction à : Par RUE89 | 16/03/2011 | 10H27 : Japon : possibles « retombées radioactives en France », dit NKM

Réaction à : Selon la ministre de l’Ecologie, ces retombées de la crise nucléaire nippone seraient « sans risque sanitaire ». Live blogging.

Impossible de déverser de l’eau sur la centrale de Fukushima : l’opération prévue ce mercredi par l’armée pour refroidir le combustible nucléaire a été jugée trop dangereuse. Nicolas Sarkozy défend le choix de l’énergie nucléaire en France, mais promet une évaluation de la sécurité dans les centrales…

Réaction : Ne touches pas à mon pote ! Sarko ne défend pas le nucléaire. Il défend ses copains de Neuilly-sur-Seine qui y ont investis un pognon fou et espèrent d’en tirer un pognon encore plus fou. Tant pis si la France en crève comme la Japon. Les potes fertiles, n’ont-ils pas déjà ruiné l’économie mondiale par des escroqueries gigantesques pour réaliser de bénéfices par millions de dollars par jour ? Comme les généreux Bettancourt, on a des refuges anti-nucléaires dans des îles paradisiaques. Quant à la production de la catastrophe en France, ces spéculateurs vont encore tirer un pognon fou de l’indemnisation par le contribuable et des assurances. Dietrich13.wordpress.com.

—————————————————————

Les Kadhafi au « clown » Sarkozy : « Qu’il rende l’argent ! »

Réaction à : Par ZINEB DRYEF | Rue89 | 16/03/2011 | 10H45/ / et Le Bien Public.

Après la reconnaissance officielle par la France de l’opposition libyenne, Kadhafi avait fait savoir le 10 mars dernier qu’il révélerait un « grave secret » qui pourrait entraîner la chute du président français. On pensait le « grave secret » révélé le 15 mars avec cette déclaration du colonel : « C’est mon ami, mais je crois qu’il est devenu fou ».

LE POSTE le 15/03/2011 à 15h58 – mis à jour le 15/03/2011 à 20h27.

Anti Nanti : C’EST CELUI QUI LE DIT… Kadhafi : « Nicolas Sarkozy a une maladie mentale ».
[…] Il estime, dans une interview accordée à RTL, la chaîne de télévision allemande, que le Président français à « une maladie mentale ». Et le Colonel de rajouter : « Il a dit des choses qui ne peuvent sortir que de la tête d’un fou ».

Réaction de Dietrich13 ajouté au Nouvel bs: En psychiatrie légale, la paranoïa « trad. litt. penser de traverse » (terme de l’inquisition païenne de l’antiquité) n’est qu’une question d’opportunité de la politique des mythes officiels, du lieu ou de l’époque. Selon la psychiatrique, la folie rode autour du Pouvoir (p.8 du blog*). À l’instar de tous les régimes évolués qui instrumentalisent la psychiatrie légale pour l’oppression criminelle des forces vives, si l’occasion serait offerte à ces deux despotes, ils se feront mettre réciproquement par leurs experts attirés en cellule capitonnée, et, pour plus de sécurité les réduire en zombis par une médicamentation massive.

Cependant, la pseudoscience charlatanesque issue des esprits malades des imposteurs fricoteurs (*) Charcot, Freud, Lacan, Lombroso et autres zigotos) de la psychiatrie légale de partout le monde s’est d’accord sur le point essentiel : l’humanité entière en est atteint et fou à lier. « La mal-mesure de l’homme » du savant Stephen Jay Gould, éd. Ramsay 1983. (**) « Impostures intellectuelles » des professeurs de physique Alain Sokal et Jean Bricmont. Éd. Odile Jacob 1997, etc. etc… (*) « Psychopathologie du Pouvoir » d’AndréLaurence, Le Monde du 6 déc. 1993.

________________________________________________________________________

ASIA Time Online. www.atime.com. Middle East  Mar 30, 2011.

http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MC30Ak01.html.

THE EYE NOMADE. Il n’y a pas d’affaires comme les affaires de guerre.

Par Pepe Escobar.

Mensonge, l’hypocrisie et les intentions cachées ! C’est ce que le président américain Barack Obama ne s’est pas attardé sur le moment d’expliquer sa doctrine la Libye à l’Amérique et le monde. L’esprit rebondit de tant de trous noirs engloutissant cette splendide petite guerre qui n’est pas une guerre (une «durée limitée, une action portée limitée militaire », selon la Maison Blanche) – aggravée par l’incapacité de la pensée progressiste de condamner, à En même temps, la brutalité du régime de Mouammar Kadhafi et les Anglo-français-américain.

Bombardement «humanitaire».

Pluie de bombes sur les (civils) libyens qui espèrent encore (vidéo) : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=24969.
Nations Unies Conseil de sécurité la résolution 1973 a travaillé comme un cheval de Troie, permettant le consortium anglo-français-américain – et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) – pour devenir la force aérienne de l’ONU dans son soutien à un soulèvement armé. En plus d’avoir rien à voir avec la protection des civils, cet arrangement est absolument illégal au regard du droit international. La phase finale intégré, car même malnutrition des enfants africains savent maintenant, mais n’a jamais été reconnu, est un changement de régime.

Le lieutenant-général Charles Bouchard du Canada, commandant de l’OTAN pour la Libye, peut exiger tout ce qu’il veut que la mission est purement destinée à protéger les civils. Pourtant, ces « civils innocents » exploitation des réservoirs et des kalachnikovs tir dans le cadre d’un rag-tag bande de sauvages sont en fait des soldats dans une guerre civile – et l’accent devrait être de savoir si l’OTAN à partir de maintenant restera leur armée de l’air, en suivant les étapes de le consortium anglo-français-américain. Par ailleurs, la «coalition de la jugerai opportun » lutte contre la Libye se compose de membres de l’OTAN que 12 (sur 28) ainsi que le Qatar. Cela n’a absolument rien à voir avec une «communauté internationale».

Le verdict complet sur la zone mandatée par l’ONU d’interdiction de vol devra attendre l’émergence d’un «rebelle» du gouvernement et la fin de la guerre civile (si elle se termine bientôt). Ensuite, il sera possible d’analyser comment Tomahawking et des bombardements n’a jamais été justifiée, pourquoi des civils en Cyrénaïque étaient « protégés » alors que ceux à Tripoli ont été tomahawk; ce genre de bande hétéroclite « rebelle » a été « sauvé », si tout cela était légal en Tout d’abord, comment la résolution était une couverture pour un changement de régime, comment l’histoire d’amour entre la Jamahiriya « révolutionnaires » et l’Occident peut se terminer par un divorce sanglant (rappelez-vous l’Afghanistan), et où les joueurs de l’Ouest assistent à une immense profit de la richesse d’un nouvelle, unifiée (ou balkanisation) la Libye.

Pour le moment du moins, il est très facile d’identifier les profiteurs.

1° Le Pentagone.
Supremo Pentagone Robert Gates a déclaré ce week-end, avec un visage impassible, il y a seulement trois régimes répressifs dans l’ensemble du Moyen-Orient: l’Iran, la Syrie et la Libye. Le Pentagone prend le maillon faible – la Libye. Les autres ont toujours été les principales caractéristiques de la liste des néo-conservateurs take-out/evil. L’Arabie saoudite, le Yémen, Bahreïn, etc. sont des démocraties modèle. Quant à ce «maintenant vous le voyez, maintenant vous n’avez pas la guerre», le Pentagone est la gestion de la combattre non pas une, mais deux fois. Cela a commencé avec Africom – établi en vertu de l’administration de George W Bush, renforcé sous Obama, et rejeté par des dizaines de gouvernements africains, des universitaires et des organisations de droits humains. Maintenant la guerre est en transition à l’OTAN, qui est essentiellement la règle du Pentagone sur ses séides européenne.

Il s’agit de la première guerre Africom en Afrique, menée jusqu’à présent par le général Carter Ham de son siège à Stuttgart non-africains. Africom, comme Horace Campbell, professeur d’études africaines-américaines et de sciences politiques à l’Université de Syracuse le dit, est une escroquerie; «fondamentalement un front pour les entrepreneurs de l’armée américaine comme Dyncorp, MPRI et d’exploitation KBR en Afrique planificateurs militaires américains qui bénéficient de la rotation ; porte de la privatisation de la guerre sont réjouis de la possibilité de donner de la crédibilité Africom en vertu de la façade de l’intervention libyenne.  »
Tomahawks Africom est également touché – métaphoriquement – l’Union africaine (UA), qui, contrairement à la Ligue arabe, ne peuvent être facilement achetés par l’Occident. Les pays arabes du Golfe pétromonarchies tous applaudi l’attentat – mais pas l’Égypte et la Tunisie. Seuls cinq pays africains ne sont pas subordonnés à l’Africom, la Libye est l’un d’entre eux, aux côtés du Soudan, Côte-d’Ivoire, l’Érythrée et le Zimbabwe.

2° OTAN
plan-cadre de l’OTAN est de règle de la Méditerranée comme un lac de l’OTAN. Dans ces « optique » (Pentagone parler) de la Méditerranée est infiniment plus important de nos jours comme un théâtre de guerre que  l’AfPak.

Il y a seulement trois des 20 pays sur ou dans la Méditerranée qui ne sont pas membres à part entière de l’OTAN ou alliés avec son «partenariat» des programmes: la Libye, le Liban et la Syrie. Ne vous méprenez pas, la Syrie est le suivant. Le Liban est déjà soumis à un blocus de l’OTAN depuis 2006. Maintenant, un blocus s’applique également à la Libye. Les États-Unis – via l’OTAN – est sur le point de la quadrature du cercle.

3° Arabie saoudite.

Quelle aubaine. Le roi Abdallah se débarrasse de son éternel ennemi Kadhafi. La Maison des Saoud – d’une manière abjecte marque – se plie en quatre pour le bénéfice de l’Occident. L’attention de l’opinion publique mondiale est détournée de la Saoudiens invasion de Bahreïn pour écraser un intérêt légitime, pacifique, le mouvement de protestation pro-démocratie.

La Maison des Saoud a vendu la fiction selon laquelle «la Ligue arabe » dans son ensemble a voté pour une zone d’exclusion aérienne. C’est un mensonge; de 22 membres, 11 seulement étaient présents lors du vote, six sont membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), dont l’Arabie saoudite est le chien top. La Maison des Saoud avait juste besoin de tordre le bras des trois autres. La Syrie et l’Algérie étaient contre. Traduction: seulement neuf des 22 pays arabes ont voté pour la zone d’exclusion aérienne.

Maintenant, l’Arabie saoudite peut même commander du CCG Abdulrahman al-tête Attiyah à-dire, sans sourciller, «le système libyen a perdu sa légitimité. » Quant à la « légitime » Maison des Saoud et les al-Khalifa à Bahreïn, quelqu’un devrait leur intronisation au Temple de la renommée humanitaire.

4° Qatar.

Les hôtes de la Coupe du Monde 2022 vous savez comment décrocher un accord. Leurs Mirages contribuent à la bombe alors que la Libye se prépare à Doha marché de l’Est du pétrole en Libye. Qatar rapidement devenu le premier pays arabe à reconnaître la Jamahiriya «rebelles» comme le seul gouvernement légitime du pays un jour seulement après avoir obtenu l’accord de commercialisation du pétrole.

5° Les «rebelles». 
Tous les aspirations démocratiques dignes de mouvement de la jeunesse libyenne, nonobstant, le groupe d’opposition le plus organisé se trouve être le Front National pour le Salut de la Libye – financé pendant des années par la Maison des Saoud, la CIA et du renseignement français. Les rebelles « intérimaire Conseil national de transition » n’est guère que le bon vieux National Front, plus un peu de militaires déserteurs. C’est l’élite de la «civils innocents» la «coalition» est la «protection».

Juste au bon moment, le « Conseil national de transition intérimaire » a un nouveau ministre des Finances, aux États-Unis instruits économiste Ali Tarhouni. Il a révélé qu’un groupe de pays occidentaux leur a donné du crédit, soutenu par le fonds souverain de la Libye, et les Britanniques leur ont permis d’accéder à 1,1 milliard de dollars de fonds de Kadhafi. Cela signifie que le consortium anglo-français-américains – et maintenant de l’OTAN – ne payez que pour les bombes. Comme les escroqueries guerre go celui-ci n’a pas de prix; l’Ouest utilisation des liquidités propres de la Libye pour financer un groupe de rebelles opportunistes libyenne de lutte contre le gouvernement libyen. Et par-dessus les Américains, les Britanniques et les Français se sentent l’amour pour tout ce bombardement. Les néo-conservateurs doivent être eux-mêmes coups de pied; pourquoi ne pas l’ancien sous-secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz arriver à quelque chose comme ça pour l’Irak 2003?

6° Les Français.
Oh là ! là ! ce pourrait être important pour un roman proustien. La collection printemps haut en passerelles Paris est le salon du président Nicolas Sarkozy de la mode – un modèle de zone d’exclusion aérienne avec des accessoires Mirage Rafale / raid aérien. Ce défilé a été orchestré par Nouri Mesmari, chef du protocole de Kadhafi, qui a fait défection en France en Octobre 2010. Les services secrets italiens fuite à certains médias comment il a fait. Le rôle de la DGSE, les services secrets français, a été plus ou moins expliqué sur le site Web payés Maghreb Confidentiel.

Essentiellement, la révolte Benghazi coq au vin couvait depuis Novembre 2010. Les cuisiniers ont été Mesmari, colonel de l’armée de l’air Abdullah Gehani, et les services secrets français. Mesmari a été appelé « WikiLeak libyenne », parce qu’il débordé sur pratiquement chacun des secrets militaires de Kadhafi. Sarkozy a aimé – furieux parce que Kadhafi avait annulé des contrats juteux pour acheter Rafale (pour remplacer son Mirages actuellement bombardé) et de construction française centrales nucléaires.

Cela explique pourquoi Sarkozy a été vante tant les mérites en se présentant comme le libérateur de nouvelles arabes, a été le premier dirigeant d’une puissance européenne à reconnaître les «rebelles» (au grand dam de nombreux à l’Union européenne), et a été le premier à la bombe de Kadhafi forces.
Cette bustes ouvrir le rôle de l’autopromotion éhontée philosophe Bernard Henri-Levy, qui est maintenant frénétiquement la traite dans les médias du monde qu’il a téléphoné à Sarkozy de Benghazi et réveillé sa séquence humanitaire. Soit Levy est un bouc émissaire, ou d’une pratique « intellectuelle » cerise sur le gâteau a ajouté bombardements déjà préparé.

Terminator Sarkozy est imparable. Il vient de garder tous les dirigeants arabes unique auxquels ils sont confrontés bombardements de la Libye de style si elles sévir contre les manifestants. Il a même dit que la Côte d’Ivoire était « à côté ». Bahreïn et au Yémen, bien sûr, en sont exemptés. En ce qui concerne les États-Unis, il est une fois de plus soutenir un coup d’État militaire (cela n’a pas fonctionné avec Omar « Cheikh al-Torture » Souleiman en Égypte, peut-être cela va fonctionner en Libye).

7° Al-Qaïda.
Là oh ! refait surface épouvantail si commode. Le consortium anglo-français-américains – et maintenant de l’OTAN – sont (encore) combattent aux côtés d’Al-Qaïda, représentée par al-Qaïda au Maghreb (AQM).

Libyenne chef rebelle Abdel-Hakim al-Hasidi – qui a combattu aux côtés des talibans en Afghanistan – largement confirmé aux médias italiens qu’il avait personnellement recruté « environ 25 » djihadistes de la région de Derna dans l’est de la Libye pour lutter contre les États-Unis en Irak, maintenant « ils sont sur la ligne de front dans Adjabiya ».

Cet après président du Tchad Idriss Deby a souligné que AQM avait pillé les arsenaux militaires en Cyrénaïque et peut être maintenant tout à fait tenir quelques missiles sol-air. Au début de Mars, AQM soutenu publiquement les «rebelles». Le fantôme d’Oussama Ben Laden doit être tirant un chat du Cheshire, encore une fois, il obtient le Pentagone à travailler pour lui.

8° De la privatisation de l’eau.
Peu en Occident ne savent peut-être que la Libye – avec l’Égypte – est assise sur le système aquifère nubien, c’est un océan d’eau douce extrêmement précieux. Alors oui, ce «maintenant vous le voyez, maintenant vous n’avez pas « la guerre est une guerre de l’eau crucial. Contrôle de l’aquifère est inestimable – comme dans le «sauvetage» des ressources naturelles précieuses de la «sauvages».

Cette Pipelineistan eau – enterrés très profondément dans le désert le long de 4,000 km – est la Great Man-Made River Project (GMMRP), qui Kadhafi construit pour 25 milliards de dollars sans avoir à emprunter un seul centime de le FMI ou la Banque mondiale (quel mauvais exemple pour les le monde en développement). Les fournitures GMMRP Tripoli, Benghazi et l’ensemble des côtes libyennes. La quantité d’eau est estimée par les scientifiques comme l’équivalent de 200 ans de l’eau qui coule le long du Nil.

Comparez cela à trois soi-disant sœurs – Veolia (ex Vivendi), Suez Ondeo (ex-Générale des Eaux) et Saur – les sociétés françaises qui contrôlent plus de 40% du marché mondial de l’eau. Tous les yeux doivent impérativement se concentrer sur de savoir si ces canalisations sont bombardées. Un scénario très possible que si elles sont juteuses, « reconstruction » contrats bénéficieront France. Ce sera la dernière étape de privatiser tout cela – pour l’instant gratuit – de l’eau. De la doctrine de choc à la doctrine de l’eau.

Eh bien, c’est seulement une courte liste de profiteurs – on ne sait pas qui va extraire le pétrole – et du gaz naturel – à la fin. Pendant ce temps, le spectacle (bombardements) doit se poursuivre. Il n’y a pas d’affaires comme les affaires de guerre.

Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan: Comment le monde globalisé de se disperser dans Liquid War (Nimble Books, 2007) et de Red Zone Blues: un instantané de Bagdad au cours de la flambée . Son nouveau livre, tout juste sorti, est Obama ne Globalistan (Nimble Books, 2009).
Il peut être contacté à pepeasia@yahoo.com.

___________________________________________

Réaction à Rue 89 : Inculpation de Kadhafi : la justice internationale instrumentalisée ?

Par PIERRE HAZAN | journaliste et universitaire | 19/05/2011 | 10H00.

Dietrich13.wordpress.com. Répétons-le, à des fins de propagande électorale des « gangsters d’État de l’État gangster », c’est de l’incitation à des crimes contre l’humanité avec notre gangster de ministre de Défense Gérard Longuet par la  manipulation du grand banditisme encadré par des mercenaires « Affreux », recrutés parmi les déchets militaires de l’Occident. Blog p. 12. [Midi Libre. 13/05/2011. Robert Dulas : « Les services français étaient au courant »] du recrutement en France.

[Blackwater, super-armée privée : 23 000 hommes dans 10 pays. Rue 89. Par CHAMACO | Dans l’ombre | 04/09/2009 | 11H00].

Réaction à Le Télégramme.com : Libye. Le Charles-de-Gaulle accusé de non-assistance à personne en danger. 9 mai 2011 à 17h49 .

Réaction à l’Hebdo Suisse et au Courrier International : Obama, tournant de campagne. Par Christophe Passer – Mis en ligne le 04.05.2011 à 10:14

Avec l’opération pakistanaise, le président américain a peut-être pris une option décisive pour sa réélection l’an prochain. Désormais, les républicains ont à nouveau peur de lui.

Dietrich13.wordpress.com. Juriste DEA. Criminologie.  Sciences pénales. « L’homme est de glace pour les vérités. Il est de feu pour les mensonges » (La Fontaine). Répétons-le, [blog p. 12] du despote éclairé de Kadhafi, avec le formidable arsenal Otanesque lancé contre sa minuscule armée de maintien d’ordre et de sécurité dans son vaste pays désertique avec seulement de  6 à 8 millions habitants (moins que la Suisse), ravagé périodiquement par les hordes (*) de nomades razzieurs (Toubous, Gorans, Touaregs…), envahissants de l’Afrique central ces contrées par le Sud, Est et Ouest,  le conflit aurait dû s’achever au plus tard dans quinze jours par son totale écrasement, pour livrer les ruines aux spéculateurs dorés de la haute finance et aux bandes des pillards en haillons du bas-fond,  encadrées et renforcées par les nouveaux «Affreux » au service de ce big-bizness : anciens soldats mis au rebut de l’Occident et de l’Amérique, la lie militaire, formant une super-armée privée, avec des ex-paras français mis au rancard.

[De Odyssey Dawn à Unified, Protector : bilan transitoire, perspectives et premiers enseignements, de l’engagement en Libye, (Cette note couvre les événements jusqu’au 21 avril 2011). Par Philippe Gros, Chargé de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique. Fondation pour la Recherche Stratégique sur : WWW. FRSTRATEGE.ORG]

Hélas, sont en campagne électorale, les deux stipendiés de la hyper-mafia des omniums multinationaux, les présidents Barak Obama et son larbin rabougri Sarkozy-les-pots-de-vin, en chute libre dans l’opinion. Or, ce qu’il y de mieux pour soigner sa popularité fanée, c’est l’épate des électeurs d’une crédulité naïve par le soldatesque victorieux. Pour faire durer leur artificieux gimmick médiatique, les briguants  des mandats présidentiels font saigner le peuple Libyen en goûte à goûte. Comme partout, en fourvoyant des excités primaires incultes par l’intox des médias des nababs milliardaires aux dents longues, des déserteurs et des bandits et gredins de tout poil, soutenus par des « frappes humanitaires ». Ces bombardements humanitaires imposant des ripostes en conséquence, ne visent que la destruction l’infrastructure pour rouvrir le juteux marché de la reconstruction aux promoteurs. Bouygues l’Arroseur, se lèche-t-il déjà les babines à Neuilly-sur-Seine, dans la commune où il appointe les élections de la camarilla de Sarko ?

Opération militaire gigantesque aux frais des contribuables, rien qu’aux effets de propagande électorale de leurs créatures usées par la corruption généralisée, (notamment aux Parlement européenne et française), les gangsters-pillards du Monde jouent benoitement aux Gendarmes rédempteurs, humanitaires avec leurs démons « bi » nordiques LOKI. En se conformant à son mythe démoniaque, sous l’apparence séduisante de leurs splendides uniformes d’opérette, chamarrés d’or, médaillés, ces fourbes têtes bichonnées à grands frais dans des salons de beauté rupins, sèment partout le discorde jusqu’à, achevé par le venin du serpent Otanesque, des tremblements de terre détruisant même à la fin leurs patries en faillite virtuelle. Ainsi, à l’instar du sinistre du Sud de la Tunisie désarmée, des prétendus libérateurs du même calibre des oppresseurs, comptent de livrer le régime aux chaos de la hyper-mafia des omniums multinationaux, leurs parasites américo-sicilio mafiosos, aux hordes razzieurs esclavagistes (*), aux assassins, pillards, receleurs et violeurs, la faune libérée des prisons en martyre de l’oppression…

(*) Pour leur rendre la liberté, ces esclaves sont achetés à prix fort par des ONG humanitaires aux hordes armées; par des aides humanitaires, nourris par les services spéciaux de nos démocratopathies en œuvre en Libye. (Sic).

http://www.voltairenet.org/spip.php?article169673: Derrière l’attaque contre la Libye : les stratégies de la guerre économique par Manlio Dinucci.

L’agression occidentale contre la Libye n’a pas eu pour but de s’emparer du pétrole local que des compagnies occidentales avaient déjà été autorisées à exploiter depuis la normalisation des relations diplomatiques. Il ne s’agit donc pas d’une guerre de ressources. Par contre, relate Manlio Dinucci, cette guerre, la reconnaissance précipitée par la France du Conseil national de transition (10 mars) et le sommet de Londres (30 mars), ont permis aux multinationales occidentales de modifier les termes de leurs contrats et de ne plus payer que des droits d’exploitation symboliques. De ce point de vue, il s’agit donc d’une guerre coloniale classique.

Le Nouvelobs 09/05/11 à 20:02 : Sondage exclusif : Sarkozy gagne 4 points.

La cote du président remonte nettement au mois de mai, selon notre baromètre LH2-Le Nouvel Observateur. François Fillon progresse de 8 points.

 

____________________________

Le 13.09.11. M. Yves Logette. 2 rue du Château de Furst, 57.730 Folschviller, France. Légion d’Honneur, Ordre National du Mérite, Médaille du Courage et du Dévouement, Secrétaire national de sa Promotion de Saint-Cyr, Ancien commandant d’un Régiment d’Hélicoptères de Combat.

À Monsieur le Président de la République, Palais de l’Élysée, 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75.008 Paris.

Monsieur le Président de la République française,

Lors des dernières élections présidentielles en 2007, j’ai voté pour vous, Monsieur Sarkozy, car j’ai cru, comme 53 % des votants, que vous représentiez une réelle chance et un espoir pour la France. C’est pourquoi je me crois autorisé à vous écrire pour vous donner mon sentiment, après la poignée de mains que vous avez échangée avec le président du Rwanda Paul Kagamé.

Comme vous le savez, ce Monsieur est accusé par l’ONU de crimes contre l’humanité, il est soupçonné d’avoir fomenté l’attentat contre l’avion du président Habyarimana, d’avoir participé au génocide des Tutsis de 1994 alors qu’il en rejette la responsabilité sur les militaires français de l’opération Turquoise.

Le livre du Général Jean-Claude Lafourcade, chef de cette opération déclenchée par la France, rapporte les accusations honteuses du gouvernement rwandais que les médias laissent se propager : les soldats français auraient «violé massivement avec l’accord de leurs officiers … ont jeté des personnes depuis leurs hélicoptères … », bref ont participé au génocide.

Pourquoi chasser le tyran Kadhafi par la force (oublions le tapis rouge et la tente berbère dans les jardins) et recevoir un tyran encore plus sanguinaire avec autant de sourires chaleureux ? S’est-il repenti de ces crimes et accusations envers les militaires français ? « Je ne vois pas de quoi vous parlez » répond-il à une ONG qui l’interroge sur l’état des droits de l’homme au Rwanda.

Monsieur le Président, cette poignée de mains arrive comme une goutte d’eau qui fait déborder le vase. Que la politesse entre Chefs d’États vous oblige à aller rencontrer Kagamé à Kigali, soit. Mais épargnez-nous ce déculottage sur le perron de l’Élysée.

J’ai souvent été d’accord avec vous sur le fond, notamment pour ce qui concerne les nécessaires réformes de structure dont notre pays a besoin mais jamais sur la forme, hélas : Comment peut-on respecter un président de la République qui s’adresse à un Français, dans un meeting ( 23.02.08 ), en ces termes « casse-toi, pauv con » ou à un pêcheur en colère ( 06.11.07 ) « Qu’est-ce t’as, descend de là si t’es un homme » alors qu’il est, lui-même, entouré de cinq gardes du corps ?

Comment peut-on dire, quand on s’affiche président de tous les Français « Je me fous des Bretons, je vais être au milieu de dix connards en train de regarder une carte » (visite du CROSS de Plouarzel le 01.05.07 )?

Comme officier, j’ai été profondément meurtri et même blessé lorsque vous avez pointé du doigt le Chef d’État-Major de l’Armée de Terre, le Général Bruno Cuche, le 30 Juin 2008, en lui disant publiquement à l’adresse de tous les soldats « vous n’êtes pas des professionnels, vous êtes des amateurs ». Certes, l’accident de Carcassonne était grave mais pourquoi ce mépris ? Les employés de la SNCF sont-ils tous des amateurs parce qu’un train déraille ?

Aujourd’hui, vous avez gâché le capital de confiance dont nous vous avions crédité. Vous avez cru que l’élection gagnée valait blanc-seing pour tout type de comportement et vous n’êtes rentré que tardivement, presqu’à contre nature, dans l’habit d’un Président de la République. « Président de la République, cela s’apprend à chaque minute » avez-vous dit récemment.

Ainsi que je l’ai déjà dit, j’ai voté pour vous en 2007 mais, vous l’avez compris, vous n’avez plus ma confiance pour 2012.

Je me doute bien qu’on ne vous montrera pas ma lettre mais si d’aventure elle passait entre vos mains, sachez Monsieur le Chef des Armées, que des dizaines de milliers de vos soldats, de tous grades, se sentent, après cette honteuse et insultante poignée de mains, humiliés devant tant de cynisme politique. Les minerais des Grands Lacs ne peuvent pas tout excuser.

Veuillez croire, Monsieur le Président, à la profonde considération que je porte à la fonction que vous occupez.

_________________________________________________

Sarko n’a pas pu résister à l’aubaine médiatique des fausses nouvelles pour astiquer aussi son blason abîmé.

Obama et Ben Laden : « Great shot, Sir ! »

http://www.voltairenet.org/spip.php?article169714

Réflexions sur l’annonce officielle de la mort d’Oussama Ben Laden par Thierry Meyssan.

En 2001, Oussama Ben Laden était gravement malade des reins et placé sous dialyse. Il devait suivre des soins en milieu hospitalier au moins un jour sur deux. À l’été 2001, il a été accepté à l’hôpital américain de Dubaï (Émirats) [1]. Début septembre 2001, il a été transféré à l’hôpital militaire de Rawalpindi (Pakistan) [2]. Quelques jours après les attentats, il a accordé un entretien dans un lieu tenu secret à un journaliste d’Al-Jazeera. En décembre 2001, sa famille a annoncé son décès et ses amis ont assisté à ses funérailles [3].

Cependant, le département US de la Défense a considéré que cette nouvelle était un leurre visant à lui permettre d’échapper à la justice états-unienne. Pourtant, de 2001 à 2011, aucun témoin digne de foi n’a rencontré Oussama Ben Laden [4].

Durant cette période, des cassettes vidéo et audio attribuées à Oussama Ben Laden ont été diffusées, soit par le département de la Défense, soit par des médias (principalement Al-Jazeera), soit par les sociétés privées de renseignement (IntelCenter, SITE Intelligence Group). La plupart de ces enregistrements ont été authentifiés par la CIA selon une méthodologie non précisée [5]. Toutefois la totalité de ces enregistrements a été invalidée par la communauté des experts en intelligence artificielle, y compris le Dalle Molle Institute qui est la référence mondiale en matière d’expertise judiciaire [6].

En d’autres termes, Oussama Ben Laden est selon toute vraisemblance mort en décembre 2001. Ce dont on nous parle aujourd’hui relève par conséquent du mythe.

________________________________________________________

Par BONOBLOG |  Rue89 | 03/05/2011 | 17H07

Ce qui est passablement contrariante dans la foire médiatique autour de l’exécution de Ben Laden, c’est que son décès avait déjà été annoncé il y a une dizaine d’années. Si mes souvenirs sont bons, dans un petit article de la rubrique des chiens écrasés du Le Monde. Cette grande terreur illuminée serait décédé dans la zone tribale du Pakistan du typhus ou typhoïde en raison du manque d’antibiotiques. Une fin pas très médiatique, ni pour ses partisan, ni pour ses traqueurs.

C’est un peu gros la ficelle, car ce cinéma me rappelle l’affaire parisienne du grand chef de gang Pierrot le Fou du SAC (*), évadé de la forteresse psychiatrique de Cadillac. Blessé mortellement par un flic lors d’un holdup, ses comparses l’ont enseveli en silence sur un îlot de la Seine. Durant dix ans, son cadavre en putréfaction continuât de défrayer les chroniques de la presse lui imputant tous les braquages du fameux « Roi des non-lieux » Jo Attia du SAC ayant subventionnés les hommes politiques en vue pour s’assurer constamment son impunité. Dietrich13.worpress.com. Juriste DEA. Criminologie. Sciences pénales.

(*) Service d’Action Civique, police parallèle des gangsters, dirigée par le cofondateur et ancien ministre de  l’Intérieur Charles Pasqua, Sénateur, « Roi de tous les acquittements de complaisance. Pages 2 et 6 du blog. [Le « S.A.C. » vient d’être recrée par le parti UMP pour les réélections de Sarkozy.]

ETAT DE GRÂCE (BIS)

Mort de Ben Laden : la popularité d’Obama bondit de 11 points

57 % des Américains approuvent désormais l’action de Barack Obama, contre 46 % deux semaines plus tôt. Ainsi, le président américain retrouve presque le même niveau qu’en 2009, un an après son accession au bureau Ovale. Sa gestion en matière de terrorisme est également approuvée près de trois Américains…16h35 | par La rédaction du Post.

On est passé à  la fabrication a posteriori des preuves, trucages photographiques, fausses témoignages, subornation des témoins, des protagonistes d’accord sur le point essentiel : conserver la grandeur des protagonistes de l’information du décès par une chiasse infectieuse d’un héros légendaire depuis dix ans en décomposition cadavérique. Un fils à la Rambo est en préparation à Hollywood pour prolonger l’extase le populo des jobards.

______________________________________

Le Poste 05/05/2011 : ON NOUS MENT! Mort de Ben Laden: complotistes de tous les pays, unissez-vous!

Si vous croyez que Ben Laden a été congelé il y a 8 ans, ce post est pour vous. Si vous n’y croyez pas, ce post est pour vous aussi. […]

1) Ben Laden est mort depuis longtemps. C’est ce qu’explique le conspirationniste Alex Jones, dans une vidéo (sous-titrée en français ici): d’après lui, un ponte de l’administration Bush a expliqué en 2002 que le corps de Ben Laden a été conservé dans la glace « et qu’il serait réutilisé au moment opportun ». Le site français qui fait « référence » en matière de conspirationnisme, ReOpen911 se fend d’un édito où on peut lire: « un grand nombre d’informations accumulées depuis le 11-Septembre tendent à laisser penser que Ben Laden était mort depuis bien longtemps déjà ».  […]
4) On nous ment sur la nature de l’opération car l’hélicoptère utilisé n’existe pas. On peut ainsi lire sur AgoraVox: « il apparaît que les « gros morceaux » de ce qui reste de l’appareil, notamment la queue de l’appareil, ne semblent appartenir à aucun hélicoptère connu à ce jour ». […]

Le spécialiste de la théorie du complot Bruno Fay expliquait bien les ressorts de cette suspicion générale dans une interview au Nouvel Obs: « On est face au conspirationnisme ordinaire, de masse, qui touche toutes les catégories de la population. Et, plus que de complot, je parle d’une crise de confiance entre les autorités et les citoyens. Derrière ces complots, se rassemblent tous eux qui ne croient plus dans les autorités. »

Le 11 septembre 2001, lors de l’attaque du World Trade Center à New York, les historiens sérieux peuvent admettre avec une quasi-certitude le décès depuis des années de Ben Laden. Comme lors de la Deuxième Guerre mondiale, l’ubiquité médiatique lui a été assurée par des sosies. Voir intro p. 4. Alors, il se pose la question sur la véritable identité des organisateurs de cet attentat. On comprend l’acharnement de la CIA des mises en scène de la survivance de Ben Laden, l’immersion dans la mer de son cadavre pour empêcher à l’histoire de procéder aux expertises génétiques de l’ADN. Un peu plus tard, dans le même souci de la mascarade de l’histoire, est exhumé et incinéré, les cendre dispersés, en Allemagne le cadavre du sosie de Rudolf Hess, substitut au procès de Nuremberg en 1945/46, de ce numéro deux du régime nazi assassiné en prison d’Angleterre pour dissimuler la haute trahison avec lui du roi abdiqué Éduard, Duc de Windsor. Détails intro p. 4.

___________________________

Les inquiétantes théories du complot du républicain Ron Paul. Rue 89. 29/12/2011. Rudy Reichstadt. conspiracywatch.info.

Ron Paul, conservateur « libertarien », proche de la très paranoïde John Birch Society passe pour être le candidat favori des conspirationnistes du 11-Septembre. Et pour avoir lui-même versé à plusieurs reprises dans la théorie du complot.

« Ron Paul Political », « Ron Paul’s Freedom Report », « Ron Paul Survival Report », « Ron Paul Investment Letter » : tels sont les titres des bulletins d’information mensuels qui font aujourd’hui polémique, publiés depuis plus de vingt ans par Ron Paul, en lice dans la primaire qui doit désigner le candidat républicain à la présidentielle 2012.

Le sida créé dans un labo d’État américain.

{Voir sur la page 1 des blogs Dietrich à ce sujet les commentaires de la récupération des armes biologiques japonaises par le trucage du procès du Tribunal militaire international de Tokyo}.

En 2008, James Kirchick révélait dans The New Republic le penchant du congressiste républicain pour les théories du complot et les dérapages racistes, manifestes à la lecture de ces fameuses newsletters.

Le dernier article de Kirchick enfonce le clou. Il précise notamment que les bulletins de Ron Paul qu’il a pu consulter à l’université du Kansas et à la Wisconsin Historical Society étaient rangés dans les archives relatives à la « littérature politique américaine d’extrême droite ».

Pour certains, Ron Paul est un sympathique « iconoclaste », un empêcheur de tourner en rond qui « dérange le Système » par ses propositions « originales » et ses coups de gueule contre l’État fédéral.

Kirchick rappelle que Paul est pourtant le seul des candidats à l’investiture républicaine à avoir accrédité la thèse selon laquelle le sida aurait été créé dans un laboratoire d’État américain, à Fort Detrick, dans le Maryland.

Une accusation dont on sait depuis vingt ans maintenant qu’elle faisait partie d’une opération de désinformation soviétique baptisée Infektion.

Mais ce n’est pas tout : dans l’un des bulletins de Ron Paul, on peut lire que les patients atteints du virus du sida ne devraient pas être autorisés à manger dans les restaurants car « le sida peut être transmis par la salive » !

Dans un autre, on apprend, stupéfait, que des « gangs de jeunes filles noires âgées de 12 à 14 ans » parcouraient les rues de New York munies de seringues potentiellement infectées par le virus du sida pour l’injecter à des femmes blanches.

Ron Paul dénonce le « terrorisme racial ».

Le Ron Paul Political Report du 15 juin 1992, édité un mois et demi après les émeutes de Los Angeles, est consacré au « terrorisme racial ». On peut y lire que « l’ordre a été restauré à Los Angeles quand les Noirs sont allés ramasser leurs chèques d’aide sociale ».

Ron Paul ajoute :

« J’ai conseillé à tout le monde dans ma famille d’apprendre à utiliser une arme à feu pour se défendre. Contre les animaux qui viennent. »

Ron Paul nie être l’auteur de ces phrases, y compris celles qui sont rédigées à la première personne du singulier. Il a expliqué sur CNN qu’il n’était pas au courant de tout cela, qu’il ne l’a su que dix ans plus tard et qu’il ne connaît pas exactement l’auteur de ces mots.

Les bulletins auraient tous été rédigés par l’équipe de son entreprise « Ron Paul & Associates ». Une ligne de défense qui ne convainc pas la presse américaine. Michael Tomasky (The Daily Beast) résume ainsi le problème :

« S’il n’a pas écrit ces phrases, qui l’a fait ? Pourquoi ne le dit-il pas ? Si réellement il n’est pas d’accord avec ces déclarations et les désavoue vraiment, il ne peut pas y avoir de bonne raison de ne pas nommer l’auteur de ces phrases.

Ron Paul admet qu’il est au courant de ces phrases depuis dix ans. Mais s’est-il intéressé à ce moment-là, quand il en a été averti, à la question de savoir qui en était l’auteur ?

Il me semble que dans le cas où je serais membre de la Chambre des représentants (comme Ron Paul l’était à cette époque), où je ne serais pas raciste, et où je découvrirais que des propos racistes ont été tenus en mon nom, je voudrais savoir qui en est l’auteur. »

Et de conclure, pessimiste :

« Parmi les républicains et les conservateurs, il n’y a tout simplement pas assez de gens qui se préoccupent de savoir s’il est ou non raciste. Si on lui demandait une explication, il en fournirait une. Mais on ne lui demande pas. »

Le vieux thème du complot juif.

L’autre violon d’Ingres de Ron Paul, c’est son hostilité radicale à l’État d’Israël qui, constate Kirchick, est le pays étranger le plus souvent cité dans les bulletins d’information de Paul.

Un bulletin publié en 1987 parle notamment de l’État hébreu comme d’« un État agressif et national-socialiste » (sic). En 1990, la prose flirte carrément avec le vieux thème du « complot juif » : un bulletin de Ron Paul dénonce les « dizaines de milliers d’amis d’Israël bien placés dans tous les pays qui sont prêts à travailler pour le Mossad dans leur domaine d’expertise ».

Un autre texte, daté de 1994, suggère que les services secrets israéliens seraient derrière l’attentat du World Trade Center de 1993 :

« S’il s’agit d’une opération du Mossad israélien, comme le suspectent certains de mes amis juifs, écrit Paul, ou s’il s’agit réellement de représailles perpétrées par des fondamentalistes musulmans, cela importe peu. »

Populaire dans les milices d’extrême droite.

La focalisation « ron-paulienne » sur Israël n’a rien de mystérieuse si l’on se penche un instant sur ses supporters. Car Ron Paul n’est pas seulement populaire parmi les chantres du libéralisme économique (lire à cet égard l’article dithyrambique consacré à Ron Paul sur le blog de Rue89 « Libéraux et fier de l’être »).

Il l’est aussi dans toute une fraction de l’extrême droite américaine. À commencer par les groupes paramilitaires qui forment le Militia movement : quelques semaines avant l’attentat d’Oklahoma City (1995), commis par un sympathisant du mouvement des milices, un bulletin d’information de Ron Paul faisait l’éloge des « 1 500 milices locales qui s’entraînent pour défendre la liberté » et présentait les milices comme « l’une des évolutions les plus encourageantes en Amérique ».

Des textes de Ron Paul sont par ailleurs publiés depuis plusieurs années dans les colonnes du journal crypto-fasciste American Free Press, fondé par le négationniste Willis Carto, sans que Paul n’ait jamais pris la peine de s’en démarquer.

American Free Press vend même sur sa boutique en ligne une sélection de discours du candidat républicain édité par Chris Petherick, un ancien collaborateur du journal de Carto, sous le titre « The Ron Paul Revolution ». Difficile d’imaginer qu’il se soit affranchi de l’autorisation de Paul.

American Free Press est l’une des sources privilégiées des conspirationnistes du 11-Septembre. Le journal est même partenaire d »Axis for Peace, une conférence conspirationniste internationale organisée par Thierry Meyssan en 2005.

Ed Crane, président du Cato Institute (un think tank libertarien), rapporte que Ron Paul lui a confié un jour que sa première source de donateurs était composée par la mailing list de Spotlight (l’ancêtre d’American Free Press).

Interrogé à ce sujet, Paul affirme ne pas se souvenir d’une telle discussion, ajoutant toutefois que le fait de rechercher des soutiens par le biais d’une telle liste ne lui poserait aucun problème.

Proche d’un ex du Ku Klux Klan.

On trouve aussi des photos de Ron Paul en train de poser aux côtés de Don Black. Cet ancien membre du Ku Klux Klan est le fondateur du site webStormfront.org, un forum où se retrouvent « suprémacistes » blancs, négationnistes et thuriféraires du IIIe Reich.

Don Black a mené activement campagne pour Paul en 2008. Dans une interview rapportée par le New York Times, il soutient que plusieurs dizaines de membres de son forum sont volontaires pour la campagne de Ron Paul.

L’un des fils de discussion de Stormfront, intitulé « Pourquoi Ron Paul est-il si populaire ici ? », a ainsi pas moins de 24 pages de commentaires.

Alex Jones est un autre des supporters actifs de Ron Paul. En 2008, cet animateur de radio adulé par le mouvement des milices administrait même le site web RonPaulWarRoom.com pour soutenir la candidature de son champion à l’investiture du Grand Old Party pour les présidentielles.

Paul est sans doute le congressiste américain le plus fréquemment interviewé dans l’émission d »Alex Jones qui, avec ses centaines de vidéos partagées sur Internet, est l’une des principales sources de diffusion massive de théories du complot.

Malaise, y compris chez les conservateurs.

De tels soutiens suscitent un certain malaise, y compris dans la presse conservatrice. Ron Paul n’en a cure :

« S’ils veulent me soutenir, se défend-il, ils soutiennent ce que je fais ou ce que je dis. Cela n’a rien à voir avec le fait de soutenir ce que eux disent. »

Or, le problème est bien dans ce que dit Ron Paul. Un seul exemple : lors d’un entretien avec Alex Jones en mars 2009, le congressiste n’a pas hésité à abonder dans le sens de son interlocuteur et à évoquer l’existence d’un complot d’État impliquant une partie de l’armée américaine (le Northcom), de la CIA et une fraction de la classe politique pour prendre le pouvoir aux États-Unis.

Ron Paul concédant toutefois que « le congressiste moyen » ne fait probablement pas partie de cette « grande conspiration » – selon ses propres mots.

7/04/2012. STUPIDE, LÂCHE, ODIEUX < SUPERMEDIATIQE ! Le procès Breivik, auteur des deux attaques ayant fait 77 morts l’été dernier.

Bien sûr, étant un droit fondamental universel : l’examen contradictoire assassin/victimes des argumentaires, accusations, justifications, dont même le cinglé le plus complet y a droit. Le travestissement par des artifices insensés de la psychiatrie légale étant une escroquerie judiciaire institutionnalisée.

Primo, étant une fantasmagorie la justification par la légitime défense politique, le massacre des femmes et enfants inoffensifs dans un coin paisible, coin choisi par un vrai mollasson repu en tenu de combat d’un Rambo d’opérette, un coin sans risque de se faire faire abîmer par des professionnels chevronnés son médiatique portrait soigné pour la gala journalistique en final.

Deuxio. L’abolition des craintes et scrupules d’un abruti pusillanime par des drogues, avant l’accomplissement de la boucherie de médiatisation de sa prose du taré manipulé, est en France nullement une cause d’irresponsabilité mentale, mais belle et bien une circonstance aggravante.

Le déroulement des évènements donnent raison au calcul des effets pervers de ces stupidités judiciaires. Ce ridicule fanfaron manipulé savait bien qu’il sera longtemps starisé par les médias, toujours à l’affût du sensationnel de l’extravagant le plus odieux pour générer du fric par l’augmentation de l’audimat et des tirages. L’astuce discrédite virtuellement les actions taboues, imitées et plagiées par ces pitres : la légitime défense des vrais justiciers, contre des vrais criminels de la corruption politique généralisée ; des inconnus du grand public que les tripoteurs des informations se délectent de dénigrer, a priori, par des idées reçus sur les élucubrations de la psychiatrie légale.

Ses manipulateurs dans l’ombre douillet des salons mondains ne spéculent pas en vaine de faire river l’attention du monde entier sur les divagations de leur piteux matamore camé, tandis qu’en instigateurs, ces calamiteux font succomber aux assassinats organisés de la grande finance internationale les élites des États désorganisés, livrés aux caïds du grand banditisme ou à leurs pantins gouvernementaux et parlementaires vendus. Détails incontestés : Dietrich13.wordpress.com. Juriste DEA. Criminologie. Sciences pénales.

___________________________________________

Censure canaille par la hypermafia de la grande finance internationale d’un blog, circonstancié, avisé, incontesté.

Aperçue des montants de l’indemnisation préalable à la restauration de la situation légale, légalité, dus de droit, revendiqués aux juridictions saisies d’un composant quelconque du « complot contre la sûreté de l’État par l’attentat à son régime constitutionnel de la démocratie égalitaire en matière judiciaire, fiscale, électorale…. ».

Wordpress blocage 3

—–Message d’origine—–

From: Elizabeth – WordPress.com

Sent: Thursday, December 27, 2012 12:15 AM

To: peter.dietrich@sfr.fr

Subject: [WordPress #1415268]: 495@dietrich13.wordpress.com

Hi there,

Thank you for getting in touch.

Your site was flagged by our automated anti-spam controls. We have reviewed your site and have removed the suspension notice.

We greatly apologize for this error and any inconvenience it may have caused.

Elizabeth | WordPress.com

Désolé Madame. Il m’est toujours rendu impossible de compléter ce blog, (Dietrich13, sans « P »), par des preuves factuelles de mon assassinat déjoué, et, la déclaration de décès à l’Administration suisse, dénoncée quelques années plus tard par un ami. Preuves édifiantes, incontestées, « supprimées » par la justice française avec son présentateur en raison de son importance internationale toujours plus explosive dans des affaires des trucages des procédures des crimes contre l’humanité (p. 4) en corrélation avec les escroqueries monumentales du banqueroute frauduleuse gigantesques dissimulées derrière le terme crise. Page 2 des blogs. Échantillons ci-dessous de la page 1.

_____________________________________

-Hi ! Hi ! Chère Madame. Vos remèdes miracles ont fonctionnés à l’envers. Mon blog est de nouveau censuré avec le placard vexatoire en fichier joint à l’e-mail.

Mais, selon le dicton juridique « Ce qui abandonne ne vicie pas », à savoir, un moyen de preuve de la matérialité convainquant du crime organisé du grand banditisme ne peut rendre que la cause meilleure pour le dénonciateur. Ces manigances canailles de la coterie internationale de la hypermafia de la finance internationale valent certainement aveu irrévocable, selon le droit fondamental de la France. Mes constructions juridiques n’ont jamais été contestées en Justice. L’Amérique c’est l’Amérique.

Laissons donc ces blogs machinés sur WordPress dans l’état inachevables. Bisous. Point. Cela étaye encore mes autres revendications quant aux indemnisations de mes préjudices morales. Selon le droit interne de la France et celui du Pacte ratifié de l’ONU, ne suis-je pas en droit d’être équitablement traité sur un pied d’égalité avec notre brillant mercanti interlope Bernard Tapi-double-face ? Quinze millions d’Euros d’indemnisation pour quinze ans de divertissements joyeuses des escroqueries judiciaires ayant aboutis encore au détournement dans sa tirelire des plusieurs centaines de millions de fonds publics. Grâce aux entremises de nos ministres de Finances, des vedettes idoines du FMI, Dominique Strauss-Kahn et Christine Lagarde. Avec ce magot, ce beau monsieur « fund embezzler », a pu secourir la mafia. New-Yorkaise : renflouement par prise de participation de leur société de poker truqué sur internet, mise en difficulté par la condamnation d’un tribunal des céans.

Vous ne trouvez pas un peu juste ma revendication à la justice d’une indemnisation d’un taux triplé de ces 45 million d’Euros de complaisance avec un truand, comme l’exigerait le respect de l’équité et de l’égalité, de la moralité judiciaire et politique ?

Wordpress blocage 2

[WordPress #1415268]: 495@dietrich13.wordpress.com

Hi there,

Can you try clearing your browser’s cache and, if necessary, restarting the browser?

http://en.support.wordpress.com/browser-issues/#clear-your-cache-and-cookies

Thank you!

Elizabeth | WordPress.com

Chère Madame. Le placard du fichier joint à la fin, toujours depuis des semaines, s’affiche systématique pour m’empêcher la mise à jour du blog « dietrich13.wordpress.com, (sans « p ») sortie tout juste de la censure qui n’ose pas dire son nom. J’en ai tellement l’habitude… Tout mon système est placé sous contrôle, depuis l’Outre-Atlantique, par des indécrottables logiciels-espion. Il ne reste que de me résigner. Je m’en fous car les jeux sont faits pour moi.

Est-il possible d’empêcher les observateur de penser qu’ils s’agisse d’un micmac d’une désopilante obstruction aux juriste de faire circuler dans les textes congrus les échantillons des documents produits sur la page 1 des pages effacées du blog jumelle « dietrichp13.wordpress.com » ?

Ceux de mes fameux adversaires « fund embezzlers » pleins aux as, du gabarit de l’ex-ministre des Finances D. Strauss-Kahn, disposés de verser un million de dollars/heure aux avocats à New-York pour monter de rideaux de fumée devant les révélations dans les pages de mes blogs, à combien sont-ils disposés de larguer pour saboter mes blogs ? Et, comparaison fait de la valeur réciproque des travaux, à combien la Justice doit-elle évaluer mon indemnisation ?

 _______________________________________

Veuillez-vous connecter sur le blogs complété:

« Dietrich13.kazeo.com» ou « dietrich13.blogspot.fr».

En raison des défectuosités, ces pages ont été effacées en attendant de la suppression du blog par l’auteur.

Auf WordPress, die mangelhaften Blogs « Dietrichp13 » sind von mir ausgelöscht worden. dietrich13 vient être censuré par WordPress.

Sie können aber sich auf die vervollständigte Blog schalten:

« Dietrich13.kazeo.com» ou « dietrich13.blogspot.fr».

Depuis plusieurs années déjà, sur les huit différents blogs du juriste DEA, (sciences pénales, criminologie), Peter Dietrich s’instruisent de dizaines de milliers universitaires, juristes, juges et procureurs, victimes et  leurs avocats de la Chine, en passant par l’Afrique, l’Amérique, l’Océanie jusqu’en Island. Ces blogs contiennent des constructions, argumentaires juridiques et bibliographies universellement applicables aux escroqueries de haute vole et leurs escroqueries judiciaires pour s’assurer l’impunité, (page 2), des preuves irréfutées par des juridictions saisies, de ces pratiques, notamment dans les trucages des poursuites des crimes contre l’humanité. (Page 4). À l’heure actuelle, les blogs subsistants à la censure insidieuse recueillent 50 consultants par jour.

BoutIdé

Evasion Emoi Juges

EvasionRécit 2.

PaponAnnulation

Annularion 681 Nancy Toul

Facebook Finanzkriese

Article ci-dessus der blogs sur Facebook. Mein Kommentar im Der Spiegel 23/01/2012. Euro-Krise. Lagarde verlangt mehr Geld von Deutschland. Deutschland muss mehr für die Euro-Rettung tun, das verlangt IWF-Chefin Lagarde bei ihrem Besuch in Berlin: « Wir brauchen eine größere Brandmauer. » Damit unterstützt die Französin Forderungen aus Italien nach mehr Geld. Doch Kanzlerin Merkel blockt… Reaktion. Nach dem französischem elementaren Straffrechtbegriff, « Krise » ist eine trügerische Maske von “ Bankrott durch Betrug und Diebstahl in organisierter Verbrecherbande” nach, unter anderen, der Beschreibung von Michael Lewis. The Big Short. La Casse du siècle. Éditions Sonatine n° 053, sept. 2010 und meiner juristischen Auslegung für die Untersuchungsrichter gegen Lagarde und Strauss-Kahn. Kopie: Intro Seite 2 Blog dietrich13.wordpress.com. Jurist DEA. Kriminologie. Kriminalwissenshaften, jamais démenti mais assassiné. 

 Für die Politikwissenschaft, auf der Seite 4 befindet sich eine kurze aber erbauliche Beschreibung der Verfälschung des Nürenbergerischen Strafprozess 1945/46 und den Hochverrat des Englischen et Französischen Haupt Generalstab um die Invasion von Frankreich an 1940 zu erreichen und der Verfälschungen in den neulich französischen Strafprozessen der Komplizen der Verbrechen gegen die Menschheit. Verfälschungen immer weiterverfolgt an den französischen Gerichten, durch die Freimaurerei, den Rotary, und den Europäischen Menschenrechts Gerichtshof à Strasbourg mit der Verfälschung der geheimen Geschichte des Französischen und Britischen Hochverrat des zweiten Weltkrieg erzeugt hat mit den Verbrechen gegen die Menschheit.

 Seite vier der Blogs : Unterschlagene Beweise et Belegstücke kommentiert. Nach 1933, unter dem internationalen Einverständnis, die SS/SD (Sicherheitsdienst) organsierte, öffentlich, die vollständige Ausrottung, (Agronom Himmler), im dritten tausendjährigen Reich, der kulturellen politischen, militärischen, religiösen… Opposition. (Das Nazimodel, das zweite tausendjährige Reich, wurde gegründet durch die Vernichtung, für tausend Jahre, der europäischen Kultur, durch die bestialischen Barbaren des Frankenkönig Clodwig 1, geweiht für die massiven Massakers der galloromanischen Bevölkerung). Die aufgehäuften Knochenreste des Konzentrationslagers wie Dachau bezeugen es. Schon vor der schicksalhaften Jahre 1928, dieselben internationalen Finanzkräfte, (Seite 2), organsierten den zweiten Weltkrieg mit des Kriminalität gegen die Menschheit, organisiert mit der hohen Direktion des englischen, abgesetzten König Eduard VII, Herzog von Windsor, und seine Matha Hari, Hure eingeübt in den Bordells von Honkong und Kairo für die USA Geheimdienste. Das erste Opfer des internationalen Komplott, mit dem Beitrag der hohen Persönlichkeiten wie Joseph Kennedy, war das deutsche Volk. In Frankreich insbesondere, diese Aristokratien und Finanz Verschwörung organisierte den Hochverrat des Hauptstabs der alliierten französieren und englischen Streitmacht. Unter der Kontrolle von Herzog von Windsor Éduard, geradewegs mit Hitler, der Durchbruch der Maginotlinie in den Ardenne, die Vernichtung der französichen Lusftwaffe wurde oragnisiert… Die roumänische Armée, bis zu Stalingrad, wurde mit dem vortreflichen französchem Kriegsmateriel bewaffnet…

Récupération occulte de l’intro inachevée de la page 4 des blogs. Arguments cardinaux escamotés aux jurés des Assise dans les affaires Papon, Touvier, Barbi…

À peine commencé l’interprétation de quelques arguments de l’énorme volume des témoignages savants de E.R. Carmin, je me fais subtilement bousculer pour m’inciter à la production inachevée aux autorités judiciaires et politiques en France. Or, je ne suis parvenu, avec mon analyse, (sur 924), qu’ à la page 222, chapitre sur les faits évoqués devant la justice prévaricatrice (Papon, Touvier, Barbi et bien d’autres) de la coactivité, complicités par instigation, aide et assistance…, et recels des crimes contre l’humanité, tous les faits incriminés par la loi imprescriptibles et non amnistiables.

Pour bien traduire aux juridictions compétentes, comme de droit, ce savant témoignage congru de E.R. Carmin sur les principales responsabilités des crimes contre l’humanité, il faut mobiliser une équipe de traducteurs professionnels. Avec mon modeste Certificat d’interprète militaire, ‑ activité jamais exercée ‑, il me faudrait bien un an pour me farcir ce boulot à coups de dictionnaire ; boulot qui devrait déjà été accompli depuis des lustres du « Guru Hitler » à la demande des autorités judiciaires complotant. Régulièrement saisies, les prévaricateurs cérémonieux ont préféré « supprimer » (crime) les actes de procédure avec leur auteur pour une décoration de la Légion d’honneur, un avancement, un pot-de-vin…

————-

 En cours d’amplification sur les pages 4 des blogs fonctionnels.

E.R. Carmin. L’EMPIRE NOIR : Ordre des Templiers ‑ Société Thule ‑ le Troisième Reich – C.I.A. éditions actualisée et amplifiée, Nikol Hamburg 2010. DAS SCHWARZE REICH, 924 pages en Allemand. La suite de GURU HITLER, références supprimées dans les procès français et internationaux des simulacres grand spectacle des poursuites des complicités des crimes contre l’humanité.

(P. 110). Mais Hitler eut, si tant en somme il a eu un choix à un moment quelconque, opté pour (…) le chemin de la magie noire, la voie de la puissance, au moment où il a été rentré en contact avec L’Ordre de Thule (en fr. Thoulé). Hitler s’est remis aux mains des forces qui l’emportaient. Forces ténébreuses, destructrices…

(P. 152).  ‘Le combat des dieux en devenir’. […] ‘Elite de reproduction et machine à tuer’. La SS ne devait non seulement donner le matériel de la reproduction pour l’homme nouveau, elle devait aussi être la cellule reproductrice d’une future société d’orientation magico-païenne, la cellule reproductrice d’une nouvelle religion.

(P. 173). Abstraction du fait que le Duc de Windsor encore en 1940 livrait tout fraiche d’importantes secrets militaires de l’État-major franco-britannique de coordination des opérations, et se conduisit ainsi, se berçait de l’illusion, par les faveurs de Hitler, de se faire de nouveau couronner avec sa hétaire de duchesse divorcée. […] Le chef américain de l’F.B.I. Edgar Hoover, en a été convaincu que le Duc de Windsor en tout cas, grandement lui-même, a été un dangereux Nazi-Agent qui devrait être enfermé en prison…  {Notons que par l’F.B.I, pour les tenir en main, pour les manipuler par le chantage, Edgar Hoover se serait constitué des fichiers à l’usage personnelle sur les écarts leur vie sexuelle et les activités délictuelles des tous les hommes influents, au lieu de faire engager des poursuites judiciaires appropriées. Cela pourrait expliquer l’impunité de beaucoup des coauteurs, complices et receleurs des crimes contre l’humanité aux États-Unis. Ces fichiers auraient été récupérés détruits à son ″décès″}.

(P. 81). Après que fut fait prisonnier par la Garde de la ‘Défense territoriale’ en Angleterre du ‘Grand Mage de l’Ordre de Toule’ Rodolf Hess, (trésorier des fonds secrets du parti), il fut trouvé dans ses bagages tout sorte de drogues médicinales, dont un élixir provenant d’un Lama tibétain du cloitre Lai-Len. À qui donc, ces hallucinogènes des visionnaires déments ont été destinés que d’autre que son grand ami Duc de Windsor. Nos savantissimes et intarissables experts sur les perturbations psychologiques d’une prétendue couille unique du ‘Grand Mage de l’Ordre de Toule’, de l’extralucide gourou-pontife Hitler, ignorent-t-ils, ces psycho-blablabla mandarins, l’origine de la toxicomanie du syndrome du ‘délirium trémens’ (p.103) : des crises de folie furieux, apparitions hallucinatoires des phobies diurnes et cauchemars nocturnes, dont Hitler se donnait en spectacle devant ses proches abasourdis du ‘combat des dieux’ de ‘l’homme-dieu’ paniqué, émettant des sonorités avec des gesticulations incohérentes, des hurlements aux secours avec des expressions d’épouvante  ?

E.R Carmin, p. 218 rapporte, en 1923 déjà, le financement occulte et massif de Hitler et son parti nazi par des grosses malles marines remplis de Dollars ; via le canal suisse, l’acheminement d’incalculables sommes en devises internationales des financiers de  l’étranger, dont de la France, pour alimenter le sabotage du régime démocratique de la République de Weimar par une déluge de publications propagandistes, de la subversion pour susciter des agitations du menu-peuple par les fauteurs de troubles. On se croirait, avec le S.A.C., en France dans la IV° République et sous le régime de la V° République de « l’État gangster des Gangsters de l’État ».

(P. 224). Hitler, (‘l’Autrichien (fanatique fanatisant) avec une grosse gueule’, a été financé par Wallstreet ; Hitler-Deutschland a été réarmé par des puissances de la haute finance ; Hitler et les Allemands ont été utilisé comme instrument par la haute finance (…) pour tirer des carnages et massacres des méprisables et viles bénéfices.

(P. 114). En vérité, pour la théocratie des gourous de l’Empire occulte Thule, les lois de Terre ne présentaient aucune valeur : (p. 42) Massacrez et torturez, n’épargnez point ».

MarchiAnnulation

Liens entre entreprises. Bouygues

 

Liens entre entreprises.

Wordpress blocage 1

A la demande d’un râleur mécontent, transmission aux autorités compétentes du fichier joint de l’e-mail, complété par des documentés significatifs, annotés et déjà produits, contradictoire et non réfutés, à mainte reprise dans des différentes procédures citées, dont l’article annoté « DIETRCH JUSQU’AU BOUT DE SES IDEES ».

La copie ci-jointe produite dans les blogs à la page 2, de ma carte d’identité du Moniteur national de la Protection civile, accrédite ma compétence d’enseignant dans principalement deux affaires.

1° Les construction défectueuses des pavillons à Castres à chaufferies à gaz naturel exposant encore les habitants à ces risques mortels des explosions ou des intoxications démontrés aux juges.Dietrich Moniteur national

« Les intoxications dues aux émanations de monoxyde de carbone sont la première cause de mortalité accidentelle par toxique en France. DUSSAUD Marianne, « Attention danger! Regard n° 111, juin 1997, p. 44.

{LE BIEN PUBLIC le 08/02/2012. QUINCY-LE-VICOMTE – FAIT DIVERS. Info Bp : Intoxication mortelle au monoxyde de carbone. Le corps de Dominique Daudry, 52 ans, ancien maire de Quincy-le-Vicomte, a été découvert sans vie dans sa maison, ce matin, vers 7 h 20. Dans l’habitation se trouvaient également une femme âgée de 81 ans, inconsciente, qui a pu être ramenée à la vie par les pompiers, et un homme de 79 ans, qui souffrait d’une plaie à la tête après une chute due à un malaise. Les trois victimes ont été intoxiquées par du monoxyde de carbone, émanant sans doute d’une chaudière située dans le sous-sol de la maison. Les pompiers sont sur place, ainsi que les gendarmes}.

2° Mes témoignages « supprimés » (crime) par le juge d’instruction de Draguignan, ‑ du témoin empêché de se constituer partie civile ‑, sur l’invraisemblance du suicide des frères Saincené par le gaz de demi-combustion monoxyde de carbone CO d’une présence insignifiante dans les gaz d’échappement d’un moteur bien réglé, comme en l’espèce. Pas possible que les barbouzes les aient pu faire étouffer, asphyxier dans l’habitacle de leur voiture par le gaz de combustion complète dioxyde de carbone CO2, largement majoritaire des gaz d’échappement. Elle produit non pas l’anesthésie insidieuse, l’endormissement en douceur de l’empoisonnement du sang du CO. Les fumées du CO2 produisent chez les victimes des souffrances atroces, des vomissements et convulsions insoutenables. Au surplus, en présence d’un décès par l’étouffement par le CO2, les traces dans les globules rouges du sang du CO est absolument insignifiant.

Ainsi le fait de la « suppression » criminelle de ce témoignage significatif, aussi bien à Toulon qu’à Draguignan, accrédite de façon incontestable la thèse exposée dans le livre référencié L’AFFAIRE YANN PIAT. LES ASSASSINS AU CŒUR DU POUVOIR des André Rougeot et Jean-Michel Verne, notamment le trucage des analyses sanguines des deux suppliciés.

La connexité juridique et judiciaire de l’article 203 c. pr. pén., notamment dans le crime du complot, nous conduit en ligne directe à Toulon vers l’affaire manipulée Verges… Pardon « Omar m’a tuer », à présent rebaptisée « Omar m’a pousser. Les intouchables », notamment par le dénominateur commun : Maître Jacques Verges, le plus redoutable des truqueurs félons. Mi-page 7.

Dietrich RaportAptitude1

Drogue informatique suicide.

Message-ID: <D7BF368EF78645D689250B19DD1FD962@PCdehp>
From: Peter Dietrich <peter.Dietrich@sfr.fr> To: =?iso-8859-1?q?Assembl=E9e?= nationale
<president@assemblee-nationale.fr>, CA-VERSAILLES/CONTACT<Contact.Ca-versailles@justice.fr>, csm@justice.fr, Premier Ministre<premier-ministre@cab.pm.gouv.fr>, president@assemblee-nationale.fr, »Syndicat de la magistrature. » syndicat.magistrature@wanadoo.fr>,
syndicat-avocat-citoyen@petitiongratuite.com =?iso-8859-1?b?U+luYXQ=?= <presidence@senat.fr>,tosreports@wordpress.com
Subject: =?UTF-8?Q?Aper=C3=A7ue_des_montants_de_l=E2=80=99indemn?=
=?UTF-8?Q?isation_pr=C3=A9alables_=C3=A0_la_restaura?==?UTF-8?Q?tion_de_la_situation_l=C3=A9gale=2C?=Date: Sat, 29 Dec 2012 09:37:45 +0100
MIME-Version: 1.0X-Priority: 3 X-MSMail-Priority: Normal Importance: Normal
X-Mailer: Microsoft Windows Live Mail 15.4.3555.308 X-MimeOLE: Produced By Microsoft MimeOLE V15.4.3555.308 Content-Type: multipart/mixed; boundary= »—-=_NextPart_000_0006_01CDE5A8.286D98B0″

%d blogueurs aiment cette page :