Légitime défense politique.

Posted in Magouille by Dietrich13 on 25 juillet 2017

Sur l’Échiquier du Diable de la Deuxième Guerre mondiale vers la Troisième, joués la Reine Elïna Garanča et le Pion Peter Dietrich.

Premier Président de la Cour de Cassation Bertrand Louvel.

Prologue sur l’e-mail du 24 juillet 2017, à Monsieur le Premier Président de la Cour de Cassation Bertrand Louvel, pour faire respecter d’office l’ordre public constitutionnel.

Dès que la situation de la légalité constitutionnelle sera rétablie, je me rendrai aussi au greffe de la Cour d’appel administratif de Paris pour enregistrer mon recours suspendu en cassation contre le faux en écriture et contre les faussaires, pour faire renvoyer le dossier relatif au complot contre la sûreté de l’État au Conseil d’État qui s’en est débarrassé par des faux en écriture de ses escrocs.

Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen de 1789, Préambule de la Constitution, article 7 : « Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis ». À plus forte raison, les prévaricateurs sont tenus personnellement à réparer les dommages qu’ils ont causés intentionnellement aux particuliers, à l’État et au contribuable selon le principe du Code civil : « quiconque qui cause par sa faute un dommage à autrui est tenu de le réparer », (intégralement et en toute égalité selon le droit fondamental de la Constitution).

L’État est responsable du fonctionnement défectueux de la justice, si bien que le Trésor est mon débiteur garantissant mes indemnisations et celles de mon merveilleuse associée, ma Muse inspiratrice et salvatrice, la diva Elïna Garança, à deux millions Elïna Garanča 14 Habanera la conquérante Bdollars/heure pour chacun. Ainsi, si le Trésor, mon débiteur, ne couvre pas ces créances, je les ferais couvrir comme de droit moi-même par des actions obliques. Je commercerai l’opération en ajoutant l’action oblique à mon référé-provision devant le Président Tribunal de Grande instance par l’assignation de l’ancien ministre des Finances Nicolas Sarkozy, (ayant fourgué les réserves d’or aux escrocs des « emprunts toxiques Subprime »), et son ministre de Budget Éric Woerth, (avec les mystères des innombrables comptes secrets en Suisse), miraculé par la soustraction frauduleuse l’information judiciaire à l’irréprochable juge d’instruction Madame Isabelle Prévost Desprez, la juge d’instruction de mes propres affaires, déstabilisée moralement au surplus par des nombreuses humiliations, injures et outrages publiques restés impunis. Voir le livre de Gérard Davet & Fabrice Lhomme SARKO M’A TUER.

Sarko m'a tuer.

Page 6+2

Lundi 24 juillet 2017. Sur ordre du Président du Tribunal de Grande instance, sa greffière refuse d’registrer cet acte qui avait déjà reçu par courrier électronique. Depuis longtemps, le président du TGI avait l’obligation de communiquer d’office se dosser au procureur de la Réplique pour en saisir les juridictions pénales et le Conseil constitutionnelle, comme par ailleurs l’huissier de Justice Frank Semeniuk et l’avocat copropriétaire défendeur de la copropriété Me Montasse Charny rêvant de me faire liquider par les juges de son tribunal de Bobigny.

Pour soulever un écran de fumée médiatique devant cette procédure d’envergure historique et international durant cet obstruction criminelle de justice, des assassinats de masses ont été organisés, mon associée salvatrice et Muse à faillite de se faire massacrer dans l’opéra nationale de Paris, moi enlever par des gangsters en blouse blanches. C’est grâce à mon intensif entraînement sportif j’ai réussi d’esquiver plusieurs agressions meurtrières. Si je ne me suis pas fait kidnapper à plusieurs reprises, c’est grâce à la vigilance la police, et pas celle des défenseurs assermentés des droits de l’homme et de justice.

Président TGI Bobigny courrier électronique.

 

Page 6+1

23 juillet 2017. À Monsieur le Premier Président de la Cour de Cassation Bertrand Louvel, pour faire respecter d’office l’ordre public constitutionnel. Référence : Ma requête du 16/01/2017 de la communication d’office de l’arrêt dissimulé du juin 1983, rendu à ma demande par la Commission d’indemnisation des détentions abusives et a value à l’avocat-général Henri Dontenville la décoration de Chevalier de Légion d’honneur.

scom.courdecassation@justice.fr

Dans l’édifiant livre documentaire de David Talbot, confirmant mes exposés présentés depuis longtemps au juridictions nationales et internationales, THE DEVIL’S CHESSBOARD (L’Échiquier du Diable) manque cependant des importantes informations, comme aux plupart des historiens sérieux. Tout de même, une intéressante comparaison s’impose avec les tripoteurs de l’histoire de l’Académie française récompensés des plus hautes décorations de la Légion d’honneur, de Palmes académiques…

L'Echiquier du Diable.jpg

Pour vous résumer en bref, avec des importantes lacunes, la plus affriolante épisode de l’organisation de la Deuxième Guerre mondiale par les États Unis, il faut savoir que les bâtiments du haut commandement de l’US Navy ont été construits en forme de Croix gammée, comme le démontre aujourd’hui encore la vue aérienne. Leurs services secrets totalement acquis aux nazis ont formé dans des bordels de luxe à Hongkong et au Kaïre leur agent secrète madame Wallis Simpson, l’ont lâché sur le roi d’Angleterre Éduard VIII pour le lier personnellement en adepte à la magie noire d’Adolf Hitler et ses acolytes de la direction nazie. Son époux Simpson divorcée, il ne restait plus au roi d’abdiquer sous la pression du clergé. En duc d’Éduard de Windsor, il rentre dans le haut commandement de l’armée franco-britannique en France et organise la haute trahison avec le haut commandement de l’armée française. À Londres le colonel Charles De Gaule a été de la partie. Par l’opération navale combinée de la marine française et allemande Seelöwe (Lion de Mer, Lion symbole du monarque Britannique), le duc de Windsor aurait dû être remis sur le trône par Hitler. Le bombardement par Churchill de la flotte française à Mers-el-Kébir, en Algérie, a empêché l’opération.

À Cette époque, l’ambassadeur John Kennedy à Londres participait activement à la collaboration avec Hitler et fût renvoyé aux États Unis en persona non grata par Churchill. Assermenté à la monarchie, impossible pour lui de relever au public la haute trahison d’un roi avec la collaboration de l’ambassadeur des États-Unis, engrangeant des fortunes colossales pour lancer en politique ses fils, comme il se targuait devant qui le voulait entendre. Après la guerre, en U.S. Attorney General (Ministre de Justice) Robert Kennedy fit resituer au Holding IG Farben, les fortunes mis sous séquestre judiciaire en raison de la réalisation des profits énormes dans les usines installées dans le camp d’extermination Auschwitz et autres camps. D’autres firmes US collaborant par le double jeu avec les Nazis ont été indemnisés du contribuable de la destruction de leurs usines d’armement par les bombardier US en Allemagne, armement et technologie de conception US qui ont tués de milliers des soldats américains.

Ce que le monde ignore, est que le 12 août 1944 le frère ainé John Kennedy, pilote de l’US Navy est assassinée dans le premier Drone radiocommandée et téléguidée par télévision, dans une mission spectaculaire sur une forteresse nazie indestructible à Mimoyesques en France sur le côté française. Malgré les avertissements d’un ingénieur subalterne sur le piégeage de son avion, John Kennedy a décollé dans sa bombe volante. Avec le prestige de cette action spectaculaire, son père Joseph Kennedy le comptait de la hisser en premier catholique à la présidence des États Unis. Selon les astrologues et l’occultisme des Nazis et de la franc-maçonnerie hermétique au sein du Vatican, le 12 août a été une date magique procédant au changement d’histoire. Un signal radio sur le système de sécurité piégé a fait exploser l’avion juste après le décollage, laissant à John Kennedy senior pas le temps sauter en parachute comme prévu, passer le pilotage à l’avion d’accompagnement.

Donc l’assassinat dissimulé du fils ainé de Joseph Kennedy fait apparaître sous une lumière tout à fait différente l’assassinat de son frère cadet John F. Kennedy en Président catholique des États Unis le 22 novembre 1963 à Dallas aux USA. La police a trouvé un peu plus tard dans un cinéma Lee Harvey Oswald. Devant la presse, il clamait son innocence : « Je suis un pigeon ».

Deux jours plus tard, introduit d’une façon tout à fait mystérieuse dans le commissariat de police, le tenancier d’une boite de nuit liée à la mafia Jacky Ruby le révolvérise à bout portant devant les policiers qui l’encadraient. Puis d’une façon tout à fait similaire, à Paris en France, un dérangé du même type abatte à bout portant l’ancien chef de la Police René Bousquet sous l’occupation nazie du maréchal Pétain pour m’empêcher d’intervenir en audience publique devant la Cour d’assise à Paris, avec mes analyses historiques sur la haute trahison de la France aux nazis par le clan Kennedy, leurs crimes contre l’humanité du passé, du présent et projetés pour l’avenir par la Troisième Guerre mondiale.

Sans doute le C.I.A. a fait abattre John F. Kennedy pour l’empêcher de déclencher l

Carmin Das Schwarze Reich..jpg

a prophétie de la magie noire des nazis et de l’occultisme catholique de la purification de la Terre par la Troisième Guerre mondiale. Au surplus, l’assassin Jacky Ruby aux USA et celui de René Bousquet en France, portent tous les deux les stigmates, les symptômes, de la manipulation mentale par cette arme électronique conçue par la C.I.A. en appareil de télécommunication révolutionnaire, et duquel je connaissant heureusement, en commando d’actions spéciales, le principe de fonctionnement pour me soustraire tant bien que mal à ses effets dévastateurs pour le cerveau et la conscience.

Blog page 4 : Trucages judiciaires de crimes contre l’humanité. Page 14 : Haute trahison de l’humanité (que le voyou Macron poursuit). Détails édifiants<

http://dietrich13.wordpress.com, article Elïna Garanča.

Il est parfaitement compréhensible que ma captivante Muse, la merveilleuse cantatrice lettonne Elïna Garança (č=ç) pèse bien plus lourd dans l’invisible guerre mondiale pour les communs que les divisions des chars d’assauts et parachutistes réunis de l’armée française. On comprend ainsi les motifs de la conjurations adverses de faire dynamiter l’opéra nationale de Paris, (édifié par le « suppôt du diable Mitterrand »), massacrer aux fusils d’assauts et grenades à mains avec Elïna Garança avec l’orchestre, les artistes et les spectateurs au début 2016 lors de la représentation de l’opéra Werther de Massenet.

Comme je l’ai fait constater aux autorités judiciaires compétentes nationales et internationales depuis 1981, de que j’ouvre une brèche dans l’édifice législative contre le complot contre la sûreté de l’État, elle est immédiatement colmatée par la modification de la loi visant d’anéantir mes constructions juridiques. Supprimé dans le nouveau code pénal la Haute trahison, le complot contre la sûreté de l’État, les crimes de coalition des fonctionnaires contre la loi et l’exécution des lois, la dégradation civique…, la Haute Cour de justice, seule juridiction en mesure de les réprimer. L’imposture continue sous le régime canaille le nouvel usurpateur de la présidence de la République, le fantoche Emmanuel Macron.

Toute cette guerre judiciaire a tourné autour de la saisine globalement de la Haute Cour de justice par la qualification légale des faits indivisible « complot contre la sûreté de l’État ». Dès sa constitution, pour se substituer subrepticement à la Haute Cour de justice, et le début de son fonctionnement par des faux en écriture et crimes de suppression des actes de procédure pour mon élimination, je revendiquais à la justice dans les procédures bloquées à un million dollars/heure le rétablissement de la situation légale par la suppression de la Cour de Justice de la République, la reconstitution de la Haute Cour de justice. À présent, profitant du blocage des procédures, le chef d’État usurpateur Macron compte de faire supprimer la Cour de Justice de la République par le parlement pour encore court-circuiter mes constructions juridiques.

https://www.facebook.com/dietrich13peter

006 Rozès Simone Mère marquerelle.jpg

Aux magistrats de Paris soudoyés par des truands emprisonnés pour saboter à Paris l’affaire Cogedim/Bouygues, (propriétaires et prodigues arroseurs des médias et financiers campagnes électorales de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et consorts), associés dans cette affaire au comptable du gang Zemmour des trafiquants et proxénètes, le regretté président de la Chambre criminelle de la Cour de cassation Christian Le Guennec applique tout bonnement les constructions juridiques de Peter Dietrich qu’il refusait de lui faire bénéficier par des faux en écriture et crimes de suppression d’acte de procédure dans la même affaire, à répétions dans l’affaire Papon et bien d’autres encore.

MarchiAnnulation

Produits d’abord en 1999 au juge de l’exécution M. Ancel et au procureur de la République contre « le juge rouge » Jacques Bidalou, (produits et supprimés en appel à Paris et en Cassation), enregistrés ensuite en 2014 chez le président du Tribunal de Grande instance de Bobigny, toutes les dossiers édifiants sur le complot contre la sûreté de l’Etat « par des attentats à son régime constitutionnel, ses intérêts économiques essentiels et sa défense nationale », par une « coallition criminelle des fonctionnaires concertant contre les lois et contre l’exécution des lois » auraient dus être produits d’office au Conseil constitutionnel pour empêcher une nouvelle catastrophe électorale par des mafieux et sectes contrôlant l’information depuis l’affaire de l’escroquerie judiciaire en 1987 de Michel Droit de la Commission nationale de la communication et des libertés, couvert des « Bouffons de la République » tripoteurs à la Cour de cassation tous récompensés de leurs forfaitures des plus hautes distinctions de la Légion d’honneur sur mon dos.

Page 1/7

M. le Juge d’exécution Tribunal de Grande Instance, 173, av. Paul Vaillant, 93008

Juge exécution, réception

BOBIGNY. Audience du 29septembre 1999.

Intervention volontaire sur l’incompétence matérielle du juge de référé pour apprécier en civile la contestation farfelue, aux fins de publicité médiatique, de la légalité d’une mesure préfectorale contre un complot mafieux contre la sûreté de l’État relevant de la compétence des juridictions pénales saisies par l’intervenant.1

Réf: Référé de M. Guy Peynet sur l’incitation du « juge rouge » Jacques Bidalou au motif de voie de fait et l’absence du permis de construire du préfet du département murant le restaurant Piccadilly d’Aubervilliers pour la sauvegarde de l’ordre public.

Monsieur Peter DIETRICH, Adjudant honoraire, décoré de la Médaille militaire, cité, blessé, D.E.A. du Droit privé de l’Université Panthéon-Sorbonne de Paris, Certificat d’études universitaires de criminologie et sciences pénales, partie civile et prévenu, « accusé » se justifiant par la légitime défense pour soi-même et pour autrui dans d’autres procédures, demeurant au 80, rue Voltaire, 93120 LA COURNEUVE, a l’honneur d’exposer :

« Parasite, c’est une vermine, rampante, insinuante, qui se veut engraisser en vos recoins malades, meurtris », (Nietzsche.)2

La mesure de sauvegarde de l’ordre public républicaine, des droits fondamentaux contre la subversion judiciaire, avait été sans doute motivée par la volumineuse documentation présentée par moi aux juges d’instruction et au tribunal administratif de Paris. Comme déjà en 1994 devant les tribunaux correctionnels à Bourges et à Paris, je faisais la démonstration contradictoire des agissements de la subversion judiciaire du « juge rouge » Jacques Bidalou, manipulant à leur perte des associations de défense des justiciables. Sous le masque de l’ami qui veut le bien, cette taupe insidieuse du Jean-Edern club des illuminés pervers galvaudait méthodiquement des affaires pour le compte des parties adverses de ceux qu’il feignait de conseiller et d’assister. De ses victimes enragées, Bidalou créait une cour de fidèles pour…

NBP :

1L’incident connexe avait été introduit dans la procédure d’instruction pénale des juges Mmes JOLY et VICHNIESEVSKY informant sur les compromissions qualifiables complot contre la sûreté de l’État par une coalition de fonctionnaires contre l’ancien juge du Mans Jean-Pierre, l’ancien ministre Léotard et autres.

2NIETZSCHE F., « Ainsi parlait Zarathoustra », op. Cité p. 258.

3 Voir les détails dans la copie des motifs de mon pourvoi en cassation interjeté contre la décision de la Cour de justice de la République dans l’affaire du sang contaminé.

 

Page 1/2

Messieurs le Président et Conseillers de la chambre civile compétente de la Cour de

Tampon Cour Adm d'appel 13 sept 2000

cassation. Pourvoi n° S 0015356 du 18 mai 2000. Le 13 septembre 2000

 Désistement contraint du pourvoi sous l’effet des traitements dégradants, voie de fait meurtriers et violences psychologiques concertés par les pouvoirs publics de « l’État gangster. »

________________________________________

Intimés : Association de Défense des Justiciables et des Administrés, Lançon, Bidalou et autres.

 Demandeur en cassation : Monsieur Peter DIETRICH, Adjudant honoraire, décoré de la Médaille militaire, cité, blessé, D.E.A. du Droit privé de l’Université Panthéon-Sorbonne de Paris, Certificat d’études universitaires de criminologie et sciences partie civile et prévenu, « accusé » se justifiant par la légitime défense pour soi-même et pour autrui dans la présente et d’autres procédures pénales, demeurant au 80, rue Voltaire, 93120 LA COURNEUVE, a l’honneur d’exposer :

Comme cela avait été démontré et commenté dans les documents contradictoirement produits, par le commandement la Direction des Renseignements militaires, en 1975 j’ai été manœuvré en douce dans l’université de droit en me leurrant l’admission à la faculté de médecine. En situation des crimes flagrants du complot contre la sûreté de l’État, je suis transformé à mon insu en fonctionnaire de fait, suppléant la carence des pouvoirs publics noyautés, pour gérer les affaires de l’État par des actions obliques. Au solde réduit, le commandement de l’Armée me faisait faire Diên Biên Phû au quotidien en France, tandis que des crevures du tonneau du procureur général François Burgelin-la-Magouille se faisaient décorer par des « gangsters de l’État » des plus hautes distinctions de la République, encaissaient des pots-de-vin des truands avec lesquels ils festoyaient sous les regards médusés des limiers de la police judiciaire.

Avec des dossiers bétonnés accusé par le département de la Justice des États Unis, en application des articles 67/68 de la Constitution, les membres du gouvernement avaient été justiciables par la Haute Cour de justice. La qualification pénale de la constitution « complot contre la sûreté de l’État, » étendait la compétence juridictionnelle exclusive à tous leurs complices de la pègre de la filière française du trafic de drogue, devenue célèbre sous l’appellation « French connexion. » Avec les fonds secrets ainsi constitués, « les gangsters de l’État gangster » comptaient de renverser la démocratie en France pour rétablir un régime totalitaire et despotique, avec le rétablissement de l’esclavage pour le peuple, selon l’idéologie de Charles Maurras de l’Académie française. La finalité politique de l’Ordre secret des Illuminés (pervers) est résumée par Voltaire « Pour le peuple imbécile, du foin et le bâton. »

Malgré plusieurs tentatives d’assassinats, d’une arrestation illégale suivie de tortures lors de la séquestration, j’ai réussi de saisir l’ONU des affaires de la filière française du trafic de la drogue, et par là, d’envoyer la balle au département de la justice des États-Unis…

Détails notamment sur les page 2 et 4 des blogs dietrich13.me.

26 juillet 2017. À Madame Chantal Arens, Première Président de la Cour d’appel de Paris et Madame Catherine Champrenault, Procureur général de la Cour d’appel de Paris.

Lorsque le 13 octobre 2016, j’ai signalé au Président du Tribunal de Grande instance le refus constant depuis novembre 2014 de l’huissier de justice M. Frank Semeniuk, Syndic de la Chambre départemental des huissiers de justice, à l’à la partie défenderesse la saisine en référé-provision, pour lui demander de statuer d’office par une simple ordonnance sur requête, il aurait dû prendre dans un délai d’un à trois jours une décision motivée ou de recevabilité ou d’irrecevabilité à laquelle j’aurai exercé un recours en appel à Paris.

Le président aux abois a fait prendre cette décision par sa greffière insolente le 24 juillet 2017, m’éconduisant en refusant d’enregistrer un acte dans lequel je faisais état au Premier Président de la Cour de cassation, et Président du Conseil supérieur de la magistrature M. Bertrand Louvel la remise des hautes décorations de la Légion d’honneur aux magistrats prévaricateurs qui ont procédés aux obstructions et aux sabotages criminelles de la justice à mon détriment dans des affaires relatives au complot contre la sûreté de l’État et crimes contre l’humanité, ont incités aux assassinats de rétorsions, à mes tortures, traitements dégradants et empoisonnements pour faire voler par la violation de mon domicile par le substitut du procureur de la République de Bobigny soutenu par des policiers, des preuves chargeant maître Nicolas Sarkozy et ses clients d’avocat, inactiver mes actions en justice.

C’est que, informé par la requête avec mes actes régulièrement enregistrés au greffe depuis 2014, les magistrats de Bobigny, l’huissier de justice M. Frank Sezenik et l’avocat Me Montasser Charny, (qui habitait encore l’appartement au-dessus du mienne où, en situation de détresse judiciaire, je fus harcelle), cette coalition concertant contre la loi et contre l’exécution des lois, s’est rendu-compte des avantages personnelles qu’ils peuvent en tirer par le régime des « gangsters d’État » dénués de tout scrupules.

Il convient donc de vérifier qu’elles ont été les récompenses honorifiques de ces magistrats et officiers ministériels tirés des forfaitures criminelles, qui des comploteurs contre la sûreté de l’État au gouvernement du Président de la République Nicolas Sarkozy les leur a fait décerner…

Procureur général Paris, l'échiquer du diable.

Elïna Garanča 13 Reine blanche sur l'Echiquier des béligérants de l'ombre.

 

 

Commentaires fermés sur

%d blogueurs aiment cette page :