Légitime défense politique.

Elïna Garanča excelle en virtuose accomplie dans les Lieder de Brahms et Schumann.

Posted in Magouille by Dietrich13 on 20 septembre 2020

Elïna Garanča excelle en virtuose accomplie dans les Lieder de Brahms et Schumann.

Comment résister encore à l’émerveillement de l’épanchement du souffle de grâce divine du registre d’amour poignant de la sublime voix de l’incomparable diva Elïna Garanča ? Comment ne pas succomber avec admiration aux tonalités de ses douces brises mélodieuses, à ses ravissantes lignes mélodiques qu’elle fait vibrer de subtiles variations par son ravissant timbre velouté de la plus prodigieuse mezzo-soprano ?

Par l’incomparable grâce qu’elle possède, son délectable raffinement vocal, sa voix polie qui remue l’âme, ses démonstratifs mimétiques gestuels en harmonie d’un charme fascinant, en virtuose, la divine Elïna Garanča parvient à porter l’art de la dramatique musicale à l’extrême de la perfection, à des véritables féeries musicales qui éblouissent son public. Peter, son « Cavalier de Prose » amoureux.

Le concours international de chant Miriam Hein en Finlande 1999, c’est de Elïna Garanča « la grande messe de divinisation » en cantatrice d’envergure internationale. Au jury des grands professionnels chevronnés du chant et de la musique, doués d’une ouïe de finesse extraordinaire, du plus raffinée qu’on puisse trouver, pas la moindre dissonance, pas le moindre contretemps ou d’hésitation d’expression, pas la moindre arythmie ne leur échappe. Sans effets spéciaux de sonorisation, dans ce récital de chant accompagné de piano des ambitieuses cantatrices du monde entier en concours, seule la qualité de vocalisation lyrique et de la virtuosité est magistralement appréciée. S’y présentant en tenue presque monacale, pour remporter le premier prix tant convoité, Elïna fit jouer avec une grande maîtrise ses brillantes qualités de modulation vocale par le seul jeu des sonorités expirées de sa gorge dans les cavités de résonance buccales et nasales, modulant avec le sublime jeu des muscles faciaux, de sa langue et de ses lèvres des plus fines sonorités expressives du lyrisme, toutes les subtiles nuances et colorations d’émotion du timbre de la voix douce et d’une caressante féminité qu’exige ce Lied du plus important compositeur du romantisme allemand Johannes Brahms « Von ewiger Liebe »  (De l’amour éternel).

Peter, son « Cavalier de Prose » enchanté.

Commentaires fermés sur Elïna Garanča excelle en virtuose accomplie dans les Lieder de Brahms et Schumann.

%d blogueurs aiment cette page :