Légitime défense politique.

Mes mots

Posted in Magouille by Dietrich13 on 7 août 2018

via

Blog page 4. La définition légale en France de la collaboration criminelle avec le régime nazi d’Adolf Hitler, avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale, est « intelligence avec l’ennemi aux crimes contre l’humanité ». Compte-tenu de la doctrine nietzschéenne exposée, la poursuite pénale pour « complicité » des crimes contre l’humanité est en France une falsification légale dans des escroqueries judiciaires. Le terme légale « INTELLIGENCE » en parfait connaissance de cause, imposait la poursuite sous la qualification pénale « crime contre l’humanité » toute courte. Cette qualification exacte aurait permis d’atteindre du maréchal Pétain de tous les militaires, fonctionnaires, industriels, financiers tels que les Giscard, et aux Etats Unis la coterie des spéculateurs des Kennedy.

Pas un procureur, pas un juge n’a osé de vérifier combien d’actions ont été détenues par ces illustres personnalités dans les sociétés multinationales aux sièges sociaux situés aux Etats-Unis qui ont à partir 1933 montés en Allemagne par leurs succursales l’industrie d’armement, engrangés d’énormes bénéfices par le double jeu, se sont fait indemniser par le contribuable de la destruction de leurs usines par l’US Air Force. A-t-on vérifié combien d’actions ont été détenues par le clan Kennedy dans la société IG Farben (Hoechst AG) qui s’est enrichie par leurs usines et laboratoires d’expérimentations dans les Camps d’extermination, notamment à Auschwitz. http://dietrich13.com

——————————-

05/08/2018. Irrecevabilité de la constitution de partie civile organisée par la provocation criminelle, nullité de la procédure en raison des fraudes multiples.

Monsieur le Juge d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Paris. 4, Boulevard du Palais.  75055 PARIS Cedex 01.

Référence : Ma plainte avec constitution de partie civile du 26/07/2018 contre la mise en scène frauduleuse des poursuites de Alexandre Benalla, conseiller du Président de la République Emanuel Marcon.

De M. Peter DIETRICH. Diplôme des Études approfondies de Droit privé de l’Université Sorbonne-Panthéon de Paris. Certificat des Études universitaires des Sciences pénales et de Criminologie. Adjudant honoraire du Service de Santé des Armées. I.D.E. Médaille militaire, Croix de Valeur militaire, Croix de combattant. Demeurant au 80 rue Voltaire, 93120 La Courneuve.

Dénonciation publiée sur http://dietrich13.com, et, https://www.facebook.com/dietrich13peter. (Attend pour le déblocage l’envoi par le président de la République Emmanuel Macron à mon domicile mon divine associée Elina Garanča).

Lorsque je me suis constitutive partie civile, les juges d’instructions avaient eu l’obligation de vérifier mes griefs d’une importance primordiales, publiés sur mes blogs. Les juges d’instruction auraient y pu révéler l’annulation de complaisance des poursuites pénales bien fondées d’un de ces avocats mafieux, ‑ un de mes plagiat de mes parties adverses ‑, au motif que l’irréprochable juge d’instruction n’aurait pas informé « à charge et à décharge ». Actuellement, par mes plaintes, les juges d’instruction sont absolument placés dans la situation identique. Ils auraient pu constater en me lisant comme de droit que d’autres moyens imposent la nullité de leurs procédures entachées de fraude, et que leurs manquements sont qualifiables « complot contre la sûreté de l’État par des attentats à son régime constitutionnel de la démocratie égalitaire »

« Rien de ce qui touche à la politique ne relève du hasard ! Soyons sûrs que tout ce qui se passe en politique a été bel et bien programmé ! » Roosevelt.

Avec mes exposés produits à Genève et à New York au Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme, je devenais de plus en plus dangereux pour les organisations subversives visant d’abolir la république. Mes plaintes académiquement motivées ont conduit à ce que la justice aux Etats-Unis a fait recracher aux banques les milliards et milliards escroqués par les titres de spéculation Subprime et Hedge-fonds. Mais j’ignore si a été mis à l’amende aux Etats Unis la prospère multinationale des gangsters Bouygues. Bouygues, ce grand corrupteur des hommes politiques, miraculé par les cours de justice à Paris, Créteil, Lyon et Grenoble des poursuites de la Haute Cour de Justice par les crimes suppression de mes actes de procédures. Crimes, qui avec ses compromissions aux Etats-Unis, ont produit en France une catastrophe financière, la braderie aux escrocs de haute volée les dépôts d’or de la Banque de France.

« Derrière le gouvernement visible siège un gouvernement invisible qui ne doit par fidélité au peuple et ne reconnaît aucune responsabilité. Anéantir ce gouvernement invisible, détruire le lien impie qui relie les affaires corrompes avec la politique, elle-même corrompue, tel est le devoir de l’homme de l’État ». (Dieter Rüggeberg: Geheimpolitik – Der Fahrplan zur Weltherrschaft. Rüggerberg-Verlag, Wuppertal, Allemagne).

Voilà la situation dans laquelle a été placé le Président de la République Emanuel Marcon. Il a été élu, moi soutenu par l’aura féminine d’une imposante star internationale, la merveilleuse cantatrice Elina Garança, par mon torpillage systématique sur le Web de la propagande de subversion calomnieuse et de l’intox et désinformation criminelle. (Voir la documentation édifiante présenté au référé-provision au TGI de Bobigny). Pour m’anéantir définitivement, il fallait au Pouvoir réel passer à la présidence de la République l’extrême droit avec leur médiatique star, l’avocat félon Gilbert Collard, passionnément motivé. Tout a été organisé à longue haleine à cet effet, y compris l’attentat du vendredi 13 novembre 2015 et la tentative du massacre d’Elina Garanča avec toute sa compagnie d’artistes à l’opéra nationale de Paris au début de l’année 2016.

Avec mon merveilleuse associée Elïna Garanča, j’ai réussi d’empêcher la catastrophe politique par la manipulation électorale avec des calomnies et injures dans la campagne électorale. Il est facilement vérifiable sur Web que Macron nous doit son élection à la présidence de la République. Vu l’enjeu international, j’ai prédit à Macron qu’il ne fera pas des vieux os à la présidence de la république. Comme mes analyses sont très écoutés dans le monde entier, il en a dû prendre des mesures « inofficiels » qui sont aujourd’hui attaquées en justice par un coup monté. Pour conserver les preuves des compromissions les plus étendus dans ce complot contre la sûreté de l’État, Twitter a bloqué mon compte : https://twitter.com/dietrichpeter13.

Et ce qui qu’on vient de monter au conseiller du président de la République Alexandre Benalla, les conjurés ont essayé de monter de si nombreuses fois contre moi que j’en pourrais écrire tout un livre. Encadrés, des minables prêts à se faire casser la gueule pour quelques clopes ou canettes de bière cherchaient constamment à m’entraîner dans des bagarres ou rixes dans sur la voie publique sous vidéo-surveillance lorsque je sortais pour acheter ma pitance, même dans le supermarché SuperU. Comme ces pleutres prétentieux connaissaient mon entrainement quotidien aux meurtrier clos combat militaire, jamais un de ces héros en manque d’un clip médiatique a osé de passer à l’agression physique pour me faire sortir de la réserve, se sont limités à des injurieuses agressions psychologiques sur la voie publique pour me faire éliminer par des psychiatres qui m’attendaient avec passion.

(Nicolas Sarkozy aux abois avec ses escrocs de haute volée a fait rentrer en vigueur à la date symbolique du 1 août 2011 la loi des internements et « soins » psychiatriques forcés, autorisant mon arrestation à n’importe qu’heure du jour ou de la nuit pour me faire lobotomiser. C’était la manière du Président de la République, l’avocat de la Mafia Nicolas Sarkozy de ses acolytes, de mémoriser par cette loi scélérate la fête nationale suisse, de son franc-tireur « Guillaume Tell ». Tant que cette loi reste en vigueur, je suis placé dans l’impossibilité de me manifester utilement en justice).

C’est exactement dans le piège de ces procédés de fripouille est tombée le garde de corps du président de la République Alexandre Benalla. Dans un scénario méticuleusement organisé dans les arrière-fonds des sociétés secrets de sectes des spécialistes de la subversion criminelle, ces cabotins manœuvrés ont provoqué eux-mêmes leur tabassage devant des caméra vidéo. Une ficelle pour faire dérouler toute cette mise en scène destinées d’offrir aux politiques en crise de manque durant les vacances une tribune médiatique de leur bobards et craques. C’est ainsi ils épatent depuis des décennies les gogos électeurs laissés dans l’ignorance des tenants et aboutissants cette historique bataille judiciaire d’une guerre psychologique mondiale devant l’ONU.

Par voie de conséquence et imposant immédiatement le huis clos dans l’intérêt de la sécurité publique et celle des particuliers :

1° Ces personnes simulateurs constituées partie civile, ne sont pas des victimes, mais des provocateurs coupables, agresseurs moraux instrumentalisés par des procédés criminels des conspirations hors-la-loi. La victime, c’est Alexandre Benalla, avec lui le Président de la République Emanuel Marcon…, moi le juriste ferré sur la question : la France toute entière.

2° « La fraude vicie tout », est le principe général du droit fondamental rendant nulle de telles montages médiatiques à l’aide des escroqueries judiciaires, « des mises en scènes avec des pantins par des artifices coupables, détaillés avec la plus grande précision aux juridictions nationales et internationales, publiés sur mes blogs http://dietrich13.com.

Ci-joint mon exigence motivée du huis-clos, no de transmission par e-mail 028.

Mes mots

Magendie Réréré TGI Pariis Papon Bousquet

Commentaires fermés sur Mes mots

%d blogueurs aiment cette page :