Légitime défense politique.

Plainte avec constitution de partie civile pour crimes contre l’humanité dans le cadre du complot contre la sûreté de l’État de la France :

Posted in Magouille by Dietrich13 on 26 novembre 2018

26/11/2018. À Monsieur le Doyen des Juges d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Plainte avec constitution de partie civile pour crimes contre l’humanité dans le cadre du complot contre la sûreté de l’État de la France :

Avec des forfaitures de partialité, des escroqueries judiciaires, des faux et usages des faux en écritures, arrestation illégale, séquestration, tortures, empoisonnements et traitements dégradantes aboutissant à des assassinats en série jusqu’au Chili et aux exterminations raciales au Rwanda, en préparation de la Troisième Guerre mondiale prophétisée.

De M. Peter DIETRICH. Diplôme des Études approfondies de Droit privé de l’Université Sorbonne-Panthéon de Paris. Certificat des Études universitaires des Sciences pénales et de Criminologie. Adjudant honoraire du Service de Santé des Armées. I.D.E. Médaille militaire, Croix de Valeur militaire, Croix de combattant. Demeurant au 80 rue Voltaire, 93120 La Courneuve.

 « Accusé » dans d’autres procédures des crimes justifiés de la légitime défense pour soi-même et pour autrui, « accusé se défendant lui-même » devant toutes les juridictions en « toute égalité » avec les autres parties, même avec le ministère public remis au parquet, « accusé » dispensé du versement d’une caution pour que sa « cause soit entendu dans des délais raisonnables », selon les dispositions du Pacte international relatif aux droit civils et politiques de l’ONU, ratifié en 1981 par le président de la République François Mitterrand pour rendre possible la saisine de la Haute Cour de Justice du complot contre la sûreté de l’État, complot exposé depuis là par moi aux juridictions nationales et internationales avec des déclinatoires de compétence avisés.

Dénonciation publiée sur http://dietrich13.com, et, https://www.facebook.com/dietrich13peter.

Contre « entre autres » :

­- Le nobliau Olivier Guichard, collaborait avec son baron de père Louis Guichard, en capitaine de corvette officier coordonnateur à Londres de l’opération combinée « Seelöwe » (Lion de Mer) de la Kriegsmarine allemande et de la Marine française pour remettre au trône en 1940 le roi traître d’Angleterre Éduard VIII, Duc de Windsor. Lorsque l’opération a échoué, son père est rentré en France pour assumer avec son fils la coordination des opérations intérieurs du gouvernement de Vichy avec le haut commandement Allemand. Le jeune Olivier Guichard a le profil des jeunes étudiants énergumènes se posant aujourd’hui encore en surhommes de l’Action française ou du Groupe Universitaire de Combat pour terroriser les autres étudiants ne partageant pas leurs obsessions extrémistes de l’abolition de la démocratie et de la république. À l’approche de la défaite de l’armée allemand, le père Louis Guichard a mis son nobliau de fiston à l’abri du lynchage dans une péniche naviguant sur le Rhin. La peine qu’a infligé à son père  la Haute Cour de Justice 1944/45, à cet authentique criminel contre l’humanité, a été insignifiante, car ces juridictions spéciales ont été inféodés par les traitres alliés à leur micro-général Charles De Gaulle, compagnon à Londres avec les autres traitres, tels que père et fils Guichard.

Oublié de la Haute Cour de justice, le jeune traitre Olivier Guichard rentre dans le gouvernement gaulliste en ministre d’État de Justice en 1967-1977.

Encensé par le Rotary-club, Olivier en tant que député-maire de la commune La Baule, s’est compromis en 1994 dans un détournement important des fonds publics sous la protection d’un « État gangster » totalement inféodé du Rotary-club.[1] Avec un déclinatoire de compétence, je suis intervenu dans la procédure chez juge d’instruction Gwenola (non Eva) Joly. J’ai abandonné l’espoir de recevoir une réponse ainsi que des nouvelles de l’affaire relevait en fait de la compétence de la Haute Cour de justice 1958.

Puis on retrouve en 1998 d’aplomb l’escroc de haute volée Oliver Guichard du Rotary club comme témoin à charge des criminels contre l’humanité devant le cours d’assise de Bordeaux. Déjà les juges d’instruction ont été incompétemment saisie pour poursuive Maurice Papon en insignifiant fonctionnaire de complicité des crimes contre l’humanité, sans tenir compte du terme légal « intelligence avec l’ennemi », m’évinçant en partie civile intervenant avec ma science congru par des escroqueries judiciaire de faux en écriture, arrestation illégale, torture, empoisonnements, traitements dégradants par des crimes des voies de fait à répétition durant presque quarante ans.  Le ministre de Justice Robert Badinter a cherché à donner à cette imposture judiciaire un éclat historique par le vidéo-enregistrement. Et voilà toute une bande des traitres de la France passés subrepticement pour la postérité en parangon de la vertu politique, tandis que le plus pernicieuse criminels contre l’humanité, tels que le holding IG Farben, en Hoechst AG, en finançant des hommes politiques et cette excellant Association professionnelle des Magistrats (nazis), par le crime de suppression de mes actes de procédures, laissant absorber devant ma porte l’industrie pharmaceutique française, mettent les ouvriers sur la paille par le principal criminelle contre l’humanité (E.R. Carmin cité), proposant de mettre à la four crématoire le substitut du procureur de la République de Toulon, le juif Albert Levy, dénonçant ces crimes de suppression des actes de procédures dans l’affaire truquée sur l’assassinat de la député Yann Piat ; affaire nulle car soustraite de la compétence exclusive de la Haute Cour de justice par mon élimination par Badinter, et mon remplacement par l’avocat félon Jacques Verges qu’on retrouve avec les même artifices médiatiques dans l’affaire Barbi à Lyon.

– M. Rober Badinter, avocat, professeur en droit de l’université Panthéon-Sorbonne de Paris, ancien ministre de justice trahissant le président de la République François Mitterrand. D’abord, en ministre organisait de haute main mon arrestation illégale à Castres avec ma documentation et ma science congrue pour que je fournissent, séquestré dans la forteresse psychiatrique de haute sécurité de Cadillac, sous la vigilance d’un maître de conférence de l’École nationale de la Magistrature de Bordeaux, à la magistrature prévaricatrice les moyens judiciaire pour prolonger la procédure des poursuite contre Maurice Papon durant presque quarante ans, épargnant ainsi de mes accusation pertinentes de « intelligence avec l’ennemi » dans crimes contre  l’humanité, notamment l’ancien premier ministre et compagnon à Londres du micro-général Charles De Gaule, son Premier ministre et maire de Bordeaux M. Jacques Chaban Delmas du Rotary club. A été le premier acte fatal, la modification des lois de l’accès à la profession d’avocat me verrouillant l’entrée au barreau, de l’avocat et professeur en droit Robert Badinter nommé ministre de la Justice. (Sa prétentieuse bobonne, professeur universitaire ès philosophie, flattait les faveurs de l’Académie française compromise jusqu’au cou dans le complot contre la sûreté de l’État déjà dans la Troisième République).

­­- M. François Duguet initié, avec ses accointances avec l’extrême droite, juge d’instruction « hors-la-loi » nommé à Castres pour faire procéder, sous la haute direction du traitreux ministre de la justice Robert Badinter, à mon arrestation illégale avec ma documentation édifiante par des crimes de suppression d’actes de procédures démontrant son « excès des pouvoirs » par la violation de la compétence légale de la Haute Cour de Justice.

– M. William Bourdon, avocat félon de Paris compagnon du « juge rouge » Jacques Bidalou avec lui officiant au sabotage judicaire à partir du Restaurant Le Piccadilly à Aubervilliers 93, subtilisant par la ruse mes dossiers à Bourges dans l’Association des Défense des Victimes des Notaires. Avec ma neutralisation judiciaire et la récupération de la « Confédération nationale des associations de défense des victimes » crée par moi en 1980 à Toulouse, maître félon Bourdon a réussi ainsi d’amadouer l’association des victimes du général Augusto Pinochet du Rotary club. Cette escroquerie judiciaire complexe nous remmène au « Right-club », conjurés aristocratiques de la Haute trahison de l’ex-roi d’Angleterre. Il est quasiment certain que, ‑ au moins leur progéniture et alliés ‑, les membres de cette conspiration officiait dans la Chambre des Lords d’Angleterre pour annuler complaisamment par des faux en écriture par omission la décision d’extradition du général Pinochet en France. La félonie de l’avocat William Bourdon nous ramène au détournement des fonds destinés au soutiens de l’ancien président du Chili Salvador Allende, renversé et emprisonné par Pinochet, par l’écrivain et journaliste ordurier Jean-Erdern Hallier, « capitaine » des actions subversives du « juge rouge » Jacques Bidalou et de son avocat félon Jacques Verges. Hallier, combinait en Amérique central, dans des hôtels de luxe, avec les avocats du général Pinochet le détournement de ces fonds.

***

« La guerre n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens », (et vice versa avec l’éternel recommencement de l’histoire), écrit le remarquable théoricien militaire allemand, le général Karl von Clausewitz (1780 1831), analysant la fatale évolution du sacrée du Napoléon I dans son œuvre « De la Guerre ». Ainsi, l’évolution du nazisme vers la Deuxième Guerre mondiale et vers la Troisième prophétisée, ne peut être compris sans analyse de l’idéologie et la doctrine nazie apparenté au crédo l’intégrisme catholique né de la sacralisation du roi franque Clovis I, ses descendants en « homme dieu », avec la bénédiction du peuple allemand, race supérieure des combattants de foi, le « glaive et feu de l’Église », « pour détruire de ce qui a été de noble sur Terre » (Nietzche).

Le drame est que cette idéologie de la philosophie politique et doctrine historique n’est enseignée aux seules intuitées, et caché aux autres par l’Éducation nationale enseignant aux « hommes masses » les balivernes d’une histoire falsifiée. Toutes les procédures judiciaires relatives aux crimes contre l’humanité et crimes de guerre par la Deuxième Guerre mondiale sont viciées par la fraude de l’escamotage de « l’enquête sociale et morale obligatoire » en matière des procédures criminelles, car ces révélations auraient rendu responsables sans équivoque les personnalités les plus illustres de la politique, de l’aristocratie, de la haute finance, du clergé… Et escamotage judiciaire rende nulle toutes les procédures en raison des vices substantielles visant de fourvoyer par la tromperie l’opinion les électeurs.

Les principaux œuvres documentaires édifiants, références présentées, commentées et escamotées depuis des décennies par les juridictions nationales et internationales sont :

1° JOHN COSTELLO. LES DIX JOURS QUI ONT SAUVÉ L’OCCIDENT. Édition Olivier Orban 1990. L’auteur fait découvrir des faits essentiels qui ont fait échouer la Deuxième Guerre mondiale.

– L’alliance du nazisme internationale, avec l’inénarrable Wallis Warefield, passé en Simpson, agent secrète de la Navy US, formée dans des bordels luxe d’Hongkong et Kaïre  à la séduction dolosive par des artifices raffinées l’ex-roi Éduard VIII en 1929. Ainsi la franc-maçonnerie secrète au Vatican, avec des spéculateurs de la haute finance comme Joseph Kennedy et Edmond Giscard d’Estaing, comptait de faire de l’Angleterre la base de départ pour la conquête du monde avec le rétablissement sur le trône le roi déchu Éduard VIII avec l’aide de la marine française dans l’opération combinée avec la Kriegsmarine « Seelöwe ». Par le bombardement du port de guerre à Mers-el-Kébir, Wilson Churchill a fait échouer cette opération dissimulée par l’histoire enjolivée par l’Académie française.

– Pour gagner la guerre, l’Allemagne comptait sur la réalisation de la bombe atomique à l’hydrogène par son physicien de renommé Werner Heisenberg, découvreur de la fission nucléaire. Le seul producteur de l’eau lourde a été la Norvège. Wilson Churchill a fait détruire l’installation par un commando. Ensuit il a fait couler par un sous-marin le ferryboat chargé d’une citerne de l’eau lourde. Mais la Norvège avait livré à l’institut Joliot-Curry à Paris une quantité important de l’eau lourde. Alors que le président du conseil des ministres Paul Reymond avait liquidé doucettement sa fortune pour se tirer avec sa noble maitresse arienne dans sa voiture chargée de lingot d’or pour rejoindre par Bordeaux son fidèle colonel Charles De Gaule en détachements précurseur, il fallait qu’un assistant de l’institut Joliot-Curry organisait clandestinement, à ses propres risques et périls, l’évacuation vers l’Angleterre de l’eau lourd. Convoqué par Hitler, le physicien Heisenberg l’informait que l’industrie allemand n’est désormais plus en mesure de produire une bombe nucléaire.

 – Pour avoir encore une mince chance de gagner la Deuxième Guerre mondiale, il fallait absolument éviter l’ouverture d’une deuxième font avec l’Union soviétique. Pour obtenir un cessez-feu avec l’Angleterre, Hitler envoyait son adjoint Rodolf Hess avec un chasseur Messerschmitt pour négocier avec les conjurés du traitreux l’Ex-roi Éduard VIII, dans la haute hiérarchie militaire. Le commandant de la défense aérien lui avait aménagé sur sa propriété privée un terrain d’atterrissage. Mais Hess s’est égaré. Les réservoirs vide de son avion, il ne restait plus de sauter en parachute. Il s’est fait prendre et démasqué par des non-invités avec comme laisser-passer la moitié d’une lettre manuscrite de l’ex-roi Éduard VIII à son ami Hitler et avec dans son bagage des drogues hallucinogènes, cadeaux de Daley-Lama au roi addict. Pour les initiés, la Deuxième Guerre mondiale a été perdu, ils préparaient déjà la Troisième avec le micro-général Charles de Gaule, la Deuxième pas encore terminée. Bien que parfaitement identifiés par la documentation nominative trouvée dans un de leurs avocats décédé, pas un des nobles seigneurs du fameux « Right club » a été poursuivie pour haute trahison de leur armée dans le but de l’accomplissement des crimes contre l’humanité par l’extermination des peuplades entiers, dont la leur, alors que la justice en poursuivit des jeunes soldats fanatisés, fourvoyés dans l’SS par la propagande intensive financée par les Etats-Unis, comme par exemple dans le massacre l’Oradour sur Glane.

2° E.R. CARMIN. DAS SCHWARZE REICH, TEMPELORDEN, TULE-GESELLSCHAFT-DAS DRITTE REICH-CIA. Éditions Nicol Verlag 2006. C’est l’ouvrage la mieux documenté avec quelques erreurs mineurs. Le symptôme délirant de Hitler ne réalise pas « un combat des dieux » selon l’interprétation nazie, mais les symptômes typiques du délirium tremens contracté par l’usage des drogues hallucinogènes dont l’ex-roi Éduard VIII, Duc de Windsor, a été aussi un adepte. Pour cet auteur démontre que la Deuxième Guerre Mondiale n’aurait pas pu se produire dans l’intervention du puissant holding international IG Farben, l’actuelle Hoechst AG, et dont les usines ont ensuite été implantées dans les camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz. Qui donc ont été les actionnaires majoritaires ? Mystère ! E.R. Carmin ignorait alors la haute trahison de l’armée franco-britannique et l’importance fondamentale du chiffre magique 12 dans la mystique messianique de l’astrologique de la science occulte nazie et catholique intégriste et qui a été fatal au pape Pie XI.

2° DAVID TALBOT. THE DEVIL’S CHESSBOARD, ALLEN DUELLES, THE CIA, THE RISE OF AMARICA’S SECRET GOUVERNEMENT. Éditions Williams Collins 2016. L’auteur confirme et amplifie l’ouvrage précédent sans connaître le tenants et aboutissants historiques et mystiques de la haute trahison de l’armée franco-britannique et la signification du chiffre magique 12 aussi pour le clan des Kennedy en raison de l’assassinat du premier fils de Joseph Kennedy le 12 août 1944 pour empêcher le sensationnalisme historique spectaculaire destiné à le conduire à la présidence des États-Unis pour engager la Troisième Guerre mondiale prophétisée.

MARIN ALLEN. LE ROI QUI A TRAHIE.  Traduit de l’anglais. Édition Plon 2000. L’historien anglais semble d’ignorer que la haute trahison d’armé franco-britannique a été révélée par le célèbre romancier I. Fleming, Officier durant la Deuxième Guerre mondiale des services secrets de la marine britannique. Pour ménager les monarques, cet officier assermenté a placé son manuscrit secret pour cent ans dans le coffre d’une banque britannique. Faisant faillite, le manuscrit est tombé dans les mains de ses hérités de nationalité US qui ont fait publier des extraits seulement dans des romans documentaires. La publication de ces œuvres avait pour conséquence l’assassinat à la prison de Spandau en Allemagne du sosie de l’adjoint de Hitler Rudolf Hess présenté au tribunal international de Nuremberg, et reconnue en faux par Hermann Goering. Mes exposés à l’ONU, avec la publication dans mes blogs, en proposant une analyse génétique pour établir la vérité historique, produisaient le déterrement de son cadavre, l’incinération et l’épandage des cendres dans un lieu inconnu.

***

Les Nazis, aujourd’hui encore en France, ‑ dont deux ministres dans les gouvernements gaullistes ‑, se targuent haute et fort de la philosophie doctrinaire et idéologique de Frédérique Nietzsche sur les vertus du « surhomme », de l’anoblissante formation psychologiques des SS, sans qu’un magistrat instructeur ou historien se serait livrée à une analyse pourtant obligatoire dans ces procédures judiciaires, laissant délirer devant les médias le nostalgique député européen Jean-Marie Le Pen et ses partisans de l’extrême-droite. La base de cette idéologique nazie est l’œuvre travestie de Nietzsche « Ainsi parlait Zarathoustra ». Une philosophie cynique qui caricature les procédés par une secte hérétique du christianisme qui par la sacré du roi franc d’outre-Rhin Clovis (~496) a réussi détruire l’Empire romain au sommet de sa puissance culture et militaire avec des hordes barbares cannibales sacralisés.

 À l’époque, la Gallo-Romanie christianisée, s’est trouvé, selon Nietzche, dans une période préscientifique, même atomiste. Le peuple chrétien cultivé, sachant calculer le diamètre et la circonférence de la terre ronde et lisaient la Bible, se refusaient d’admettre ces fantasmagories dogmatiques au plus haut point délirantes des paranoïaques catholiques hallucinés, absolument contraires aux textes sacrés et à l’Ancien et Nouveau Testament et aux acquis scientifiques de l’époque. Avec la redécouvert des écritures anciennes détruits chez les Arabes, et par le découvert du caveau de la famille Christ à Jérusalem, il est incontestablement prouvé que la mère Maria de Jésus Christ n’a été nullement une vierge fécondée par le Saint Esprit, accouchait à la façon tout à fait naturelle plusieurs enfants conçus de son marie Joseph. Jésus Christ lui-même a été marié à Magdalena comme en témoignaient les écritures saintes, a donné naissance à au moins d’un garçon.

Frappé de la peine infamante, Jésus a été crucifié par les Romains, comme d’autres « Messies » à son époque. Le corps des crucifiés, sous garde militaire, ont été laissé dévorer par les rapaces, les restes jetés aux chiens. Il est absolument impossible que Jésus ait eu une sépulture de laquelle ses dépouilles mortelles aient pu joindre de la Terre plate comme un pizza et s’intégrer juste au-dessus dans le Ciel dans le corps de Dieu barbu, en créer la Sainte Trinité contestée par les chrétiens primitifs exterminés de la Gallo-Romanie par les bénis barbares teutons. Par le dogme de la Saint Trinité, l’Église diabolisait les Juifs en assassins du Dieu Jésus. Au peuple biblique élu de Dieu du juif Jésus, le clergé substituait la belle race du peuple germanique, (Nietzche), interdisait sous peine de  mort la lecture de la Bible aux communs des mortels.

 L’Église, le Pape même, se sont conscient que dès qu’ils ouvrent la bouche qu’ils mentent comme des arracheurs des dents et trompent « les pauvres d’esprit » avec leur momerie, et, dès qu’ils la ferment, ils ont menti et trompé en promettant « aux pauvres d’esprit » la première place au Paradis. Les prélats préfèrent de loin de continuer à imposer leur dogme crétinisant en remettant l’apocalypse de Clovis de ~496 pour taire la vérité par la Troisième Guerre mondiale avec les barbares nazis toujours adorateurs du dieu de guerre Wotan. En 1945, le Pape PIE XII, personnellement, a fait exfiltrer, déguisé en cardinal Martin Bormann, l’adjoint et l’exécuteur testamentaire de Hitler. (Carmin cité). Aux saints hommes de Dieu est absolument impossible de revenir en arrière sans susciter une haine risquant de les anéantir par la vulgarisation de la philosophie de Nietzsche, l’idéologie nazie proclamée par la bouche de Zarathoustra ; une idéologie délirante adoptée avant la Première Guerre mondiale, et présenté depuis des décennies à l’ONU et publiée sur mes blogs sans me heurter à la moindre contestation judiciaire.

« ‘L’homme ne peut devenir meilleur et plus méchant’, voilà ce que j’enseigne, moi. Au plus grand bien du surhomme le plus grand mal est nécessaire… […] Le criminel est la splendeur du genre humain ».

« Par le séisme sont révélées des sources neuves. Du séisme des vieux peuples surgissent des sources neuves. […] O mes frères ! Pour tout avenir humain où est donc le plus grand péril ? N’es ce pas chez les gens de bien et chez les justes ? […] Et quelques dommages que fassent les méchants, le dommage que font les gens du bien est le plus dommageable des dommages. […] Leur bonne conscience tient captif leur esprit. D’une insondable prudence est la sottise des gens du bien. […]Devenez dur ! […] O mes hommes supérieurs, avec vous je veux parler à l’allemand et sans ambages : ce n’est vous que j’attendais dans la montagne. (Caricature de l’évêque hérétique de Reims « Remi » qui a fait appel à lui pour exterminer les chrétiens primitifs en 496 ?). […] Mais qui m’appartient ne peut avoir des os robustes et également des pieds légers ‑ être d’attaque pour guerroyer et festoyer… […] Dieu est une pensée qui rend tordu tout ce qui est droit et fait tourner tout ce qui debout se tient. […] les lois de Terre ne présentent aucune valeur : Massacrez et torturez, n’épargnez point. […] Aimez la paix comme moyen pour des nouvelles guerres […] la guerre et le courage ont plus fait de grandes choses que l’amour du prochain. […] J’aime les vaillants, mais il ne suffit d’être sabreur, – il faut savoir aussi qui sabrer ! […]Brisez, me brisez donc le gens du bien et les justes. […] Rébellion ­‑ c’est la distinction des esclaves. Que votre distinction soit d’obéir ! Que votre commandement lui-même soit obéissance ».

Nietzsche conclut son cynisme philosophique anticlérical : avec le courage et le sang allemand, l’Église a détruit tout ce qui a été de noble sur Terre.

La politique internationale du nazisme n’est cependant que la vitrine de la secte Tule de l’arianisme renouant avec le paganisme germanique du culte du dieu de la guerre Wotan, du mysticisme religieux des surhommes d’origine extra-terrestres installés sur le continent engloutie Atlantis. Sa civilisation auraient apporté à l’humanité toutes les lumières des sciences. Selon la mystique nazie, la sous-humanité terrienne ne serait que le déchet du métissage par l’accouplement lubrique des surhommes avec des animaux. Les prophètes de la secte « Tule » prédisaient trois guerres mondiales nécessaires à la  purification de la race arienne par conflagration apocalyptique de la guerre totale, finalisant la domination arienne de la Terre débarrassé de tous les sous-hommes par l’extermination.

« Nous vivons en communauté avec la mort et devons apprendre à nous servir d’elle de la meilleure manière possible. Pour le bien de la rase allemande et son expansion, il faut aspirer à une Europe vide, ce qui signifie l’anéantissement des tous les autres nations ». Ce discours cérémoniel a été prononcé aux généraux SS à Weimar à la date du magique chiffe « 12 » décembre 1943.[2]

Adolf Hitler et Rudolf Hess, son premier adjoint, ont été les principaux « magiciens noirs » de cette secte Tule. Les compositeur nazi Richard Wagner, dans ses opéras, a mis en musique l’apocalypse en préparation par l’application de l’idéologie nietzschéenne, parfaitement connu par tous les grandes dirigeants politiques, économiques et religieux, comme l’idéologie communiste de Karl Marx.  Devant la justice, par des super avocats des Etats-Unis payé à un millions de dollars l’heure, cette idéologie a été dissimulée. Encore aujourd’hui, les juges feignent d’ignorer l’essentielle des tenants et aboutissants des crimes contre l’humanité de la Deuxième Guerre mondiale et tentés par la Troisième Guerre mondiale. Plus de détails sur la page 4 de mes blogs. Cette idéologie néfaste menaçant l’humanité a été parfaitement connue par l’ancien ministre de la Justice Robert Badinter et de son docte épouse, professeur universitaire en philosophie, lorsqu’ils m’ont fait verrouiller l’accès à la profession d’avocat, me mettant sous tutelles de leurs avocats félons, exploitant, marchandant et galvaudant ma science.

Nietzsche Friedrich. « Wagner répète la même chose tant de fois que l’on n’en peut plus, que l’on finit par y croire. Ps 21-22. La scène Wagnérienne n’a besoin qu’une chose : des Teutons… ! Définition du Teuton : de l’obéissance et des bonnes jambes. P.44.  C’est le plus sombre obscurantisme qu’il cache dans les voiles lumineux de l’Idéal, Il flatte tous les instincts nihilistes(bouddhistes) et les travestis en musique, il flatte toute forme de christianisme, toute forme religieuse qui exprime la décadence […] la grande imposture de la transcendance et de l’au-delà, a trouvé dans l’art de Wagner son plus sublime avocat […] en s’adressant à la sensualité, qui a son tour, épuise et brise l’esprit… ». Postscriptum p. 47. Le Cas Wagner, traduction par Jean-Claude Hémery. Œuvres philosophiques complètes. Éditions Gallimard Paris 1974, tome VIII, volume 1.

Qu’est que aurait produit dans les élections, dans les procédures judiciaires truquées de l’a à z des crimes nazis encore à ces jours-ci par l’omission criminelle des forfaitures de partialité instiguées aussi par le ministre de la Justice initié Robert Badinter dans l’affaire Maurice Papon, si les philosophes et historiens de l’Académie française auraient relevé au public cette idéologie toujours actuelle, au lieu et à la place d’un adjudant formé dans un stage secret « commando d’action spéciale », sauvé in-extremis de l’anéantissement du plus ravisant star international d’opéra, la divine cantatrice lettonne Elina Garanča, la Fée salvatrice rétablissant de ce commando l’honneur et le crédit, lui rendant l’allant pour d’exposer à la justice cette dissertation avisée?

***

En me servant du charme incantatoire dans l’opéra Carmen de Bizet de mon providentielle associée salvatrice depuis 2014, de la merveilleuse cantatrice lettonne Elina Garança, j’ai exposé de façon plus précise encore aux juridictions nationales et internationales le complot historique contre la Première république française depuis la Révolution de 1793. Inspiré par l’évocation dramatique de ma Muse Elina Garanča, j’ai revendiqué la révision du procès à l’espionne française Mata Hari, fusillée pour lui faire porter le chapeau des trahisons d’une haute personnalité de l’État-Major. Il y des familles en France, de père en fils, font rentrer leur progéniture dans l’Armée, dans la magistrature et dans la haute administration de l’État pour trahir ; s’ingénient par des parjures rétablir la monarchie totalitaire des rois allemands en France. Ces demi-sel de la haute société ont trahi l’armée française dans la guerre franco-prussienne, dans la Première Guerre mondiale et dans le Deuxième pour, comme me le confiait un officier, au lieu de leur coller douze balles dans la peau, les récompenser encore par des avancements et des décorations.

À tout officier sérieux, notamment aux illustrissimes stratèges tels que Pétain et De Gaule, la haute trahison de l’armée française crevait les yeux, car sans cette trahison, la ligne Maginot a été infranchissable pour l’armée allemande. Mais comment, et à qui, dénoncer la traitrise, alors que la puissance occulte avait replacé à la Libération 1944/45 avec leur micro-général Charles de Gaule, à tous les leviers de commande du régime dans les mains des traitres les plus dangereux ?

Est dissimulé au public, par des manipulateurs de l’opinion, que les fortifications ont été protégées contre des attaques aérienne par un écran des radars et des plus fameux chasseurs Morane-Saulnier 406, les plus performants de l’époque. Les bombardiers allemands sont pénétrés en France sans en être inquiétés pour les détruire sur les bases aériennes. Les mêmes radars inactivés en France, les allemands les ont installés sur leurs côtes pour infliger aux bombardiers de la Royal Air Force 80 % de pertes. Des excellents chasseurs Morane-Saulnier 406 livrés par les allemands à l’armée Roumaine et Finlandais, l’aviation soviétiques subissait des lourdes pertes.

Le Deuxième Bureau, (sécurité militaire) livrait à partir de Bern en Suisse au haut-commandement français le plan détaillé avec la date exacte de l’invasion allemande. La demande de commandants des fortifications de doubler leurs dotations en munition a été refusé sous prétexte qu’il fallait éviter les gaspillages de la Première Guerre mondiale. Les premières vagues d’assauts de l’armée allemande contre la Ligne Maginot subissaient des pertes inacceptables pour tout général dans le 90% des hommes. Les attaques ont été pourtant poursuivies jusqu’à ce que les forteresses se sont resignés de se rendre en raison du manque de munition.

Derrière la Ligne Maginot se trouvaient en réserves des unités d’artillerie de campagne d’intervention les plus modernes. Les servants ont été obligé d’abandonner leurs armes en ras de campagne, car l’intendance refusais de les approvisionner de ce carburant qu’ils réservaient aux chars allemands. Presque tout le performant matériel militaire français tombait intact dans les mains des nazis. Ils en équipaient les armées royales Bulgares et Roumaine pour l’invasion de l’Union Soviétique. Ça roulait, roulait à la perfection jusqu’à devant Moscou, à Stalingrad, et quelques pièces récupérées par l’armée rouge, faisaient encore le chemin de retour.

Faits prisonniers, les hommes jeunes mobilisés de l’armée française, remplaçaient en esclaves dans les usines en Allemagne les ouvriers allemandes, mobilisés pour la conquête du Monde. Hitler, alors qu’il pouvait les écraser par ses blindés dans les heures qui suivait la défaite, laissait partir de Dunkerque les soldats anglais, les considérant déjà comme ses propres soldats remis sous le commandement du roi rétablie au trône Éduard VIII par l’opération navale combinée avec la marine française « Seelöwe », (Lion de Mer).

La haute trahison de l’armée franco-britannique a été conçue par l’ingénieur-conseil français Charles Bedeaux, grand et génial manipulateur travaillant pour le Duc de Windsor et son épouse ensorceleuses Simpson, alors placé en inspecteur dans le haut commandement de l’armée alliée derrière la Ligne Maginot. Lorsque l’armée US a débarqué en Algérie en 1943, cet redoutable ingénieur-conseil en prospection pétrolier dans la Sahara, a été appréhendé par la Justice française. Le témoin capital de la haute trahison, les magistrats français aussi comploteurs extradaient dare-dare ce citoyen français aux États-Unis. Cette puissance n’avait pas été concerné en 1940 par la criminalité de ce complot, sinon qu’en instigateurs. Charles Bedaux initiés de toutes les phases du complot, évidemment, s’est fait réduire au silence par assassinat en prison des États Unis avec la simulation du suicide. (La suite de la démonstration a été produite à d’autres juges d’instruction saisie des faits connexes et indivisibles, pénalement qualifiés « complot contre la sûreté d’État ».

***

Depuis mon enfance, je suis absolument réfractaire de nature aux mystiques, au spirituel « extralucide », à l’ésotérisme des sciences occultes « paranormales ». La magie et astrologie me donnent l’urticaire. Les visionnaires et voyants me font vomir. Mais lorsque ces pèlerins du restaurant Le Piccadilly à Aubervilliers 93, tels le V.R.P. Henri Charriot de l’Église scientologique et son avocat Me Daniel Cochet, ‑ qui m’a extorqué mes dossiers, ma science et, à mes frais, des conseils juridiques par téléphone pour décorer sa carte de visite avec toutes mes qualifications ‑, tentaient d’infléchir les élections présidentielles en 2015/2016 pour les nazis, je commençais à étudier la fantasmagorie ésotérique de ces têtes fêlées. Juste ciel ! je suis tombé des nuées en apprenant que ma date de naissance le 12 août 1938 m’a placé en figure importante sur « L’ÉCHIQUIER DU DIABLE ». La remémoration de mon passé en Suisse et en France me suscitait des cauchemars, car par des funestes tiraillements sociologiques dans mon existence irrémédiablement ruinée, les têtes fêlés initiés des sociétés secrètes antagonistes fantasmaient, et fantasment encore, de pouvoir changer le cours de l’histoire.

Il est incalculable les fortunes dépensées pour me débrancher de la mission militaire, ‑ avec la manipulation mentale psychiatrique, la lobotomie en séquestration presque réussi e, 1981 avec les bons offices du ministre de la justice Rober Badinter et son juge d’instruction initié François Duguet ‑, me brancher par la contrainte criminelle à la réalisation de l’apocalyptique du funeste destin annoncé par le discours ci-dessous aux généraux SS par Reichsführer Heinrich Himmler[3] à la date du magique chiffre 12. Pour m’éliminer devant la Justice avec mon allant et ma science, combien des hautes décorations de la Légion d’honneur, des Palmes académiques… des pots-de-vin… ont été distribués aux minables corrompus à tous les niveaux de l’État pour la réalisation du programme de l’extermination des nations européennes par les Nazis et leurs alliés au Vatican ? L’humanité doit une fière chandelle à ma providentielle Fée salvatrices, à mon Ange protecteur, à ma Muse inspiratrice, à la divine cantatrice lettonne Elina Garança!

 « Le commando d’actions spéciales », l’adjudant Peter Dietrich, avec son pseudonyme « Chantal »,[4] « fonctionne avec la précision d’une horloge suisse », et, « réussit tout ce qu’il entreprend ». Le service secret de l’armée exploitait cette superstition atour de ma date de naissance pour faire activer par moi la Haute Cour de justice par des faits exposés par Alain Jaubert dans son livre documentaire DOSSIER D …COMME DROGUE, LE MILIEU ET LA POLITIQUE… LES GROS BONNETS… LES FINANCIERS ET LES FILLIERES… EN FRANCE. Éditions Alain Moreau 1973. (D’emblée, ce qui me frappait  en militaire dans ce livre c’est que huit gros camions Citoyen ennemi, chargé d’un immense trésor amassé par le pillage des Juifs par la Gestapo de la rue Lauriston de Paris,[5] ait pu traverser le dispositif des armées alliées en guerre, passer par l’Espagne en Portugal pour financer par le Brésil la subversion de la Quatrième République par les nostalgiques du nazisme à l’aide du grand banditisme du crime organisé : en toute impunité, des crimes contre l’humanité patentes).

D’autres sectes et sociétés secrètes avec leurs adeptes dans les gouvernements et dans la magistrature, ont été manifestement initiés de mes occultes caractéristiques, prétendues mystiques. Il s’est alors déclenché sur l’Échiquier du Diable une lutte passionnée entre les factions envieuses pour me prendre sous contrôle, me jouer pour changement le destin de l’humanité selon leurs hallucinations morbides. Le président de la République François Mitterrand, Grand Maître de la loge maçonnique du Grand Orient, misait sur moi pour faire rétablir la légalité républicaine, sans uniforme et la solde réduite. À la Libération en 1944/45, l’exhumation et son placement en Préambule des Constitutions, le maintien du régime napoléonien a fait rentrer toutes les institutions politiques et judiciaires de la France dans une catastrophique illégalité constitutionnelle. Mitterrand a tiré la leçon de l’échec politique du micro-général Charles de Gaule dans sa tentative de supprimer le pernicieux sénat conservateur. Seul un scandale judiciaire monumental, déclenché par un combattant du droit exceptionnellement retaillée, disposait de la chance de venir à bout de cette illégalité criante ayant saccagé la justice par la transformation de la magistrature toute entière en authentique association de malfaiteurs, ainsi légalement qualifiée par le code pénal napoléonien en leur infligeant la « dégradation civique ».

« On n’est trahie que par les siens ». Ses ministres et les magistrats, des initiés, tiraient des plus grands profits personnels de mon lancement contre les remparts de cet forteresse inébranlable de l’ennemi de l’intérieur. Sont devenus fatal à la réalisation des promesses électorales en 1981 de Mitterrand, les institutions corrupteurs de l’Ancien Régime, rétablie sous d’autres appellations par la trahison de la Révolution par l’Empereur Napoléon I : Senat conservateur, flatteurs d’Académie française, falsificateurs de l’histoire, Chevalerie de la Légion d’honneur, corporatisme des professions judiciaires… Les rois de France n’auraient jamais osé d’introduire avocature de l’État dans la magistrature, l’élever du parquet en bas devant eux sur l’estrade du niveau des juges dans les salles d’audience pour qu’ils adressent avec majesté  à eux debout de haute en bas. De mon anéantissement dans les procédures judiciaires résulte la « nullité substantielle, générale et d’ordre publique », selon le jargon de la jurisprudence de la Cour de cassation, des plus grands procès politique qui ont défrayé les actualités depuis mon arrestation illégale en 1981 par le juge d’instruction François Duguet Castres, nommé à cette fonctionnions par le trafic d’influence et corruption du nouveau ministre de la Justice Robert Badinter. Je traiterai l’annulation de ces affaires, une par une, dès que je serai rentré dans mes droits par le rétablissent de la situation légale.

***

Dans mon élan judiciaire, j’ai été intercepté et soumis à l’esclavage par le cercle des Illuminatis pervers sous la direction de l’écrivain et journaliste ordurier Jean-Erdern Hallier, se servant de son amant Jacques Bidalou comme appât en « juge rouge », avec son médiatique avocat félon Jacques Verges. Le père de Hallier a été un colonel servant dans le corps diplomatique du plus morbide des gouvernements de la Collaboration nazie de Pierre Laval fusillé à la Libération.

 Par sa littérature incendiaire, Hallier à fait déclencher la révolte des étudiants du Mai 1968 pour renverser le micro-général Charles de Gaule. Selon la littérature spécialisée, ce  président de la République commençait à échapper du contrôle de  la grande finance.

Journaliste de l’hebdomadaire communiste HUMANITE, à Hallier été confié les la transmission des fonds collectés pour secourir Salvador Allende, reversé et emprisonné par le général Augusto Pinochet. Dans des hôtels de grand luxe en Amérique central, Hallier combinait avec les avocats de Pinochet. Personne ne sait que qui est devenus des fonds destinés à Allende, ensuite assassiné.[6]

En me faisant capter en 1981 à Toulouse par la subjugation de son « juge rouge » Jacques Bidalou, passé par la médiatisation en héroïque martyre dans sa lutte contre la corruption judiciaire, Hallier comptait, en me marchand avec ma science et mes dossier récupérés, de se faire coopter par les initiés dans les secrets des dieux de l’Académie française, se sentant menacés de mon existence, notamment Alain Peyrefitte et ses conjurés du Rotary-club.

Lorsque je me suis me suis défait de mes entraves par lesquelles la manipulation des Illuminatis pervers m’ont enchaîné, installé à Aubervilliers et repris les études de droit à Paris, le « juge rouge » Jacques Bidalou avec ses journalistes associés a installé à mon insu son officine dans le restaurant Le Piccadilly (93) à deux cinq cents mètres de mon domicile. J’ai secouru bénévolement à sa demande le tenancier M. Peynet de ce restaurant des félonies judiciaires de son avocat maître William Bourdon. Le tenancier Peynet me laissait dans l’ignorance de la présence à son comptoir du cercle des Illuminatis pervers avec attraction médiatique du « juge rouge » Jacques Bidalou. Sous la direction de son amant Jean-Erdern Hallier, Bidalou et ses journalistes associés, la conjuration des professionnels de l’intox passait à la subversion judiciaire et politique au profit de l’extrême droite, se servaient du SYNDICAT DES JUSTICIABLES sur le Web et dans les médias pour dénigrer et vilipender à priori des hommes politiques, et même des plus méritants résistants assassinés par les sbires du capitaine SS Klaus Barbi en cours de jugement.

L’avocat félon Jacques Verges, avec son allié Me William Bourdon, avec ce syndicat des justiciables de leur « juge rouge », a réussi de m’empêcher d’intervenir par le déclinatoire de compétence dans la procédure illégale devant le cours d’assise à Lyon contre ce capitaine SS Klaus Barbi. Comme ses officiers SS supérieurs condamnés à Paris, sous peine de nullité générale et d’ordre publique, le subordonné Barbi ne pouvait être jugé que par le Tribunal militaire spéciale crée en 1944/45, composé en partie par des anciens Résistants et des membres des Forces françaises libres. À la date des fraudes criminelles monumentales à Lyon, le texte de la loi sur ce tribunal militaire spéciale toujours existant figurait dans les Codes Dalloz pénal et de procédure pénale (sic). Il en allait de même pour le milicien Paul Touvier. On s’en occupera…

À partir du restaurant Le Piccadilly, avec ses attraits accréditant de juge, Bidalou a noyauté toutes les associations de défense de victimes de la France pour conduire les pauvres gens avec des avocats félons au suicide judiciaire, aboutissant souvent au suicide tout court avec la ruine de leur existence avec toutes leurs familles. Des centaines en ont succombés. Pour empêcher la désintégration psychologique de l’André Néron, victime des escroqueries des notaires et président fondateur de l’Association nationale de défense des notaires, j’ai été manœuvré in extremis à son secours à Bourges contre les félonies assassines de l’avocat parisien William Bourdon. Lorsque j’ai communiqué à André Néron pour son association mes dossiers contenant des véritables cours de droit, et leur avait assainie avec ma science leur situation judiciaire malicieusement galvaudée, le couple Néron s’est lamenté : le traitre Bourdon nous a laissé tomber. Il est tiré avec tous nos dossiers, a récupéré nos adhérents les plus fortunés. Contacté dans un cabinet minable à Paris dans un quartier miteux, le grand maître félon s’est maintenant installé dans un quartier chic de Paris avec un select cabinet. (J’ai fait attaquer ses procédures civiles sabotées par des oppositions et tierce-oppositions enterrées. Le tiers-opposant, de la vindicte en fuite en Chine).

À partir du Restaurant Le Piccadilly d’Aubervilliers, cet avocat félon Bourdon de la coterie de Jean-Edern Hallier a capté l’association des victimes du général Augusto Pinochet pour se livrer à une simulation de défense. La décision d’extradition vers la France de Pinochet a été annulée par une décision de complaisance en raison de la présence dans la cour d’un magistrat appartenant à l’Amnistie internationale. Comme son illustre confrère Robert Badinter, l’avocat William Bourdon connaissait parfaitement mes dossiers desquelles ils s’instruisaient. Ces deux lascars encensés des laudateurs journalistiques, par mes dossiers, ont été en mesure de prouver la complaisance du certificat médical déclarant le général d’une sénilité incapacitante, paradant en débarquant de l’avion à Santiago devant la garde d’honneur au le rythme une fanfare militaire.

 Maître félon Bourdon savait aussi parfaitement que ces lords qui se sont livré à cette comédie peuvent être légitiment être suspecté membres ou sympathisants du Right Club des traitres de l’armée franco-britannique sous la haute direction de leur ex-roi Éduard VIII. Maître félon William Bourdon, en escroc, a remis en scène ses artifices frauduleuses pour déstabiliser avec des pseudo-victimes en Syrie du Daech le président du conseil constitutionnel Laurent Fabius, justement saisi de mes dossiers. Cette fois, j’ai été en mesure d’intervenir dans la procédure pénale par une constitution de partie civile pour escroquerie judiciaire flagrante, démontrant au juge d’instruction de Paris l’irrecevable de cette constitution civile par des simulateurs manipulés. J’en suis toujours puni par le juge du référé-provision, laissant persister la coupure vindicative de l’électricité de mon appartement.

Dossiers ci-joints, déjà présentés à d’autres juridictions nationales et internationales :

1° 017 Analyse (inachevée, rétrospective de ma vie depuis la naissance sous l’angle de l’esthétisme des sciences occultes, l’astrologie, par paranormalité, parapsychologie et autres fariboles pris très au sérieux par ceux qui mènent le monde dans les coulisses.

2° 027 Éclaircissement complémentaires et récapitulatifs sur les machinations mafieuses et sectaires combinatoires des « Illuminés pervers » avec l’ancien ministre Rolland Dumas contre la sûreté de l’État de France, en relations avec des tentatives et crimes consommés contre l’humanité.

3° 001 Exposé sur la HAUTE TRAHISON DE L’HUMANITÉ : Académie française, É.N.A. Nazis, C.I.A., Rotary, Maçons, Sectes, Mafias, Cinglés… La préparation de cet exposé et la présentation à l’ONU a déclenché l’attentat du vendredi 13 novembre 2015 à Paris par les terroristes instrumentalisés. À cet date, Dietrich ignorait encore la signification fatale de sa date de naissances du 12 août 1938, la signification du chiffre 13 apporté par la providentielle Fée salvatrice Elina Garanča, visée par un autre attentat terroriste au superlatif début 2016 à l’opéra national de Paris.

4° 053 Référé provision TGI Bobigny. Demande amplificatif contre la société GOOGLE France ayant organisé la coupure de l’électricité en rétorsion et en extorsion de réabonnement à son système internet et de messagerie électronique.

5° 054 Référé provision TGI Bobigny. Demande amplifiant du référé-provision de 2014 contre Maître Frank Sezenik, Huissier de Justice, Syndic de la Chambre départemental des huissiers de justice, contre X dirigeant la Chambre nationale et la Caisse nationale CNHS des Huissiers de Justice, et, la Caisse nationale des Huissiers de Justice.

6° 055 Lettre à Elina Garança produit aux dossiers judiciaires sur le facteur déterminant de la menace messianisme et prophéties magico-religieux des sectes aux relents nazies. Le ministère publique et unique et indivisible en France. Les autres dossiers présentés aux  juridictions nationales sont censé d’avoir produit aussi au Doyen des Juges d’instruction de Paris, saisi par la présente Plainte.

[1] DESCAENS Yves. L’affaire du déficit communal. Perquisition à la mairie de LA BAULE. Le Monde du 24 février 1994.

[2] HASSEL Seven. KOMMDO REICHSFÜHRER HIMMLER. (Commando Meneur de l’Empire). Éditions Presse de la Cité 1972. P. 171. Par mon exclusion par des faux en écriture et suppression des actes de procédures, non présenté dans les procédures Barbi, Papon, Touvier…

[3] Ministre de l’Intérieur, Chef de l’S.S. et de la Gestapo (Police secrète de l’État). Spiritiste, Himmler se posait en réincarnation d’un fabuleux roi germanique du moyen âge.

[4] En 2018, en examinant distraitement le calendrier français Peter Dietrich a découvert que le 12 août, sa date de naissance, est consacré au saint J.- F. DE CHANTAL .

[5] Opération secrète montée de longue haleine en France par le Reichsführer Himmler, en chef de la Gestapo. La liquidation de la IV° République, (selon les machinations qu’ont fait preuve dans la liquidation de la République Weimar d’Allemagne), et la création de la V° République présidentielle pour le rétablissement de la monarchie par le micro-général Charles de Gaule (Caramin cité), a été programmé durant la Deuxième Guerre mondiale à Londres en concert avec les traitres du Right club. Le financement en 1958 a été assuré par le détournement à Londres des fonds de la Résistance.

[6] LACOUT Dominique. Jean-Edern Hallier. Biographie. Édition Michel Laffon 1997. Sarah Vajda. Jean-Edern Hallier. Grands Biographie. Édition Flammarion 2003.

007 Elïna Garanča 33 - La Grande Duchesse de Gérolstein - Ah, que j'aime les militaires !

Commentaires fermés sur Plainte avec constitution de partie civile pour crimes contre l’humanité dans le cadre du complot contre la sûreté de l’État de la France :

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :