Légitime défense politique.

Les ingénieuses métamorphoses de la divine diva Elïna Garanča.

Posted in Magouille by Dietrich13 on 1 décembre 2020

Les ingénieuses métamorphoses de la divine diva Elïna Garanča. Ma sublime déesse enchanteresse du bel canto, Elïna Garanča, ma tenue encore sous le charme de sa poignante virtuosité expressive avec l’aria de la plus splendide beauté de ses couleurs vocales qui suggèrent la féminité de ses expressions dramatiques des bouleversantes passions tragiques : « Deh per questo instant solo »  ­– Ah, durant cet instant seulement, rappelle-toi l’affection d’autre fois…‑. (Dans la magnifique musicalité de l’opéra « La Clémence de Titus » de Mozart, d’une mise en scène bien extravagante à Salzburg en mai 2012, en adroite comédienne Elïna Garanča chante le rôle von Annio, l’ami du traître toqué Sextus). DVD FESTSPIELDOKUMENTE. (Avant-Scène Opéra www.asopera.com).

En 2013, dans la représentation suivante à l’opéra de Wien, Elïna ma sublime déesse enchanteresse, a été délicieusement émouvante dans ce rôle masculin du traître ingénu Sextus par la conservation, cette fois, de la sculpture d’une beauté à ravir du naturel de son visage et de sa chevelure d’un blond filigranés d’or et d’éclat lumineux argentins, juste tiré en arrière. Ô mélodieux fantasmes de l’allégorie androgynes : douée d’une grande agilité vocale, dans ma vision à moi, Elïna s’est appliquée avec sa divine grâce féminine d’une céleste sylphide des plus sensuels rêves. Sa parfaite mimique gestuelle masculinisée assortie de sa physionomie expressive n’a qu’amplifiée la magie de la virtuosité expressive de sa délicieuse voix mezzo-soprano douée des puissantes vibrations incantatoires dans la mise en scène musicale de la tragédie de l’amour insensé, du débordement des passions d’un amant aveuglé vers la faiblesse coupable de la trahison d’un cher ami, les tourmentes de repentance d’une passion ravageuse et le cheminement vers la peine capitale libératrice des tenaillements moraux, doublés une abnégation d’amour dans le désespoir infini pour sa fatale séductrie.

Dans cet aria aux accents tragiques et douloureux Elïna exprime de sa captivante voix, avec la vivacité communicante, des timbres émus et mouvants des merveilles sonores, vocalise le chant du désespoir du naïf Sextus, avec une grande aisance, tout un clavier d’émotions pathétiques des sentiments contraires, entraîne mes impressions dans une spirale de la magie lyrique envoûtante.

Dès l’attaque du récital d’une poignante lenteur avec les couleurs ondulantes dans ses hauteurs implorantes, des médians appuyés riches en sensations fortes du bouleversement émotionnel, d’emblée me tiennent sous son charme, chauffe mon âme, fait vibrer mon cœur sous mon blindage. Descendant dans les douceurs des notes graves d’amertume de la souffrance lyrique enveloppée de tendresse avec des pointes de la voix poussée jusqu’à la plainte, s’élève parfaitement timbrée à des d’implorations mélodieuses de la grâce, des crescendos aux sonorités clairs, un vibrato allongé aux saisissants sons plaintifs, des ruptures émouvant de silence et de tristesse du raffinement mozartien de l’accompagnement du rythme et modulations des violons : de l’orchestration de l’aria d’une telle merveille lyrique saisissante, devant laquelle, irrésistiblement, je suis pris de la tentation de ployer les genoux.

Peter, son amoureux « Cavalier de Prose » enchanté.

Commentaires fermés sur Les ingénieuses métamorphoses de la divine diva Elïna Garanča.

%d blogueurs aiment cette page :